Top 9 des femmes engagées pour promouvoir le vélo

Top 9 des femmes engagées pour promouvoir le vélo

Aujourd'hui, c'est la journée internationale des droits des femmes. On vous glisse ici quelques portraits de femmes, qui ont œuvré ou œuvrent encore pour promouvoir le vélo. Cette bicyclette qui, dès ses premières années de développement au XIXe siècle, s'est avérée un formidable outil d'émancipation. Dans notre Top 9 ci-dessous, certaines femmes sont célèbres (ou le furent), d'autres dans l'ombre. Toute affichent une détermination sans faille à célébrer le vélo, chacune à leur manière.

Journée internationale des droits des femmes 2022

"Les femmes n'occupent qu'une petite place dans ce microcosme vélocipédique"

Durant cette journée internationale des droits des femmes, toute la presse va y aller de son petit article pour magnifier la gente féminine. Et c'est tant mieux. En ce qui concerne Weelz!, on est plus pragmatique et aussi conscient de nos lacunes. Je reconnais volontiers que dans nos colonnes, les femmes ne sont pas assez représentées (précision: je suis un homme). D'ailleurs, en effectuant des recherches par ailleurs pour ce billet, cela n'a fait que confirmer ce que je savais déjà : les femmes n'occupent qu'une petite place dans ce microcosme vélocipédique, en France comme à l'international.


Cycliste professionnel, journaliste vélo, chargé de mobilité, designer, spécialiste de l'urbanisme cyclable... notre univers est très (très) majoritairement masculin. Si la parité est difficile à atteindre, certaines femmes parviennent à faire entendre leur voix et contribuent à développer le vélo sous toutes ses formes.

Blanche d'Antigny

"Blanche d'Antigny avec un vélocipède" - Henri de l’Étang

On dit qu'elle a inspiré Emile Zola pour son personnage de Anna Coupeau dans "Nana". Marie Ernestine Antigny, dites Blanche d'Antigny, nait en 1842 dans l'Indre et meurt jeune des suites d'une fièvre typhoïde en 1874. Cette demi-mondaine et courtisane durant le Second Empire était aussi comédienne. Elle n'aura pas marqué les planches (elle était connue comme une interprète médiocre) ; elle n'est pas connue non plus pour ses faits d'armes à bicyclette. Néanmoins, ce portrait d'elle et de son vélocipède par le peintre Henri de l’Étang, est un intéressant témoignage d'une époque où se déplacer à vélo pour une femme était encore mal vu, mais que les mentalités évoluaient, ou certaines tentaient de les faire évoluer. Blanche pourrait être l'une d'elles.

Annie Londonderry

Elle est dépeinte comme la toute première femme cyclo-voyageuse au monde. Annie Cohen Kopchovsky dite Annie Londonderry était une journaliste américaine (1870-1947). Son histoire est singulière et son début ressemble au roman de Jules Verne "Le tour du monde en 80 jours". Car c'est un pari qui l'a amené a entreprendre un tour du monde à vélo. 20.000$ afin de prouver qu'une femme est capable d'un tel périple. C'est aussi les débuts du sponsoring. Son nom de famille est tiré du nom de la Londonderry Lithia Spring Water Company, l'entreprise américaine d'eau de source qui lui propose de la rémunérer durant son voyage, en échange d'un panneau publicitaire fixé à son vélo.

Elle est partie le 25 juin 1894 de Boston et est arrivée quinze mois plus tard à Chicago, le 12 septembre 1895, après avoir traversé la France, un peu de l'Afrique, l'Asie du sud-est, le Japon et de revenir aux États-Unis. "Le voyage le plus extraordinaire jamais entrepris par une femme" titrait à l'époque le journal New York World.

Claire Morissette

La ville de Montréal l'appelle "La grande dame du vélo urbain". Claire Morissette était une militante écologiste et féministe québecoise. Elle était surtout une fervente défenseuse de la cause cycliste. Elle a fortement contribué au développement du vélo à Montréal dans les années 80 et 90. Au sein de l'association "Le Monde à Bicyclette", elle avait rejoint Robert Silverman, un autre militant cycliste montréalais décédé le 20 février dernier.

Elle est aussi l'auteure d'un livre "Deux roues, un avenir" paru en 1994 aux éditions Ecosociété (même maison que le livre de Stein van Oosteren). En 1999, elle crée l'ONG Cyclo Nord-Sud, pour recycler et revaloriser les vieux vélos du Nord et leur donner une seconde vie vers les pays en voie de développement. Plus de 57 000 vélos ont été envoyés dans une vingtaine de pays d’Afrique et d’Amérique latine. Décédée le 20 juillet 2007, la ville de Montréal lui a rendu hommage en nommant par son nom la piste cyclable du Boulevard de Maisonneuve.

Janette Sadik-Khan

Née dans les années 60 en Californie, Janette Sadik-Khan est surtout connue pour avoir été la responsable transport de la ville de New York de 2007 à 2013. On lui doit notamment la pacification de plus de 70 hectares d'espace public new-yorkais auparavant dévolus à l'automobile et rendus aux piétons et aux cyclistes. Son plus célèbre fait d'arme : la fermeture aux automobilistes d'une grande partie de Time Square.

