ViaRhôna 2019 Ep. #1, en itinérance vélo à travers la vallée du Rhône

ViaRhôna 2019 Ep. #1, en itinérance vélo à travers la vallée du Rhône

Samedi 4 mai 2019, 20h52 /// Nous sommes à bord d'un TER région AURA dénué d'emplacements vélo. Comme un groupe de quatre autres cyclistes, nous avons posé nos vélos là où nous avons pu.

Le bruit sourd et cadencé d'un train lancé. Le TER n°17724 nous fait remonter le temps. Les gares défilent, direction plein nord. Montélimar, Valence, Tournon-sur-Rhône, Condrieu…


"nous sommes en train de revivre notre périple ViaRhôna à l'envers"

En remontant la vallée du Rhône, alors que le fleuve défile sous nos yeux par bribes, nous sommes en train de revivre notre périple ViaRhôna à l'envers. Nous venons de quitter Avignon sous un grand ciel bleu, mais le ciel se noircit férocement à mesure que nous remontons vers Lyon.

Jour 1 / Mercredi 1er mai, 7H02 /// Nous sommes trois cyclistes sur le quai d'une gare attendant le prochain Intercités pour Lyon. Objectif : un trip vélo/reportage sur une partie de la ViaRhôna.

Pour ce long weekend à vélo, je suis accompagné de Jérôme et Benjamin, deux amis de longues dates avec lesquels j'ai déjà effectué de nombreux kilomètres et emprunté d'autres grands itinéraires vélo touristiques : Loire à Vélo, Vélodyssée, Canal des deux mers

Sur les conseils de Philippe de France Vélo Tourisme, arrivés à Lyon, nous reprenons un TER direction Vienne en Isère, pour éviter une partie de la ViaRhôna dans le sud lyonnais, encore mal balisées et présentant peu d'intérêt.

Vienne fut une importante citée gauloise puis romaine. La capitale Allobroge a conservé un riche patrimoine historique. Débarqué à la gare, nous traversons le centre-ville, passons devant le temple d'Auguste et de Livie, puis nous empruntons la passerelle pour atteindre la rive droite.

"C'est donc à Vienne que démarre véritablement notre périple"

C'est donc à Vienne que démarre véritablement notre périple. Je dis périple, mais celui-ci n'aura rien d'une grande aventure pleine de dangers. Boulot oblige, tout a été calé au préalable avec les partenaires institutionnels, en l'occurrence les départements de l'Ardèche, de la Drôme et du Vaucluse, qui nous accueille sur cet itinéraire.

La première étape n'est qu'une demi-étape en après-midi, d'à peine 40 km. Direction la Drôme. Le premier contact avec l'itinéraire de la ViaRhôna est très facile.

"le mistral, vent du nord, nous pousse tranquillement plein sud"

Cette partie est plutôt bien fléchée, le bitume est tout récent, le dénivelé absent, le soleil présent et surtout le mistral, vent du nord, nous pousse tranquillement plein sud.

Cela dit, nous sommes un 1er mai et la météo a fait sortir les familles. Il faut être prudent et slalomer entre les piétons, les poussettes, les enfants qui courent, les trottinettes et les cyclistes du dimanche (mais nous sommes un mercredi).

Jour 2 / Jeudi 2 mai, 8h58 /// Le seul moment où nous n'apercevrons pas le soleil de notre weekend. C'est un léger crachin humide qui nous accompagne lorsque nous quittons le camping Les Claires de Saint Rambert d'Albon. Mais les fines gouttes ne durent pas, et le ciel bleu ne tarde pas à revenir.

Les premières structures de ponts suspendus sont apparues en Chine au 1er siècle ap. J.-C.. A longer les bords du Fleuve, on s'aperçoit que la vallée du Rhône en a fait une spécialité. Piétons ou routiers, ils sont nombreux à enjamber le cours d'eau.

