[Test] Cannondale Synapse SmartSense, un vélo de route endurance, connecté et intelligent — Weelz.fr
[Test] Cannondale Synapse SmartSense, un vélo de route endurance, connecté et intelligent

[Test] Cannondale Synapse SmartSense, un vélo de route endurance, connecté et intelligent

"Voilà un vélo musculaire avec lequel vous pourrez tout faire, ou presque." d'infos

(4/5)

Un Cannondale Synapse ?! Un vélo de Raymond dans nos colonnes ?! On vous en propose de temps en temps. Parce qu'un vélo en carbone peut tout à fait, lui aussi, être un compagnon au quotidien, pour tout faire, ou presque. La mouture 2022 du Cannondale Synapse, équipé en SmartSense, est-ce une solution censée ? J'ai parcouru des centaines de trajets quotidiens sur un Synapse (modèle 2015). Qui a dit qu'un vélo de route ne pouvait pas être votre vélo pour aller chercher des KOM sur Strava et aller chercher le pain ou vous emmener au taf ? On vous dit tout ce qu'on a pensé de ce vélo ci-après.

Le Synapse dans la gamme Cannondale

Il est initialement présenté comme un vélo de longue distance. Les américains disent endurance. Comprendre donc : confortable, sans sacrifier le rendement. Privilégier le confort plutôt que la capacité à relancer en sortie de courbe. Au fil des itérations, le Synapse s'est gravelisé. Avec notamment une possible monte de pneus plus larges.


Sur la version 2022, vous pourrez rouler en section de 35 mm (Ma version 2015 autorise des pneus de 30 max). Le millésime 2022, en sortie usine, monte des pneus de 30. La marque américaine l'annonce sans détour : voici un vélo qui va lier le confort et la performance. "Beaucoup de plaisir" comme le promet Guillaume Koch (France et Benelux Marketing Manager chez Cannondale). Après un peu plus de 2500 kilomètres à son guidon, que peut-on en dire ?

Le système Cannondale SmartSense sur ce Synapse

La grande innovation vient du système Cannondale SmartSense. Un éclairage et radar Vario Garmin intégrés au bicloune. Alimentés par une petite batterie amovible, qui vient se glisser à la jonction entre le tube diagonal et le tube de selle. La batterie mesure 12cmx4,5cmx3cmx et pèse 177 grammes. Elle assure, en fonction de vos paramétrages (et de la température du jour) entre deux et trois heures d'autonomie.

La batterie amovible plus petite qu'un étui à lunettes. Et pas plus lourd.

Vous piloterez votre système SmartSense via l'application Cannondale (compatible Android ou iOs). Pour faire simple, Cannondale propose ici une alternative aux éclairages ajoutées et l'éclairage par dynamo. Aucune des deux solutions n'est parfaite. Et le SmartSense, alors, est-il parfait ?

L'éclairage à la recherche de la solution parfaite

Les éclairages que l'on ajoute, que l'on clipse et déclipse ; que l'on oublie de charger ou de clipser en partant. C'est pratique mais c'est pénible. Il y a toujours le stress de les oublier avant de partir, de les chercher au fond du sac. On se pose la question si l'on aura assez de stock d'énergie pour assurer le trajet du retour.

Au quotidien, c'est un sujet. Le système dynamo est en général la bonne alternative. Une très bonne solution, sauf qu'il faut changer le moyeu de la roue et ça coûte souvent un bras. Et si tu veux changer ta paire de roues, alors il faut re-rayonner entièrement la roue avant, pénible et couteux. La solution proposée par Cannondale est, sur le papier, le meilleur des deux mondes.

En théorie, c'est parfait

Enfin, de l'éclairage à demeure ; qui restent sur le vélo. Des lampes que l'on ne va pas perdre ou oublier. La batterie se glisse sur le vélo en deux secondes, elle s'enlève en autant de temps. Elle se charge complètement en 2 heures. La batterie peut aussi vous servir de powerbank si votre téléphone (ou tout autre petit appareil électronique) est en rade.

L'appairage entre le système et le téléphone se fait très simplement. Les deux objets se trouvent automatiquement. L'ergonomie de l'appli est très bonne. Vous choisissez de n'activer que l'éclairage avant, que celui de l'arrière, que le radar Garmin... Tout, rien. Un combo, comme vous le souhaitez.

Le bon moment de vous parler de la robe du vélo. Elle est incroyable. Un vrai caméléon.

En pratique, c'est bien...