Elle a également contribué à l'arrivé du Citi Bke, le Vélib de NYC. Sa devise : "Si vous parvenez à modifier les rues, vous pouvez changer le monde". Janette est aussi l'auteure de "Streetfight: Handbook for an Urban Revolution", un livre plaidoyer sur l'usage de l'espace public et les mobilités (co-écrit avec Seth Solomonow).

Sur le même sujet  Un vélo Mercier conçu par GIRS et peint par Cyfac

Nadima Abu Al-Enein

Nadima Abu Al-Enein, à droite

Elle n'est pas aussi célèbre que les femmes précédemment évoquées. Néanmoins, Nadima Abu Al-Enein est, elle aussi, une militante cycliste engagée. Elle est à l'origine de la création d'un groupe de femmes cyclistes, "Al-Besklita". Cela pourrait être anodin de notre point de vue occidental, sauf qu'ici c'est en Arabie Saoudite que ça se passe. Pays qui, comme vous le savez sans doute, est assez peu en avance sur la question du droit des Femmes (assez peu en avance, une jolie litote pour dire qu'ils sont grave à la bourre). Rappelons que faire du vélo pour une femme était considéré comme un délit jusqu'en 2013. Depuis le vélo leur est autorisé, à condition d'être voilées et accompagnées d’un homme de leur famille, et uniquement pour le loisir ou le sport, pas pour se déplacer. Une façon masquée de dire que la pratique du vélo leur est autorisée, mais pas trop quand même.

Nadima était encore étudiante lorsqu'elle a créé ce groupe cycliste féminin, à Jeddah, ville portuaire de l'ouest du pays. Depuis 2017, près de 500 femmes l'ont rejoint pour participer à des cours de vélo. Le pays semble s'ouvrir peu à peu à la pratique du vélo pour toutes et tous, sous l'impulsion du prince héritier Mohammed ben Salmane. Un sacré démocrate ! (une autre litote que chacun comprendra comme il voudra)

Pinar Pinzuti

Italienne d'origine turque, Pinar Pinzuti est en mission : celle de mettre toujours plus de personnes sur un vélo. Elle est la marketing manager de Bikenomist, une agence conseil vélo, et également co-fondatrice du média Bike Italia. Accessoirement, Pinar est mariée à Paolo Pinzuti, fondateur de Bikenomist et fervent militant de la cause vélo en Italie (j'ai eu l'occasion de rencontrer plusieurs fois ces deux amoureux du vélo).

Basée à Milan, Pinar Pinzuti est aussi la coordinatrice des Fancy Women Bike Ride, un événement international imaginé par une professeure d'histoire turque, Sema Gür, à Izmir en 2013. Il s'agit d'un rassemblement festif non-mixte dont l'objectif est de réclamer un espace public plus sécurisant pour toutes les femmes qui souhaitent se déplacer à vélo. Le 19 septembre 2021, plus de 150 villes ont conjointement organisé une Fancy Women Bike Ride dans plus de 30 pays.

Marion Rousse

L'ex-championne de France sur route (2012) est devenue l'un des visages féminins célèbres du cyclisme français. Elle est devenue consultante pour France Télévisions, commentatrice sur chaque Tour de France depuis 2017. Issue d'une famille de cyclistes (un papa cycliste et trois cousins coureurs professionnels), Marion Rousse est aussi la directrice adjointe du Tour de la Provence et du Tour Savoie Mont-Blanc. Celle qui partage sa vie avec le champion du monde Julian Alaphilippe sera aussi la directrice de course du tout premier du Tour de France Femmes Zwift, qui aura lieu en juillet 2022. Une femme engagée pour promouvoir le vélo au féminin.

Charlotte Guth

Moins célèbre que les autres femmes de cette liste, Charlotte Guth n'en est pas moins une femme engagée pour la cause du vélo. Elle est la cheffe de la Mission Vélo à la Direction de la Voirie et des Déplacements pour la Ville de Paris. Diplômée de Centrale Lyon en 2010, cette ingénieure en aménagement urbain pilote depuis 2018 la mise en place des infrastructures cyclables de la capitale (Champs-Élysées, rue de Rivoli, quais Rive-Gauche, c'est elle). Elle a également œuvré pour le nouveau plan vélo 2021-2026 pour un Paris 100% cyclable aux cotés de David Belliard.

Et la neuvième ?

"le vélo c'est un objet qui doit, qui peut dépasser les questions de genres"

La neuvième ? C'est vous, votre maman, votre fille, votre voisine, votre cousine, votre copine, votre mécanicienne... Vous qui représentez 30% de notre lectorat. Vous qui enfourchez votre vélo tous les jours, ou de temps en temps, avec le sourire et une bonne humeur communicative. Vous qui êtes présidente d'association, patronne d'un atelier vélo, gérante de boutique, livreuse à vélo... Vous qui filez au bureau, en jean ou en tailleur. La neuvième, c'est toutes celles qui démontrent que le vélo c'est un objet qui doit, qui peut dépasser les questions de genres. Mesdames, une galerie de photos, juste l'occasion de vous tirer notre gapette et vous saluer.


Cette liste est très loin d'être exhaustive. Elle est aussi subjective, avec un éclectisme assumé. Elle n'a pour seule ambition que de mettre en avant quelques femmes engagées, qui défendent (ou ont défendu) le vélo ; non seulement comme un moyen de sport ou de transport, mais aussi comme un formidable outil d'émancipation et de liberté. Des commentaires ?

Retour en haut de page