Vélo & Territoires relève les compteurs vélo, et fait les comptes

Vélo & Territoires relève les compteurs vélo, et fait les comptes

Un suivi en chiffres de la fréquentation vélo en France - Le second bulletin1 de 2022 proposé par Vélo & Territoires sur la base des relevés des passages cyclistes vient de sortir. Relevés effectués par le biais de presque 300 compteurs vélo, exploités par l'entreprise Eco-Compteur. Il donne quelques informations sur l'évolution des usages du vélo. Voici quelques chiffres et quelques éléments de réflexion (on n'a pas pu s'en empêcher).

Chiffres de la fréquentation vélo en France - la méthodologie

Les chiffres sont issus d'un échantillon de 297 compteurs vélo, répartis sur le territoire national. Cet échantillon est représentatif des compteurs partagés sur la Plateforme Nationale des Fréquentations, à fin avril 2022. Il a été réalisé à partir d’une stratification, selon les critères suivants : Milieu d'implantation (urbain, périurbain, rural), basé sur les définitions INSEE, type de pratique (utilitaire, loisirs, mixte), défini par un algorithme, présence sur le Schéma national des véloroutes (SNV) ou non, Région administrative d’implantation. Pour retrouver l'ensemble de la méthodologie, le mieux est de filer sur le site de Vélo & Territoire, .


Eco-Compteur, et c'est tout ?

Ce que nous pouvons dire malgré tout de cette méthodologie. Se servir de ces compteurs est une bonne base. Ils permettent d'identifier les moments, les pics horaires. Le type de lieu où sont les cyclistes. Par définition, ces compteurs vélo sont immobiles. Ils permettent donc d'identifier à un endroit précis le nombre de passages.

Le vélotaf, via les routes vélos européennes. La fin du trafic aérien ? (sauf si tu veux aller à Madrid)

En revanche, "le type de pratique", défini par un algorithme, nous semble plus contestable (nous ne connaissons pas l'algorithme). Même si ce dernier est hyper bien pensé et très intelligent, il reste difficile d'identifier précisément le type de déplacement, l'objectif, la longueur du trajet et l'objet de ce dernier. C'est selon nous dommage (mais probablement complexe) de ne pas intégrer dans ces données celles collectées, par ailleurs, via les applications de déplacement. De Mappy à Strava. De Komoot à Géovélo. Cela viendra peut-être. Et si ça ne vient pas, on s'en remettra. On se concentrera sur les données quantitatives plus que qualitatives.

Ça en fait du monde...

Comme d'habitude, on peut regarder le verre à moitié plein ou le verre à moitié vide. Commençons par le bon côté des choses. Entre le 1er janvier et le 31 juillet 2022, par rapport à 2021, au global, on dénombre plus de 12% de passages vélos. Et même plus 16% en semaine. En revanche, le week-end, c'est une évolution qui ressemble à la tête à Toto. Un beau 0%. Sans trop de surprise, l'augmentation est de +14% en milieu urbain (ça colle pas mal avec les 16% en semaine). Oups, -1% en périurbain. Ouf +2% en territoire rural.

Rien de telle qu'une belle piste cyclable bien entretenue et nettoyée.

Ça en fait du monde ? Faut le dire vite...

La plupart des chiffres présentés sont en pourcentage et en évolution par rapport à la même période des années précédentes. Les seuls chiffres nominaux présentés sont la fréquentation moyenne journalière en France. Et là, patatra. Le nombre de passages de vélos par jour et par compteur oscille entre 180 passages par jour pendant la première semaine de janvier et 720 passages par jour pendant la semaine 19 (entre le 09 et le 15 mai). 720 passages par jour au pic de la forme. Donc imaginez, c'est comme si les 360 habitants de Névache (dans la vallée de la Clarée) avaient décidé cette semaine de se déplacer à vélo pour aller et venir.

Un embouteillage de cyclistes à Névaches, en plein hiver ?

Le vélo, c'est comme le marché du sorbet et de la bière. Météo-sensible ?

Dans le monde de la bière ou du sorbet, on a coutume de dire, +1°c de température amène +1% de chiffre d'affaires. (Voir même plus). Les explications proposées par Vélo & Territoires (que nous ne challengeons pas) sont du même ordre. Un creux dans les passages cyclistes comptabilisés s'explique par "Froid, pluie, neige". Un pic par "météo clémente". Parfois un pic s'explique par "vacances scolaires nationales".

Sur le même sujet  Reborn Trip – Renaître à travers la France, à vélo

Ce qui voudrait dire que les +16% de français qui pédalent en semaine (pour aller au boulot (ou université, ou école) pédalent encore plus (et en famille) pendant les vacances scolaires. Étonnamment, pas de creux constaté en 2022, pendant la canicule de la semaine 24 (et les ventes de bières ou de glace ont-elles explosées cette semaine précise ?).

En bref, ça progresse et on peut encore faire des progrès

"Rendre le vélo une solution viable et fiable dans le périurbain, dans les territoires ruraux et tant qu'on y est dans les villes aussi."

On compte sur Vélo & territoires pour aménager correctement cette foutue piste cyclable.

Voilà des chiffres que Clément Beaune (nouveau ministre délégué aux transports) va devoir s'atteler à accélérer. Faire en sorte que les pratiques du vélo sur le territoire ne soient plus autant "météo-sensibles". Faire en sorte que les 16 000 km de pistes cyclables créés pendant la mandature précédente d'Emmanuel Macron soient encore plus utilisés. Rendre le vélo une solution viable et fiable dans le périurbain, dans les territoires ruraux et tant qu'on y est dans les villes aussi. Au boulot, à vélo.

➡️ 1 "Depuis la sortie du premier confinement au printemps 2020, Vélo & Territoires propose, chaque mois, un suivi de l’évolution de la pratique du vélo". Le rapport complet est visible et lisible juste là.

Retour en haut de page