Nous vous parlions du système de radar Garmin lors de ce test, . En résumé, ce système détecte les véhicules qui arrivent dans votre dos. Il vous prévient. Plus la machine derrière arrive vite, plus le voyant est rouge. Plus il se rapproche, plus il est proche de votre point à vous. En pratique la combinaison est vraiment intéressante.

L'éclairage avant LEZYNE Classic E 350 offre une puissance d'éclairage suffisamment élevée pour vous contenter sur quelques kilomètres, sur une voie non éclairée (On n'a pas trouvé les specs de cette lumière). La lampe arrière est visible ... de très loin (pas mieux).

Dans la pratique, dans un usage quotidien, le système est appréciable. Le tout amène un confort d'usage et un sentiment de sécurité vraiment accru. Voir et être vu, vous connaissez l'adage. Vraiment, ce système aurait été disponible en 2015, je me serais intéressé au SmartSense pour choisir mon vélotaf et vélo à tout faire (vélotaf et route).

Oui la cassette est un poil grasse. C'est la vraie vie les amis. Un vélo qui roule pas un vélo de salon.

...à l'usage, quelques erreurs de jeunesse

Le SmartSense a tout de même quelques limites. Tout d'abord son autonomie. Entre 2 et 3 heures, c'est bien pour un usage vélotaf. Même si en hiver, cela veut dire qu'il faut potentiellement charger la batterie tous les jours, pour être certain de ne pas finir son trajet du retour en mode ninja. Les paramétrages sont, en théorie, possibles en se passant de l'appli du téléphone en allant trouver des boutons sur les lampes. Boutons qui sont clairement inaccessibles en roulant.

Moins de 3 heures d'autonomie, c'est trop juste sur une sortie sportive ou loisir. On n'évoque même pas sur une sortie en longue distance. A moins d'avoir une batterie externe dans sa sacoche pour charger la batterie (qui elle même peut servir de powerbank !). On ne s'en sort plus. Si la sortie est annoncée très longue, il faudra trouver un moment pour sortir son téléphone ; désactiver l'éclairage. Puis quand l'obscurité revient, réactiver le tout (en tripotant son téléphone, s'il vous reste de la batterie sur ce dernier !). En soi, rien de compliqué. Simplement, ça demande des manipulations. L'hiver, vous avez l'impression de passer votre temps à enlever et enfiler vos gants.

Et puis, il y a un défaut de signal. Quand la batterie est posée sur le vélo, il semblerait qu'il y ait un détecteur de mouvements (possiblement une connexion avec le capteur de rotation Cannondale glissé à côté du moyeu de la roue avant). Donc même quand vous désactivez le biniou, la batterie se décharge. Seule solution ? Glisser votre batterie dans le jersey ou la sacoche... En l'occurrence, ça fait vraiment trop de manipulations (à mon goût).

Passons à ce vélo Cannondale Synapse

Le Cannondale Synapse qui nous a accompagné sur de (très) nombreuses sorties est le modèle 2RL. Nous allons passer vite fait sur la géométrie, les angles et autres empattements (cf ci-dessous) pour nous intéresser aux équipements et autres ressentis une fois les fesses posées en selle.

L'équipement donc

Le groupe

Le modèle testé est équipé en Shimano Ultegra, 2x11 vitesses (Plateaux 50/34 ; pignons 11/34). Ce n'est donc pas l'ultra haut de gamme en électronique, nous sommes quand même dans une proposition de groupe dans l'entrée du haut de gamme1. A l'usage, oui ! C'est confortable. A titre de comparaison, avec mon vélo perso (Cannondale Synapse en 105) la différence ressentie est surtout quand on souhaite changer de vitesse sous contrainte, en tension, l'Ultegra est plus fluide que le 105. Un peu plus précis. Enfin, il semblerait moins sujet aux besoins de réglages réguliers.

Avec plus de 2500 kilomètres au compteur (oui il va falloir envisager un changement de chaine et de cassette), je n'ai clairement pas l'impression d'être sur un groupe rincé. Que dire du développement ? L'ensemble des combinaisons est bien équilibré (c'est d'ailleurs plutôt standard). Vous pourrez toujours vous trouver sur le bon rapport. Que les 18% de la côte soit dans votre nez ou dans vos fesses.

La photo officielle.

Les roues Fulcrum

Sur mon vélo perso, j'ai dû m'offrir une paire de roues plus solides. Oui, je l'utilisais en vélotaf, avec 50 km/jour et régulièrement 200 km le weekend. Un usage... intensif. Tous les mois, je devais remettre en tension les rayons des roues d'origines. Les Mavic Allroad ont avantageusement résolu le problème. En 2022, les jantes Fulcrum Rapid Red 900 n'ont pas ce défaut. Elles tiennent la route et la distance. Bien entendu, le contexte d'usage est différent. Il n'empêche, aujourd'hui, elles semblent prêtes à continuer un bout de chemin sous mon quintal.

