Voyage à vélo, nos 8 conseils pour du cyclotourisme facile

Voyage à vélo, nos 8 conseils pour du cyclotourisme facile

Quoi de mieux que le vélo pour envisager une itinérance

La crise sanitaire a rebattu les cartes de la mobilité, tant utilitaire que loisirs. Les citoyens français (et du reste du monde) aspirent à une forme de tourisme plus durable et souvent plus locale. Quoi de plus efficace et sobre que le vélo pour envisager une itinérance, pour un weekend, une semaine, voire plus si le temps vous le permet ? Le vélo est un outil idéal de découvertes touristiques en itinérance. Découvrez ci-dessous nos meilleurs conseils pour débuter sereinement le cyclotourisme et partir découvrir la France et le reste du monde, un coup de pédale à la fois !

Vélo et cyclotourisme, une autre manière d'appréhender le voyage

"Le point de vue de la selle change les perspectives et vous met en lien direct avec la nature et ses paysages"

Sur un vélo, classique ou électrique (cf plus bas), on aborde la notion de voyage d'une autre manière. Le point de vue de la selle change les perspectives et vous met en lien direct avec la nature et ses paysages. Contrairement au transport motorisé, le cycliste conserve une allure faible. On prend le temps d'apprécier chaque kilomètre et on éprouve une réelle satisfaction, à la fois de la tâche accomplie mais aussi de la distance parcourue, quand bien même elle n'est parfois que de quelques dizaines de kilomètres. L'essentiel est ailleurs. Libre à chacun de connaître ses propres limites.


Débuter L'itinérance vélo - Nos conseils et les bonnes questions à se poser

On fait les sacoches et on quitte Paris !

Le plus important : Apprendre à se connaître. Commencez près de chez vous sur 1 ou 2 jours maximum, pour vous rendre compte des effets que le pédalage aura sur votre corps. Ensuite, allonger les distances et la durée. Débutez par une boucle, pour revenir facilement chez vous. Le vélo vous met face à une forme de tourisme où il faut savoir prendre son temps. Pensez aussi qu'un vélo chargé est parfois moins facile à piloter et peut potentiellement réduire la distance réalisable sur une journée.

1️⃣ Quelle autonomie envisagez-vous ?

On ne parle pas ici de l'autonomie de votre batterie de VAE (surtout si vous roulez en musculaire !). On veut bien sûr parler de votre propre autonomie, en terme d'alimentation ou encore de couchage. Souhaitez-vous dormir en pleine nature en mode bivouac / camping sauvage, ou bien dans un camping, un gîte, une chambre d'hôtes, un hôtel, chez l'habitant ? De là va découler le matériel qu'il vous faudra emmener. Soyez conscient que plus vous désirez de l'autonomie, plus votre chargement devra être en conséquence, sauf peut-être pour les adeptes de longue distance qui aime le bivouac light ! Pour le camping, il existe de nombreux modèles de tentes légères, idem pour le matériel de cuisine.

2️⃣ Bucher son itinéraire

"Toi, toi ma belle Andalouse" (Itinérance sur l'Eurovelo 8 Andalousie)

Bien se préparer, c'est savoir anticiper. Le point crucial est de préparer son itinéraire. N'hésitez pas à utiliser les plateformes de cartographie que le web met à votre disposition. Google Maps est le plus connu (mais pas nécessairement le plus efficace point de vue vélo). On recommande la plateforme française Geovelo dont les outils reprennent bien les grands itinéraires vélotouristiques. L'allemand Komoot possède aussi un excellent planificateur d'itinéraire. On peut encore citer Openrunner (français aussi), bien que le design et ergonomie de l'interface restent encore à améliorer.

3️⃣ Prévoir (et anticiper) la météo

Il faut également bien se renseigner sur la météo annoncée. Pour cela, même chose, les outils du web sont efficaces pour connaître la météo que vous rencontrerez plusieurs jours à l'avance. Dans tous les cas de figure (temps chaud ou temps froid), il faut toujours avoir dans ses sacoches :

☔️ De quoi se protéger si il pleut (être étanche)
❄️ De quoi de couvrir s'il fait froid (pensez aux extrémités)
☀️ De quoi s'hydrater (et se protéger) s'il fait chaud

4️⃣ Optimisez son chargement

"Le mieux est l'ennemi du bien. Cet aphorisme s'adapte bien au cyclotourisme"

Le mieux est l'ennemi du bien. Cet aphorisme s'adapte bien au cyclotourisme. Optimisez le poids de votre chargement pour ne pas le subir en route. Selon votre type de chargement (sacoches classiques ou bikepacking), essayez de compartimenter et donner un "thème" à chaque bagage (la popotte dans la sacoche arrière-gauche, les papiers importants dans le sac de cintre...etc). Coté vêtement, Optez pour des choses légères, en multipliant les couches de protection en cas de fraîcheur. Pensez également à glisser dans vos sacoches :

💊 De quoi soigner des petits bobos (mal de tête, égratignures, chocs, tiques...)
🍪 De quoi palier à une petite fringale (fruits secs, barres énergétiques)
🔧 De quoi réparer de petits ennuis mécaniques (un multitool, une chambre à air, des démonte-pneus, une pompe...la base)

Sur le même sujet  Choisir un vélo cargo - On vous explique tout sur les différents types

5️⃣ Comment on y va ?