Sur le même sujet  Canal des 2 mers à vélo, un petit tour entre Bordeaux et Toulouse - Ep. 2

Leur présence et leur majesté vous offre des plans parfaits pour une photo souvenir, que vous soyez dessus, dessous, à côté, au loin et même en altitude.

"Le cyclotourisme possède une grande richesse : Rien n'est définit à l'avance"

Le cyclotourisme possède une grande richesse pour ceux qui le pratique : Rien n'est définit à l'avance et libre à chacun de définir sa propre notion de "longue distance" ou encore de dénivelé.

L'itinéraire de la ViaRhôna est plat, c'est le moins que l'on puisse dire. Normal me direz-vous, nous longeons une vallée creusée par le lit d'un fleuve. Pour prendre un peu de hauteur et faire chauffer un peu plus les mollets, nous décidons d'emprunter une variante.

Depuis le village de Saint-Vallier, nous laissons le vacarme routier de la Nationale 7 pour bifurquer à l'est par une petite route bitumée qui va nous faire grimper et offrir de superbes points de vue sur le Rhône. Un peu plus loin, nous longeons les vignes de Crozes-Hermitage, puis l'on se laisse glisser en descente par la colline de Tain-l'Hermitage.

Si vous avez les jambes (ou une assistance électrique) on vous conseille vivement ce petit crochet. Suivre le fleuve depuis sa berge, c'est bien, prendre du recul et s'élever pour contempler le Rhône depuis les collines c'est encore mieux.

"Depuis Tain-l'Hermitage, nous traversons à nouveau le fleuve"

Depuis Tain-l'Hermitage, nous traversons à nouveau le fleuve, direction Tournon-sur-Rhône en Ardèche, par la passerelle piéton-vélo Marc-Seguin.

Attention, ici, le "génie" civil des ingénieurs-urbanistes a encore sévi. La barrière à l'entrée du pont empêche certes les voitures et 2RM de passer, mais également les vélos avec sacoches avant, les cargos, les remorques, les poussettes et, pire encore, les personnes en fauteuil roulant… sic. Dommage, car d'autre part, le pont est magnifiquement restauré (1849).

Nous passons un super déjeuner au restaurant La Péniche. Personnel sympa, décoration travaillée, du local et du frais dans l'assiette et, en prime, une superbe vue sur les vignobles en terrasse de la colline de l'Hermitage. Un arrêt que l'on vous recommande.

Nous reprenons la route, toujours sous un grand soleil, et toujours notre ami le mistral nous poussant vers le sud. Des pointes à plus de 40 km/h quasiment sans appuyer sur les pédales. Un bonheur.

"Marrant" de se dire que les cyclotouristes que nous croisons dans l'autre sens se disent exactement l'inverse. L'expression dit que peu importe la destination, ce qui compte c'est le voyage. Certes, mais notez que la direction importe également.

Des cyclotouristes allemands descendant au Portugal

Nous enjambons à nouveau le Rhône par le barrage de La-Roche-de-Glun, puis traversons l'Isère, pour nous laisser glisser tranquillement (toujours notre pote le mistral) vers la ville de Valence.

Bruno nous accueille dans son "Vélogîte", une maison fraîchement rénovée dans un petit lotissement tout proche du centre-ville et capable d'accueillir jusqu'à 10 cyclotouristes.

L'espace de vie, tout comme les chambres, sont propres et spacieux, cuisine à disposition et la bière d'arrivée est offerte !

Fin de la première partie, la suite de notre périple ViaRhôna au prochain épisode !

La vidéo complète du périple ViaRhôna Weelz.fr 2019 est ici !

Soutenez l'indépendance du mag' vélo Leader de Pignon!

Retour en haut de page
Fermer cette popup
Ne pars pas comme ça !
On a encore plein de choses à te montrer...

Ne rate rien des prochains articles en t'abonnant à la WeelzLetter ! ( Et parfois, tu peux même y gagner des cadeaux)