Top 6 des véloroutes pour voyager à vélo en France cet été

Top 6 des véloroutes pour voyager à vélo en France cet été

Parcourir la France à vélo

Alors que les voyages à l’étranger s’annoncent difficiles en raison de la fermeture des frontières et que les grands pôles touristiques ne sont guère attractifs en cette période de distanciation sociale, le voyage à vélo pourrait bien avoir le vent dans le dos cet été ! De plus, il s’adapte à toutes les envies de vacances, sportives ou relax, solo, en famille ou entre amis, de quelques jours à plusieurs semaines.

Alors, si vous êtes tentés par cette forme de tourisme au grand air, petit tour d’horizon des destinations vélo en France.


Vous n’êtes pas sûrs de vos propres vélos ou vous voulez éviter d’avoir à les transporter vers votre point de départ ? Aucun problème ! De plus en plus de loueurs proposent des locations de vélo et accessoires (sacoches, remorques). Certains proposent en outre de vous emmener à votre point de départ en minibus ou encore de transporter vos bagages d’un point à l’autre.

#1 La Loire à Vélo

Impossible de dresser un top des destinations vélo en France sans mentionner la Loire à vélo. Cet itinéraire de 900 km de Nevers à l’Atlantique ne manque pas d’atouts que l’on soit débutants ou habitués du voyage à vélo, seul.e ou en famille. Les amateurs de longue distance pourront s’en donner à cœur joie tout autant que les familles qui voudront faire de plus courts trajets. Le tracé chemine le long de la Loire ou de certains de ces affluents comme le Cosson, le Cher. 

Ce qu’on y voit

Les amatrices et amateurs de nature sont servis et pourront apprécier le fleuve sauvage et la richesse de sa faune et de sa flore. Le parcours est souvent agrémenté de panneaux explicatifs pour accompagner votre découverte du paysage. Celles et ceux qui préfèrent le patrimoine historique et culturel ne seront pas non plus déçus du voyage. La Loire à vélo vous permet d’accéder aux célèbres châteaux de la Loire (Chambord, Amboise, Sully sur Loire). Tout au long du parcours, vous pourrez aussi vous laisser surprendre par plusieurs villages médiévaux.

À ne pas rater

  • La Loire, fil rouge du voyage aux multiples visages qui invite à la détente et à la rêverie
  • Les grandes villes du parcours et leurs nombreux atouts touristiques (Orléans, Tours, Angers, Blois, Nantes)
  • La Charité sur Loire, ville du mot et ses nombreuses librairies
  • Briare et son pont-canal au-dessus de la Loire
  • Chateauneuf sur Loire et son musée de la Marine de Loire
  • Le Festival des Jardins de Chaumont sur Loire
  • Amboise et le célèbre Clos Lucé, Château de Léonard de Vinci
  • Les Troglodytes de Souzay-Champigny
  • Les machines de l’île à Nantes
  • L’estuaire de la Loire et les œuvres d’art contemporain du Voyage à Nantes

En pratique

Dans le TER spécialement affrété pour les cyclotouristes de la Loire à Vélo, de juin à septembre (service gratuit)

Pour préparer votre voyage, le site Loire à Vélo est très complet. Les hébergements sont nombreux tout au long du parcours et les services aux cyclistes très développés (ateliers vélo, locations, hébergements avec le Label Accueil Vélo, consignes à bagages, prises de rechargement pour les batteries de VAE. La Loire à vélo est aussi l’itinéraire le mieux équipé pour les cyclotouristes qui veulent embarquer leur vélo dans le train : le Ter spécial Loire à Vélo peut embarquer jusqu'à 83 vélos d’Orléans au Croisic.

