Vélo et Architecture

Élargir notre point de vue et vous le faire partager, c'est sur cette base qu'on a eu l'idée de réaliser un entretien avec un architecte.

Pourquoi un architecte ? Nos villes changent, elles bougent, elles évoluent et nous avons pensé qu'il serait intéressant d'aller à la source, chez ceux qui participent à la conception de nos logements d'aujourd'hui et de demain, de savoir si le vélo comme mode de transport était pris en compte dans leurs projets.

Pour cela il nous fallait le bon interlocuteur, et c'est sur le blog 100% Architecture que nous l'avons trouvé.

[WeelZ] : Bonjour ... on va commencer par les présentations. Qui se cache derrière J-Architectes - 100% architecture ? Comment es tu devenu architecte ?


Hello ! Merci pour ton intérêt… Bien que je me sente flatté, je vais m'efforcer de rester nature. J'ai créé mon agence d'archi voilà 3 ans, en 2005. Mon grand-père est architecte (retraité), il était élève d'Auguste Perret ; mon père est aussi architecte à Paris… puis j'ai fait mes études à Paris pour devenir aussi architecte… en fait c'est pas très original. Si c'est devenu une passion commune ce n'est pas un business familial. Je bosse seul actuellement sur mes propres affaires et nous avons tous nos propres agences.

Comme je ne voulais pas mettre mon nom directement, je l'ai spontanément appelée J-architectes. C'est Florence de Font-Réaulx, une designer à qui j'ai demandé de me créer mon logo qui m'a accompagné pour trouver ce nouveau nom qu'on a ensuite déposé à l'INPI… d'où le 100%.

[WeelZ] : On a souvent tendance à faire un amalgame entre architecture et urbanisme peux tu nous éclairer la dessus ?

L'urbanisme et l'architecture sont liés : voici l'origine de l'amalgame. L'urbanisme est abordée à l'Ecole d'architecture. Pourtant ce sont deux choses qui sont vraiment distinctes. Le terme anglais pour urbanisme est "town planning" que l'on peut traduire en planification urbaine. L'architecture c'est l'art de concevoir et construire (à plusieurs) un bâtiment qui va répondre aux contraintes du règlement d'urbanisme qu'a créé l'urbaniste dans son plan d'urbanisme. L'urbaniste, en fait, c'est quelqu'un qui imagine et projette la ville dans le futur. Il crée des règlements pour y aboutir.
L'intégration de pistes cyclables et d'abris à vélos couverts c'est l'urbaniste qui doit la planifier et indiquer les endroits où les mettre.

[WeelZ] : Aujourd'hui, particulièrement en ville, on parle de plus en plus de vélo ou de transports doux comme alternatives à l'automobile pour les déplacements quotidiens. Existe t il des demandes particulières de la part des clients sur ce sujet dans les projets ? (par exemple demandes de garage à vélo dans des résidences, prévoir une voirie adaptée etc... ) ou plus généralement as tu remarqué un changement dans le domaine ?

Oui j'ai remarqué un changement au coup par coup dans différentes opérations de construction. Les Maîtres d'Ouvrages (les clients des archis qui commandent les bâtiments) veulent de plus en plus être écolos. C'est bien, cela part d'un bon sentiment, cependant c'est une démarche "tendance". Si on veut que ce soit efficace et que cela ait un sens, il faut l'intégrer dans une démarche globale. Il faut que l'on imagine vraiment la ville autrement.

Le règlement d'urbanisme (Comme ça que s'appelle aujourd'hui un Plan d'occupation des Sols), impose la construction de places de parkings à tout le monde pour une maison neuve. Bien entendu, ce sont des parkings à voitures. Si on veut que ça marche on doit laisser construire des maisons avec uniquement des garages à vélos ou même des parkings à vélos. On ouvrira la porte à la construction de la ville de demain. En plus cela permettrait de construire des maisons moins coûteuses et plus compactes.

Sur le même sujet  [Interview] Tiffany Mannion, le premier "maire vélo" aux Etats-Unis

[WeelZ] : A l'inverse de la précédente question est ce qu'un architecte à une force de proposition vis à vis d'un client sur un projet, par exemple en mettant en avant des solutions concernant les transports ?

Oui, l'architecte est un incontournable et un allié des solutions durables. D'une part parce qu'il cherche et trouve des solutions optimales avec des moyens d'aujourd'hui. Je rappelle que l'Ordre des Architectes est un des premiers organismes nationaux à s'être engagé dans la démarche environnementale notamment par notre formation continue. Si tu veux un exemple, j'ai réalisé récemment une maison pour un client proche du centre ville qui comprend un "bike shed" en façade. En terme d'habitat collectif, lors d'un concours en équipe avec l'agence Créa'ture à Orléans, nous avons convaincu le Maître d'Ouvrage de mutualiser les garages pour les détacher des maisons, parce que les moyens de transports doux sont de plus en plus utilisés.

[WeelZ] : Pendant la formation des architectes est ce qu'il y a une sensibilisation particulière par rapport au vélo et aux transports doux ?

Entre 1989 et 1996 quand j'ai fait mes études, le vélo c'était pour les loosers. Aujourd'hui, je suppose que les étudiants étudient la question avec plus de sérieux.

[WeelZ] : Sur ton blog il y a une thématique vélosophie, peux tu nous en dire plus ?

Vélosophie c'est un terme traduit que j'ai piqué à Grant Petersen (de Rivendell Bicycle Works) qui était un ami intime de Sheldon Brown. Il l'a mis sur son site et j'ai trouvé le jeu de mot génial. C'est un peu un genre d'esprit visionnaire et à contre courant qui s'en fout d'être trop radical, qui aime les vélos avec des drop-bars, les roues 650B, les cadres en acier (qu'il fait fabriquer au Japon ou à Taiwan) mais qui n'est pas réac et qui utilise les groupes shimano des trucs technologique, qui mélange les genres… quelqu'un qui s'en fout d'être à la mode mais qui est toujours classe. La vélosophie c'est se respecter comme on est. La vélosophie c'est être libre et avoir un comportement écolo sans être un fanatique. C'est utiliser son vélo le plus souvent possible et sa voiture quand on le doit. Je sais pas, c'est un état d'esprit libre. Dans la vélosophie on n'est pas naïf, on est engagé et on se bouge.

[WeelZ] : Enfin pour conclure cet entretien, quel est ton sentiment sur ton métier et son rapport avec les transports ?

Mon métier c'est juste une passion et je vis avec, comme un cuisinier est passionné par la gastronomie. Parfois il y a des interactions avec les transports, il faut les intégrer dès le stade de la conception. Les abris à vélo, les pistes cyclables, ce sont des programmes nouveaux, qui vont nous permettre de faire une ville plus "light" que celle d'aujourd'hui avec ses voitures, bus, autocars, trains et trams. Aujourd'hui notre monde change. Nous devons l'aider à changer dans le bon sens et s'investir tous.

Un grand merci à Mathieu JULIEN pour nous avoir accordé de son temps.

Son blog

et son book

Retour en haut de page
Fermer cette popup
Ne pars pas comme ça !
On a encore plein de choses à te montrer...

Ne rate rien des prochains articles en t'abonnant à la WeelzLetter ! ( Et parfois, tu peux même y gagner des cadeaux)