Visite de l'usine historique Brompton à Brentford

Visite de l’usine historique Brompton à Brentford

A lire également : Retour aux origines de Brompton en mode multimodal.

Une fois dépassé Hyde Park et que l'on s'éloigne de l'hypercentre vers l'ouest, le trafic se calme. Vers Chiswick, les rues se bordent de jolies et proprettes petites maisons victoriennes, juste avant de laisser la place à une laide voie rapide à partir de Gunnersbury.

A quelques encablures de là, Brentford, banlieue tranquille du Greater London. C'est ici qu'Andrew Ritchie (lire notre article sur l'histoire du Brompton) avait choisi d'implanter son tout premier atelier, sous une arche du métro aérien.

Déjà, la production battait son plein, et il fallu déménager. C'est en 1998 que les unités de fabrication se sont installées dans l'usine de Brentford, celle-là même qui, pendant 18 ans, a vu naître l'intégralité des Bromptons actuellement en circulation.

Weelz-Viste-Usine-Brompton-Londres-Brentford-27Je dis bien "pendant" et non "depuis". Car, aux vues des ambitions du nouveau leader, Will Butler-Adams, l'usine de Brentford est devenue trop vétuste et exiguë.

Jusqu'alors, la production se répartissait sur quatre sites sur Brentford, dont un de stockage et un autre pour la peinture des cadres.

Désormais, tout sera regroupé dans une seule et même usine, flambant neuve, encore un peu plus à l'ouest du Grand Londres, sur Greenford.

Au moment où nous avons visité l'usine, et bien que la ligne d'assemblage avait déjà démarré dans le nouveau bâtiment, le déménagement battait encore son plein. Seule la partie soudure était encore présente, qui n'avait pas encore été déplacée pour des raisons logistiques.

Ou l'art de la brasure

Weelz-Viste-Usine-Brompton-Londres-Brentford-8

Nick, responsable des relations publiques, est notre guide. Il nous emmène à la rencontre de ces ouvriers-artistes qui, chaque jour, assemblent un-à-un les tubes d'acier pour les transformer en ce bel objet de mobilité urbaine.

Weelz-Viste-Usine-Brompton-Londres-Brentford-15

Sur les 240 employés que compte actuellement Brompton, ils sont 44 soudeurs à ce relayer. Ce jour-là nous avons pu admirer à l'oeuvre une dizaine d'entre-eux. Armés de leurs longs gants anti-chaleur, ils manient à la perfection la torche tungstène et sont passés maîtres dans l'art de la soudure TIG.

Weelz-Viste-Usine-Brompton-Londres-Brentford-23

Tous sont, ou ont été, des apprentis de Abdul El Saidi (Photo ci-dessus), superviseur de l'atelier, et qui depuis 18 ans, forme chaque nouvel employé soudeur. Chez Brompton, le brasage est donc plus que jamais une affaire d'héritage, que la compagnie compte bien perpétuer.

Weelz-Viste-Usine-Brompton-Londres-Brentford-14Nick nous emmène voir un tableau accroché au mur de l'atelier (photo ci-contre). Dessus, des photos de la même pièce de cadre, assemblée par les différents soudeurs.

Ils nous expliquent : "Vous voyez, la soudure, c'est un peu comme l'écriture, chaque personne possède son propre style.".

D'ailleurs, comme une signature d'artiste, chaque Brompton qui sort de l'usine porte les initiales de son soudeur. Vous les retrouvez en dessous de la pièce qui soutient le boitier de pédalier (Les bromptonistes, ont vous laisse un peu de temps pour aller vérifier...).

(C'est bon ? On reprend...) Pas de chance, après avoir vérifié celles sur notre Brompton de test, le soudeur en question était en congés.

Weelz-Viste-Usine-Brompton-Londres-Brentford-11Nous saluons au passage Maître El Saidi, le temps d'immortaliser le personnage en photo.

L'homme à le sourire facile et le succès modeste. Lorsque nous lui posons la question : "C'est donc vous qui avez formé tous les soudeurs ici ?", il nous répond en souriant : "Qui vous à dit ça ?".

Nick nous montre ensuite la presse (photo ci-contre), qui, depuis près de 30 ans, a consciencieusement courbé les tubes de l'intégralité des Bromptons existant dans le monde. Petit instant de recueillement.

Une direction ambitieuse

1444158981_ef736b0ccb_o

Will Butler-Adams en 2007 (Photo Richard Masoner)

Comme nous vous le disions, à l'heure où vous lisez ces lignes, l'intégralité de la production et les 240 employés, ont donc déménagé dans une nouvelle usine sur Greenford. Les ambitions de Brompton sont grandes, et ont les doit surtout à un homme, Will Butler-Adams.

Cet ancien ingénieur de DuPont est arrivé chez Brompton en 2002, en tant que chef de projet. Il a ensuite gravi les échelons pour prendre en 2008 la tête de la compagnie et remplacer le fondateur, Andrew Ritchie.

Toutefois, Ritchie reste dans le comité de direction et conserve son mot à dire. Il se dit que les prises de bec sont nombreuses, les deux hommes ayant de forts caractères. Mais ils se vouent l'un et l'autre beaucoup de respect.

D'un chiffre d'affaire de 2 millions d'Euros en 2002, la compagnie s'approche aujourd'hui des 40 millions d'Euros. Il sort de l'usine environ 44.000 vélos par an. L'objectif à 6 ans est de dépasser les 100.000 unités.