#2 La Vélofrancette

©Pascal BELTRAMI - La Vélo Francette

Perpendiculaire de la Loire à vélo, la Vélofrancette vous mènera de Ouistreham jusqu’au port de La Rochelle. Elle a d’ailleurs été élue “Véloroute de l’année” en 2017 ! Ses 600 km, de la Manche à l’Océan Atlantique, offre des possibilités pour tous les niveaux. Les débutants et les familles profiteront des chemins de halage entre Mayenne et Angers ou encore des voies vertes du Marais Poitevin à la Rochelle. Quant aux plus sportifs, ils pourront se lancer à l’assaut des sommets de la Suisse Normande puisqu’une variante de l’itinéraire se hisse jusqu’au belvédère de la Roche d’Oëtre qui culmine à 118 mètres et de sa vue imprenable sur les gorges de la Rouvre.

Ce qu’on y voit

Une grande variété de paysages et une richesse de la faune et de la flore défilent tout au long du parcours des longues plages du débarquement à Ouistreham à la Vallée de la Loire, des collines de la Suisse Normande au Marais Poitevin. C’est également un voyage dans le temps qui s’offre à vous. La Vélofrancette traverse plusieurs cités encore marquées par leur passé médiéval ou encore de hauts lieux de la Seconde Guerre Mondiale comme Sword Beach ou encore Caen.

À ne pas rater

  • Caen et sa riche histoire de Guillaume le Conquérant (l’Abbaye aux Hommes, l’Abbaye aux Dames) à la Seconde Guerre mondiale (le Mémorial)
  • La ville fortifiée de Domfront
  • Laval, le vieux château, les rues médiévales et les maisons à colombages
  • Grez-Neuville et ses vieilles demeures au bord de la Mayenne
  • Angers, le château et les tapisseries de l’Apocalypse, la vieille ville, la confluence de la Maine et de la Loire
  • Le Thoureil, les maisons Renaissance en tuffeau
  • La cité fortifiée de Montreuil-Bellay
  • Saint Loup sur Thouet, les maisons à colombages
  • Le Marais Poitevin et les bords de la Sèvre Niortaise
  • Le Vieux-Port de la Rochelle

En pratique

©J. Damase

Là encore, les services sont nombreux le long de l’itinéraire. De nombreuses gares ponctuent le parcours et les services de location de vélos, de transfert de bagages sont nombreux.

+ d'infos sur le site de la Vélofrancette.

#3 La Vélodyssée

©LaVelodyssee-Aurelie-Stapf

La Vélodyssée est la plus longue véloroute de France (1200 km dont 70% de voies sans voitures). Elle vous mènera du Finistère au Pays Basque le long des côtes atlantiques en passant par le canal de Nantes à Brest et par les forêts des Landes. Ce maillon français de l’Eurovélo 1 (qui s’étend du Cap Nord en Norvège à Sagres au Portugal) offre une vue sur l’océan sur une grande partie du tracé, c’est le trajet de bord de mer par excellence même s’il s’autorise plusieurs agréables incursions dans les terres.

Ce qu’on y voit

C’est assurément l’itinéraire de tous les paysages. Après les côtes de la Manche à Roscoff, la vélodyssée sillonne dans la douceur et l’arrière pays breton et le chemin de halage le long du canal de Nantes à Brest. Elle longe les longues plages de sable des côtes vendéennes et charentaises avant de s’abriter sous le gigantisme des pins de la forêt des Landes. Elle termine sa course au pied des Pyrénées sur la côte basque.

À ne pas rater :

  • Le Lac de Guerlédan, plus grand lac de Bretagne
  • Les villes médiévales de Morlaix, Josselin et Pontivy
  • Les nombreuses écluses du canal de Nantes à Brest
  • Nantes et les machines de l’île
  • Le joli port de Pornic 
  • La Rochelle (pionnière du vélo en libre service et son vieux port)
  • La vue sur le Fort Boyard depuis Fouras
  • La dune du Pilat
  • La forêt des Landes
  • Le port basque de St Jean de Luz
  • Les falaises du domaine d’Abbadia
Sur le même sujet  [Test] Veste vélo Vaude Cyclist Softshell, coup de cœur pour la mi-saison

En pratique

Attention le tracé n’est pas toujours simple, quelques étapes sont plus difficiles que d’autres, particulièrement entre Hendaye et Biarritz ou dans les environs de Nantes. Les routes sont de bonnes qualité.

