Trop-plein de vélos à Amsterdam ?

Trop-plein de vélos à Amsterdam ?

11 décembre 2012

Même si de nombreuses grandes villes d'Europe du Nord évoquent pour beaucoup la bicyclette, la capitale des Pays-Bas conserve, elle, toute son hégémonie à ce sujet et demeure, pour beaucoup, comme étant LE nirvana du cycliste urbain.

Il faut dire que les chiffres parlent d'eux-mêmes : 400 kilomètres de piste cyclable sur seulement 220 km² d'aire urbaine. 600 000 bicyclettes pour 750 000 habitants. Une part modale du vélo qui atteint les 55 % en centre-ville et un budget, que l'on peut qualifier de colossal par rapport à nous, de 27 euros par an et par habitant, soit près de 20 millions d'euros par an.

Pour expliquer ces chiffres, ils suffit tout simplement de regarder du coté de la topologie de la ville, parfaitement plate, et de la physionomie des rues, très étroites, qui découragerait même le plus ardu des automobilistes.

Rues engorgées, parkings saturés...

Cela ressemblerait à des arguments en faveur du vélo, seulement voilà, les rues sont engorgées et les parkings sont saturés ... par les vélos !

Pas étonnant, avec une politique cyclable aussi incitatrice que celle de la municipalité amstellodamoise. Le nombres de cyclistes en ville a augmenté de 44% en 20 ans. Ainsi, ce qu'il convenait d’appeler un paradis cycliste il y a quelques années, semble se transformer aujourd'hui en un véritable enfer à certaines heures de la journée.

La rage au volant que l'on peut connaitre sur un périph' parisien est là-bas transposée aux guidons des vélos. Les coups de sonnettes retentissent chaque seconde, accompagnés souvent de mauvais gestes, et parfois même les insultes fusent. D'autant que les cyclistes urbains hollandais ne sont pas tous respectueux du code de la route. Feux grillés, priorité oubliée, téléphone au guidon ... 56 % des accidents graves en 2009 concernaient des cyclistes.

À lire  Cyclisme sportif et vélo du quotidien, même combat ?

A la congestion des pistes cyclables s'ajoute celle des places de stationnement. Aujourd'hui à Amsterdam, le moindre poteau, le moindre grillage, la moindre barrière, se retrouvent assailli par des hordes de vélos et leurs antivols. Le parking vélo de la gare centrale de la ville (ci-dessus), proposant pourtant une capacité de 10 000 places, est totalement saturé. S'il voulait absorber le gigantesque flux de cyclistes qui arrivent chaque matin, il devrait tout simplement doubler de capacité !

Le pays a beau avoir la réputation de posséder plus de vélos que d'habitant, le vol de vélo prolifère et gare à celui qui aurait oublié d'attacher le sien ! Le chiffre officiel donné par la municipalité est de 90 000 vélos volés chaque année, mais il est, semble t'il, largement sous-estimé.

Le parc vélo néerlandais étant relativement vétuste, beaucoup de victimes ne jugent pas nécessaire d'aller faire une déclaration au commissariat. Une estimation non-officielle va de 500 000 à 1 million de vélos volés !

Les épaves de vélos sont, elles-aussi, légions. En plus des vélos embarqués par la fourrière car considérés comme gênant sur la voie publique, s'ajoutent les bicyclettes abandonnées à leur sort. La police locale y appose des macarons, laissant 15 jours à l'éventuel propriétaire pour venir le retirer. Chaque année, c'est plus de 50 000 vélos qui sont ainsi récupéré et qui reparte dans un réseau de recyclage.

Bref, la ville idéale n'existe certainement pas. Mais si vous demandez à un cycliste d'Amsterdam, quelle serait la solution pour désengorger la ville, la réponse est souvent sans équivoque : il faut encore diminuer la place de la voiture, afin de récupérer de l'espace pour les vélos !

Via LeMonde.fr

Crédits photos : Alexandre Pouchard/LeMonde.fr, Screenpunk, PeeterM.

Shopping Vélo urbain

Trouvez votre bonheur chez nos partenaires shopping

Vélo urbain, vélo de ville, vélo hollandais, vélo à assistance électrique, vélo pliant, casque vélo, antivol vélo, protection pluie vélo, vêtements cycliste urbain...

LeCyclo
Wiggle FR
Alltricks

Articles relatifs
  • titou

    L'article est édifiant, de par son contenu certes mais aussi par le nombre de fautes d'orthographe !!

  • Df

    Fidèle lecteur et géographe, je regrette une fois de + la confusion topologie/topographie

  • Vincent

    "Aujourd'hui à Amsterdam, le moindre poteau, le moindre grillage, la moindre barrière, se retrouvent assailli par des hordes de vélos et leurs antivols. [...] Le pays a beau avoir la réputation de posséder plus de vélos que d'habitant, le vol de vélo prolifère et gare à celui qui aurait oublié d'attacher le sien"

    Logique : il y a tellement peu de places que les gens ne peuvent pas attacher leur vélo à un point fixe, d'où très nombreux vols.