"Partir de la maison en pédalant est le plus sympa et le plus simple"

"A vélo" me direz-vous, pardi ! Certes. Mais avant la question "Où aller ?", il faut d'abord vous renseigner comment s'y rendre. Partir de la maison en pédalant est le plus sympa et le plus simple. Si votre point de départ est plus loin, vous pouvez opter pour la voiture et le porte-vélo. Autre solution plus écologique : le train. Reste que les vélos ne sont pas acceptés dans tous. Bien se renseigner sur ce point avant. Voyager avec son vélo dans le train reste une gageure, car ce n'est clairement pas la priorité de l'opérateur SNCF.

6️⃣ Où aller ?

Si le hasard peut parfois bien faire les choses, et qu'il peut apporter une dose d'aventure et de suprises lors d'une itinérance à vélo, tout le monde ne souhaitera pas partir à l'aveugle. Comme nous le disions plus haut, vous avez la possibilité de préparer vous même votre itinéraire, avec une bonne vieille carte papier, ou bien avec des outils digitaux. Attention à vérifier que vous n'allez pas vous retrouver sur des routes à fort trafic motorisé, qui pourraient s'avérer dangereuses à vélo.

Vaincre la peur de ne pas savoir où aller (ou de se perdre). Pour débuter, nous vous conseillons de vous fier aux itinéraires cyclotouristiques déjà établis. Les plus connus sont la Loire à Vélo, la Vélodyssée, la Viarhôna, la Vélo Francette… Avantages, ils sont jalonnés (panneaux) tout du long, ce qui réduit le risque de se perdre. Ils sont également souvent le long d'une ligne ferroviaire, ce qui vous permet d'envisager un aller à vélo et un retour en train. Au-delà de ces grands itinéraires, de plus en plus de collectivités valorisent des boucles vélo locales, plus abordables en terme de kilométrage. Idéal pour faire découvrir les paysages et le patrimoine d'une région ou d'un département. On pense par exemple à la Baiecyclette, la Flow Vélo ou encore les boucles locales de l'Alsace à Vélo.

En terme d'itinéraires cyclables, vous trouverez des conseils et des suggestions sur Weelz! bien sûr. Mais pour un choix plus exhaustif, on vous invite à vous rendre sur le site France Vélo Tourisme, où les itinéraires sont détaillés étape par étape, avec des photos, des cartes et même les fichiers GPS.

7️⃣ Se laisser porter

Vous avez envie de pédaler, de flâner le long des rivières et humer les bonnes odeurs des coteaux, mais la préparation de tout cela vous rebute ? Sachez qu'il existe de très nombreux prestataires de voyage à vélo. Ces tour opérateurs peuvent s'occuper de tout : proposition d'itinéraire, acheminement sur place, gestion des bagages chaque jour, navette retour et bien sûr location des vélos.

8️⃣ Et le mal au cul de selle, on en parle ?

Pour les moins habitués au vélo, soyez conscient … du mal au cul ! Parlons-nous franchement, vous n'y échapperez pas. Même la plus confortable des selles ne pourra palier à ce problème. Seules la pratique et l'habitude le pourront. Sur ce point, on vous invite à aller lire notre grand dossier Weelz! sur ce sujet universel qu'est le mal au cul à vélo.

Et l'assistance électrique ?

L'avènement de l'assistance électrique a profondément modifié l'approche du vélo pour des utilisateurs qui, le plus souvent, ne voyaient dans celui-ci qu'effort et souffrance (la fameuse image française des Forçats de la route). Il permet au plus grand nombre de se (re)mettre en selle. On peut envisager des trajets qu'on pensaient jusqu'alors inaccessibles. Le VAE permet d'aplanir le dénivelé et d'accompagner l'effort physique fourni.

Les avancées technologiques des constructeurs permettent aujourd'hui d'obtenir des montures de plus en plus légères et faciles à piloter. De plus, les progrès sur les batteries et la gestion de l'autonomie vous autorisent à aller de plus en plus loin et de plus en plus longtemps sur une seule recharge. Les constructeurs proposent aujourd'hui un choix exhaustif en termes de VAE orientés trekking/voyage. Des vélos confortables et fiables, pour envisager une nouvelle expérience cyclotouristique. Il ne vous reste plus qu'à trouver la destination. Sur ce point, Weelz peut vous aider.

Retour en haut de page