+ d'infos sur le site de la Vélodyssée.

Pour creuser le sujet, vous pouvez retrouver tous les articles du blog Un Monde à Vélo.

#4 Le Canal des Deux Mers

Cet itinéraire relie l’océan Atlantique et la mer méditerranée de Royan à Sète sur 800 km. Longeant le canal du Midi (inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco) et le canal latéral de la Garonne. Le canal des deux mers à vélo est aussi un trait d’union entre plusieurs itinéraires Eurovélo et permet d’envisager pour les voyageurs au long cours de rallier la ViaRhôna depuis l’Ouest de la France ou la Vélodyssée depuis l’Est de la France.

Ce qu’on y voit

La véloroute du canal des deux mers suit pour une partie le mythique canal du Midi, qui depuis le XVIIe siècle (400 ans !) permet de naviguer de la mer Méditerranée à Toulouse. 

L’itinéraire traverse de très belles villes au patrimoine historique très riche (Bordeaux, Agen, Toulouse…) et surtout des terroirs réputés pour leur gastronomie et leurs vins, de belles récompenses après de longues journées à pédaler. Les amateurs de poésie et de chanson française qui iront au bout de l’itinéraire pourront aller rendre hommage à Georges Brassens à Sète avant d’admirer le coucher du soleil aux criques de la Nau et de la Vigie.

À ne pas rater

  • Bordeaux, ses monuments mais aussi ses lieux alternatifs comme le Darwin Ecosystème
  • Agen, la perle du Midi et son pont-canal
  • Le cloître de Moissac
  • Toulouse, la ville rose et la célèbre place du Capitole
  • La cité médiévale de Carcassonne
  • L’étang de Thau
  • L’Espace Georges Brassens à Sète

En pratique

La majorité du tracé se fait sur un chemin de halage, la route est donc en bon état. S’il y a du vent de face, l’itinéraire peut devenir difficile. Le tronçon La Réole - Sauveterre-de-Guyenne est difficile de part son tracé sur une route et ses montées.

#5 La ViaRhôna

S’étirant sur 780 km, de Saint-Gingolph, village coupé en deux par la frontière franco-suisse au bord du lac Léman à la Mer Méditerranée, la Viarhôna frappe elle aussi par la diversité des paysages qu’elle traverse. Les premières dizaines de kilomètres offrent la part belle aux vues sur les Alpes et le Jura. Puis viennent les plaines et les collines du lyonnais avant de rejoindre la vallée du Rhône entre Drôme et Ardèche jusqu’en Provence pour finir en Camargue.

Ce qu’on y voit

Montagne oblige, la première partie du parcours suit notamment des routes connues des amateurs de cyclisme sportif et se destine plutôt aux cyclistes aguerris. Les Pays de Savoie ne vous laisseront pas vous échapper si facilement et de jolis dénivelés se dresseront devant vous avant de franchir le sud du Massif du Jura.

La traversée de Lyon vaut le détour mais la sortie vers le Sud manque encore cruellement d’aménagements (ce serait pour bientôt, après une grande consultation publique par la région Auvergne-Rhône-Alpes, ce tronçon s’est trouvé au cœur des programmes de la plupart des candidats aux élections municipales et métropolitaines). Vous serez contraints de reprendre le train.

Après avoir admiré les ruines gallo-romaines de Vienne, vous pourrez vous laisser porter au fil du Rhône. On suit le fleuve au gré des barrages de la CNR (qui a financé une bonne partie de la ViaRhôna), des villages mais aussi des centrales nucléaires.