    On se demande ce qu'attend la municipalité pour lancer un méga Vélib, ce qui évitera aux gens d'utiliser leur propre vélo et libérera ainsi beaucoups de place.

    Et accessoirement d'investir dans des vélos pliables, à ranger chez soi.

  • blek le rat

    ahahahahaaaah! j'invite nos amis d'Amsterdam à venir faire un petit séjour revivifiant en France, et notamment à Grenoble, n'étant pas et de loin une ville de montagne, mais un fond de vallée totalement plat, encore plus plat qu'Amsterdam puisqu'il y a moins de cours d'eau à franchir, donc moins de ponts.

    Bref, il comprendront bien vite qu'ils n'ont pas à se plaindre! On peut toujours échanger nos ingénieurs urbanistes contre les leurs, ces derniers étant cyclistes de naissance (voire dans les gènes), ils nous créeront des aménagements au top, sans poteaux au milieu, ni nids de poule, avec des priorités sur les axes routiers, des tunnels pour vélos, des trains pour vélos (ça sauve des vies par dizaines ce système!), et des immeubles avec des garages à vélo... Fietsen!

    Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme!

  • Jean-Marc

    "seulement voilà, les rues sont engorgées et les parkings sont saturés ... par les vélos !"

    1-Les pistes et bandes cyclables sont engorgées de vélos.. pas les rues

    la preuve :
    http://www.copenhagenize.com/2.....treet.html

    Alors qu'ils ont lE DROIT de rouler dans les rues, ils n'utilisent quasi exclusivement QUE les bandes et pistes cyclables (la photo est très significative).

    "At each traffic light cycle there were, on average 2-8 single occupant cars, as well as many busses. In the photo above there is one car waiting for the light and more than 100 bicycle users - the queue continues out of frame to the right.[..]In the summer months I've observed bicycle users waiting for three light cycles before be allowed by the engineer and computer model to continue on to work."

    Traduc : "A chaque feu, il y a 2 à 8 voitures, occupées en général par une seule personne, et autant de bus. Sur la photo d'au dessus, il y a UNE voiture, et plus de 100 cyclistes (la queue continue sur en dehors du cadrage de la photo) [..]En été, j ai vu des cyclistes coinçés pendant 3 feux rouges à un feu, avant d'être autorisé par un ingénieur ou un programme informatisé à continuer leur route vers leur travail"

    2-3 feux d attentes pour la centaine de cyclistes, contre 1 feu maxi pour les 2 à 8 voitures...
    Le pb de copenhague vient plutôt de là : une ultra-sur-représentation, en priorité aux feux, en place de parkings et en rues autorisées à leurs passages (pourquoi ne pas transformées toutes les rues de moins de 200m en voies interdites aux voitures?) aux voitures, qui ne sont qu'une fraction des usagers, face à la très faible infrastruture pour les très nombreux cycliste, que d'un soit-disant sur-nombre en vélos :

    si 30% des vélos d amsterdam se transformés, du jour au lendemain, par magie, en autant de voitures, alors celà deviendrait une des ville les plus invivable et les plus embouteillée du monde...

    2- "Les parkings À VÉLOS sont engorgés de vélos" :
    rappel, une place de parking de voiture, c est 10 à 12 places de vélos... et elles n'ont pas besoin d'une part de bitume aussi importante pour entrer/sortir de leur place (il faut une zone de manoeuvre, large de 2 m pour une voiture), alors qu'uncycliste n a besoin de... moins de 20 cm (il peut porter son vélo de la chaussée au parking), .
    En fait, le pb d'amsterdam, c est la municipalité, qui ne tiens pas compte de la réalité, et qui préfère continuer à créer plus de parkings auto, plutôt que de transformer une place auto sur 5 ou 10 en parkings vélos.

    En multipliant les rues piétonnes, autorisées aux vélos et vélos-cargos, leur pb d encombrement des pistes cyclables disparaitrait... et ils verraient le nombre des derniers automobilistes diminuer.. ce qui libérerait encore plus de places de parkings et de voies.

  • Pingback: L’épineux problème du stationnement vélo en ville, Weelz.fr le web magazine du Vélo Urbain()

  • Pingback: Le vélo urbain sur la toile n°173, Weelz.fr le web magazine du Vélo Urbain()

  • Pingback: Le vélo urbain sur la toile n°174, Weelz.fr le web magazine du Vélo Urbain()

  • Pingback: Amsterdam, une vi(ll)e à vélo, Weelz.fr le web magazine du Vélo Urbain()