Sous les coups de pédale, on a une paire de jantes précises qui assurent parfaitement la transmission de puissance, qui se montrent à l'aise sur tout type de bitume. Elles ne semblent pas dépassées par les événements sur les quelques sorties en sous-bois effectuées. Sans être les meilleures jantes possibles, elles sont, somme toute, très polyvalentes. J'aurais été curieux de tester ce même vélo avec les jantes du grand frère, les Knot HollowGram 45 (montées sur le Cannondale Synapse haut de gamme).

Sur le même sujet  [Test] Douze LT 2B, un vélo longtail qui vous transporte avec charme

Les pneus (oui je fais un paragraphe sur les pneus, c'est mon droit, non ?)

Les jantes sont très bien servies par les pneus montés d'origine. Les Vittoria Rubino Pro Bright Black, 700 x 30C reflective. Je ne vais pas faire l'affront à Cannondale d'annoncer que ses pneus m'ont bluffé (comme s'il n'y avait que cela à retenir), il n'empêche, ils m'ont bluffé. Ces pneus ont un touché de route très agréable, confortable et rassurant. Je résumerai par cette formule : Des pneus au touché de route soyeux. C'est si doux.

Ils n'ont jamais montré leurs limites, ni sur bitume gras, sec, détrempé. Ils m'ont même probablement sauvé d'un emplaffonage d'un automobiliste qui me coupe la route, moi-même lancé à 40 km/h dans un faux-plat descendant. L'automobiliste ne peut pas me dire "je ne vous avais pas vu" puisqu'il n'a jamais eu conscience de sa manœuvre dégueulasse. Le vélo, debout sur les freins s'est comporté d'une manière exemplaire.

Les freins

Une transition toute trouvée. Les disques Shimano Ultegra hydraulic disc, 160/160 mm RT800 rotors et les leviers de la même maison et de la même gamme offrent, selon moi, un équilibre parfait. Ils sont moelleux, mordants et progressifs. Pour le dire autrement, ils sont à votre service.

Encore une fois, peu importe les conditions météo du jour et l'état du revêtement sur lequel vous roulez, vous vous arrêterez ! Encore faut-il anticiper les manœuvres dégueux des autres usagers (peut-être que l'automobiliste m'a vu et qu'il s'est dit en me coupant la route "oh lui ça va, il est équipé en disques Shimano Ultegra hydraulic , 160/160mm RT800 rotors et les leviers sont de la même maison Shimano Ultegra hydraulic, il va donc réussir à s'arrêter". Peut-être, peut-être pas, on ne peut pas savoir.

Tellement je vais vite, il me faut au moins ça pour freiner.

Le reste (cintre, selle, tige de selle...)

On s'en fout un peu de tout cela non ? Moi oui. J'ai la chance d'avoir une paire de fesses ayant visiblement une compatibilité universelle. Je n'ai jamais mal au cul (probablement est-ce parce que j'applique à la lettre les conseils donnés ici-même sur ce sujet). Le cintre, pareil, je ne me sens pas de vous faire un laïus sur la profondeur du drop et la rigidité de cet appendice un peu trop présente ou pas assez.... La tige de selle ? Elle est vraiment super. Voyez plutôt comment elle s'appelle Cannondale 3 SmartSense, 6061 Alloy, 27.2 x 350mm (48-56), 400mm (58-61). Tout est dit ? Non. La guidoline est formidable. Un touché soyeux là aussi.

un touché...

Géométrie et comportement routier

Oui, le vélo est ultra confortable. Un savant mélange entre une géométrie "endurance" et un travail sur le carbone. Un peu plus de fibre ici, un peu moins là. Une forme de tube plus plate, moins ronde (Je vous écris comme si vous en connaissiez aussi peu que moi sur les subtilités d'un reach de 38 au lieu de 39 ou d'un stack de 57 au lieu de 61)2.

J'ai été étonné de la différence de ressenti entre cette version 2022 et mon vélo de 2016. Le 2022 semble plus agile, plus nerveux. Il faut dire aussi, mon Cannondale Synapse est en 60, celui testé en 58. Je me sens en effet plus ramassé et plus compact sur ce vélo.

Ce n'est pas moi sur le vélo. Je suis plus gros normalement.