À partir de Beaucaire, deux itinéraires possibles : direction Sète (pour retrouver le canal des deux mers) ou Port Saint Louis du Rhône et la plage Napoléon.

À ne pas rater :

  • Chanaz, joli petit port 
  • Seyssel, confluence du Fier et du Rhône
  • La traversée du parc Miribel Jonage 
  • Lyon 
  • Vienne et ses ruines romaines
  • Le pont suspendu de la Voulte sur Rhône
  • Le petit village médiéval de Cruas, au pied de la centrale nucléaire
  • Montélimar
  • Avignon

Si vers la plage Napoléon : 

  • Arles et son amphithéâtre
  • La camargue !

Si vers Sètes :

  • Aigues mortes
  • Longer la côte méditerranéenne 

En pratique

La ViaRhôna comporte encore des portions de route à forte circulation non aménagés qui peuvent être trop délicats à aborder en famille sur la première partie de l’itinéraire.

Certains tronçons présentent un bon dénivelé mais, passé Lyon, la route est plutôt plate et les aménagements plus nombreux et adaptés aux néophytes et aux familles à partir de Vienne.

Autre écueil, la sortie de Lyon au sud est désagréable et mal aménagée. Il est conseillé d’emprunter le TER jusqu’à Givors ou Vienne.

Dans la vallée du Rhône depuis le Nord, si la Bise et le Mistral sont avec vous, vous devrez vous couvrir mais vous ne verrez pas les kilomètres défiler. Gare à vous, en revanche si les vents du Sud dont le caniculaire Sirocco vous font barrage.

Même s’il y a moins d’hébergements que sur d’autres véloroutes, il y a quelques campings, hôtels et maisons d’hôtes.

#6 Le tour de Bourgogne

C’est probablement la moins connue des 6 destinations et pourtant, c’est là qu’a été tracée la première voie verte de France en 1997. Cette boucle de 800 km à travers 4 départements ne manque pas d’atouts, notamment pour les familles et celles et ceux qui veulent tenter une première expérience à vélo : longues portions bien aménagées voire en site propre (64% de l’itinéraire), accessible en train en plusieurs points, y compris en TGV, une grande variété d’hébergements labellisés Accueil Vélo.

Ce qu’on y voit

Des vignes à la réputation internationale, de beaux villages et surtout les canaux de Bourgogne où l’on prend le temps de profiter du calme des chemins de halage. Le patrimoine historique est également très important, notamment à Beaune, à Paray-le-Monial, à Alise Sainte Reine sous le Mont Auxois, théâtre de la célèbre bataille d’Alésia.

Si vous vous élancez sur le Tour de Bourgogne du Sud, vous traverserez les vignes du Mâconnais et pourrez visiter la célèbre Abbaye de Cluny à l’histoire prestigieuse.

À ne pas rater :

  • Le muséoparc d’Alésia pour tout comprendre de la célèbre bataille
  • L’Abbaye de Fontenay
  • Les forges de Buffon (Montbard)
  • Châteaux d’Ancy-le-Franc et de Tanlay
  • le vignoble et les Hospices de Beaune
  • Les fresques monumentales de la “Karrière” de Villars-Fontaine
  • Paray-le-Monial et sa basilique
  • L’abbaye de Cluny

En pratique

Le tour de Bourgogne comporte très peu de relief à l’exception du secteur de Pouilly en Auxois où une centaine de mètres de dénivelé sont à affronter mais sur des voies vertes, rien d’insurmontable et une bonne occasion de se lancer dans la grimpette !

Certains secteurs permettront aux débutants de profiter d’itinéraires à 90% en site propre comme la Bourgogne du Sud ou le Canal du Nivernais.

Pour préparer son voyage, le site de France Vélo Tourisme.

Que pensez-vous de notre TOP Véloroutes françaises ? En avez-vous parcouru certaines ? En ajouteriez-vous d'autres ? Dites le nous en commentaire.

Retour en haut de page