Guerilla urbaine, le mouvement des cônes de signalisation

Guerilla urbaine, le mouvement des cônes de signalisation

Nous vous évoquions il y a peu, un phénomène qui a fait les beaux jours de Twitter sous l'acronyme #Sneckdown.

Il s'agissait de petits monticules de neige, qui se forment immanquablement sur les côtés de la chaussée suite au passage de nombreuses voitures.

Des piétons et des cyclistes prenaient alors des photos de ces sneckdowns après avoir constatés que ces petits îlots, forçaient les automobilistes à ralentir lorsqu'ils les contournaient. Un peu comme si la nature montrait la voie à nos amis urbanistes.

Depuis quelques temps, un autre phénomène semble se reproduire sur les réseaux sociaux, mais cette fois, dame Nature n'y est pour rien.

Le mouvement en question a été amorcé par un groupe de cyclistes new-yorkais, qui, fatigués d'attendre en vain que la municipalité se saisisse des problèmes de non-respect des pistes cyclables, a décidé de s'y attaquer.

Étonnamment, le phénomène, ne porte pas de nom précis, alors nous l'avons baptisé "le mouvement des cônes" (Edit : le mouvement semble avoir trouvé son hashtag outre-atlantique : #AwarenessCone).

Il consiste à placer des cônes oranges de signalisation, le long de pistes cyclables (et parfois sur la chaussée) pour que les automobilistes s'en éloignent ou ralentissent ostensiblement.

Le résultat est un sentiment accru de sécurité pour les cyclistes, en même temps que l'impossibilité pour les automobilistes indélicats de stationner sur les pistes cyclables.

Cep8gXKWIAEmhS4

Débuté le 7 octobre dernier, avec la création du fil Twitter NYC Department of Transformation (Bureau de la transformation de New-York), le phénomène compte déjà près d'un millier d'abonnés.

Sur le même sujet  [Test] Bergamont Grandurance RD, un road commuter polyvalent et abordable

Son intitulé même, est un jeu de mots avec le "Department of Transportation", le département chargé de gérer les déplacements, dans cette ville monstre qui compte 8 millions d'habitants.

Les membres du collectif qui a lancé l'idée, se revendiquent comme étant une composante de la "guérilla urbanistique" new-yorkaise. Un courant qui incite à mettre en place de petites actions citoyennes afin de montrer la voie aux pouvoirs publics.

Le collectif a ainsi obtenu l'installation d'un panneau de signalisation de piste cyclable sur l'une des avenues les plus fréquentée de la ville et a récolté 3.200 dollars pour acheter des cônes de signalisation suite à une pétition en ligne.

Parti de la grosse pomme, le phénomène a rapidement conquis Portland, Seattle, l'Alabama et même la Lettonie.

Mais il semble quelque peu s'essouffler hors de son berceau. La faute en incombe sans doute à l'absence d'un nom bien défini pour ce mouvement (en anglais), contrairement à celui de "Sneckdown", qui était facilement mémorisable. Mais aussi au coût d'achat dissuasif d'un cône de signalisation, autour de 10 euros l'unité.

Via Rue89, Gothamist

Retour en haut de page
Fermer cette popup
Ne pars pas comme ça !
On a encore plein de choses à te montrer...

Ne rate rien des prochains articles en t'abonnant à la WeelzLetter ! ( Et parfois, tu peux même y gagner des cadeaux)