Sur le même sujet  Etude : se rendre au travail à vélo réduit votre risque de mortalité

Main mise sur toute la ligne

Weelz-Viste-Usine-Brompton-Londres-Brentford-13

Nous posons une question direct à Nick : Pourquoi Brompton ne fabrique pas en Asie une partie de ses pièces pour augmenter ses marges ? La réponse est franche et tout aussi directe : Pourquoi le faire ?

Quand bon nombre de fabricants abaissent leur coût en délocalisant la production des cadres et en important les pièces en Asie du sud-est, Brompton s'y est toujours refusé et continue de produire sur le sol anglais. Cela explique bien entendu le coût élevé du petit vélo pliant, 1500 € en moyenne. Mais il faut voir au-delà de ce simple facteur prix.

Weelz-Viste-Usine-Brompton-Londres-Brentford-4Du cadre aux leviers de frein, du cintre aux pneus, Brompton fabrique 90% des pièces du vélo par lui-même. Cela lui permet d'avoir la main mise, et surtout un contrôle total du début à la fin, sur la chaîne de production.

De plus, le suivi des pièces détachées est ainsi assuré, et quand un utilisateur casse une pièce, il n'a pas de problème à en recommander une.

Et puis, vient aussi la question de la propriété industrielle. En gardant dans le giron de la Reine Mère son modèle et tous les brevets qui vont avec, Brompton évite une contrefaçon asiatique féroce, devenue sport national là-bas.

Un Brompton électrique pour 2017

Weelz-Viste-Usine-Brompton-Londres-Brentford-1Depuis quelques années déjà, Butler-Adams et ses ingénieurs, planchent sur un modèle de Brompton à assistance électrique.

Nous avons eu beau tirer les vers du nez de Nick, notre guide, (nous avons même menacer de brûler notre Brompton devant l'entrée, c'est vous dire...) nous n'avons eu que peu de détail à ce sujet, pas même un croquis.

Ce que l'on sait, c'est que Brompton s'est associé avec un ancien de la F1, Patrick Head, ex-patron de l'écurie Williams. Il aurait conçu un moteur électrique suffisamment compact pour convenir au petit pliant. Pour le moment, ils continuent de se heurter à des problèmes techniques, en partie dû à la contrainte du pliage et au poids.

"Nous serons prêts quand nous serons prêts" reste la devise, mais Nick nous indique toutefois une volonté de commercialiser ce e-Brompton pour 2017. Wait and see...

Pèlerinage Brompton

Nous quittons l'usine de Brentford, heureux d'avoir pu toucher du doigt une partie de l'histoire particulière de ce mythique vélo pliant.

La nuit commence doucement à arriver. L'usine est à l'ouest de Londres et nos appartements complètement à l'est (près du Excel London pour le salon London Bike Show le lendemain). Je décide de faire l'intégralité sur la selle du Brompton, soit un peu plus de 30 km, littéralement à travers la capitale anglaise !

Weelz-Press-Trip-Londres-1

A cette heure-ci, c'est justement le moment où les londoniens quittent leur travail pour regagner leur domicile. Nous constatons ce que nous relations récemment, les commuters sont en effet très nombreux et pour la plupart, très bien équipés. Nous suivons de véritables grappes de cyclistes urbains qui se forment à chaque feu rouge.

Weelz-Press-Trip-Londres-Brompton-8

Deux arrêts obligatoires. Le premier : Le Brompton Oratory. C'est tout près de cette église catholique, sur Brompton Road dans Knightsbridge, que Andrew Ritchie, dans sa petite chambre de bonne, imagina le concept du pliant en 1975. Second instant de recueillement.

La deuxième halte, nous l'effectuons au magasin Brompton Junction, situé sur Long Acre, dans Covent Garden. Il n'existe que dix magasins de ce genre dans le monde (le dixième vient d'ouvrir à Tokyo).

Weelz-Press-Trip-Londres-Brompton-27

Les étagères blanches accueillent des dizaines de Brompton pliés, attendant sagement leur futur utilisateur. En même temps que nous est entré une famille japonaise, pour prendre des photos du lieux. C'est dire l'image qu'à la marque anglaise à travers le monde.

Weelz-Press-Trip-Londres-Brompton-24

L'endroit respire Brompton de toutes parts. De la table tactile géante trônant au milieu de l'espace pour configurer votre machine, jusqu'au lustre fabriqué à base de cadre de Brompton.

Weelz-Press-Trip-Londres-Brompton-14 Weelz-Press-Trip-Londres-Brompton-17

Le sous-sol du magasin dispose d'une ambiance boisée et plus cosy. C'est ici que se trouve l'atelier, et vous pouvez siroter un café en attendant la réparation de votre monture. Fièrement exposé, l'un des prototypes fabriqué par Andrew Ritchie.

Weelz-Press-Trip-Londres-Brompton-11

Nous quittons le magasin et réenfourchons notre fidèle destrier. Il se fait tard et il est temps pour nous de regagner nos pénates. Planning du lendemain : visite de l'exposition Cycle Revolution, puis direction le London Bike Show. Nous avons encore du pain sur la planche.

A lire également : Retour aux origines de Brompton en mode multimodal.

Retour en haut de page
Fermer cette popup
Ne pars pas comme ça !
On a encore plein de choses à te montrer...

Ne rate rien des prochains articles en t'abonnant à la WeelzLetter ! ( Et parfois, tu peux même y gagner des cadeaux)