En usage routier pur, on peut reprocher au vélo un léger manque de nervosité dans les relances. On peut apprécier en revanche le travail de filtrations des aspérités par le cadre en usage endurance. Puis-je dire que sur une sortie de 240km ce vélo est reposant ? Oui.

En usage vélotaf, vous n'êtes pas sur une machine de contre la montre. Le regard porte loin. Oui, vous pourrez regretter d'avoir chargé votre sac à dos comme une mule (le poids du sac vient sur vos bras, c'est un poil fatiguant). Heureusement, Cannondale a glissé des œillets partout sur le vélo. Vous pourrez donc (si le cœur vous en dit) glisser un porte-bagage, des garde-boues et l'ensemble des accessoires qui transformeront votre vélo qui va vite en parfait vélotaf. Pourrez-vous glisser une béquille ? Laissez-nous vérifier avec la marque. La présence des œillets un peu partout vous permettra aussi de transformer votre coursier en compagnon de longues chevauchées bikepacking solitaires à travers le monde.

Il brille dans la nuit

Comportement gravel

Comme j'ai eu l'occasion de l'écrire chez nos copains de Bike Café, j'ai découvert le gravel sur mon Cannondale Synapse. En le transformant, avec des pneus Schwalbe G-One, mon vélo est devenu un gravoute. Un vélo de route sur lequel les pneus changés transforment un bicloune. Le Cannondale Synapse 2022, je vous l'ai écris plus haut, accepte des pneus de section 35. C'est déjà généreux. Sauf qu'entre temps les vélos de gravel sont devenus des vélos sur lesquels on peut monter des pneus de 50 ou plus.

Le Synapse que j'ai eu sous les fesses accepte sans broncher de passer dans les sous-bois et autres chemins en stabilisés. Ne vous méprenez pas. Si votre pratique gravel est très engagée, vous trouverez les limites de ce vélo. Si en revanche, votre pratique, vous amène à rouler par accident sur quelques portions terreuses, sur des chemins agricoles ou rouler dans les allées de la forêt de Chambord, le Synapse mouture 2022 fera très bien le boulot.

C'est aussi un vélo pour les copines.

Le Cannondale Synapse, en résumé

Le Synapse est proposé en 6 versions différentes. Le premier prix, Synapse Carbon 3L à partir de 3599€ (il vient en groupe 105 (équivalent à mon bon vieux vélo donc)). Le haut de la gamme le Synapse 1RLE est proposé contre 8999€ (le groupe est le Dura-Ace di2 (électronique donc), les jantes maisons Hollow gram de 45 sont, semble-t-il, des avions de chasse). La version testée s'échange contre 4699€. Une somme ? Bien sûr que c'est une somme.

Il faut un antivol plus lourd que le vélo (un antivol ABUS par exemple)

A notre avis, il reste un vélo intéressant, si vous cherchez un vélo unique, pour tout faire. Vélotaf, cyclotourisme, loisir, sportif. Un vélo unique si votre philosophie du vélo est sportive. Comme nous vous le disions plus haut, un vélo est une affaire de compromis. Le Synapse 2022 ne sera pas le meilleur vélo du peloton, ni le meilleur pour faire Paris-Brest-Paris, ni le meilleur pour aller au bureau, ni le meilleur pour prendre les chemins de traverse. Par contre, les vélos bons dans tous ses domaines ne sont pas légions. le Synapse pourrait être le capitaine de cette légion. Bon, en mode vélotaf, il est hors de question de le laisser sagement attaché à un arceau vélo le temps de vous faire une toile.

Vous voulez connaitre mon verdict définitif sur ce Cannondale Synapse ? Filez juste ici. Et pour en savoir plus sur ces spécificités techniques ou demander la liste des revendeurs Cannondale, c'est exactement par là.

Les chaussettes à damiers, mes préférées. Co prod Everywhere & Weelz

1 l'entrée du haut de gamme est un concept. C'est un peu comme quand vous demandez une viande rouge saignante mais pas trop saignante. Mais pas rosée non plus. Entre les deux quoi.
2 C'est étonnant. J'ai beau essayé de m'y intéresser, je n'y arrive pas. Tous ces chiffres donnés pour expliquer une géométrie d'un vélo, j'ai toujours l'impression de lire une langue que je n'ai pas apprise à l'école. Aussi, j'ai la faiblesse de croire que deux vélos avec exactement la même géométrie n'auront pas le même comportement, en fonction du jeu sur les fibres de carbone et autres choix de périphériques.

Notre verdict

[Test] Cannondale Synapse SmartSense, un vélo de route endurance, connecté et intelligent
(4/5)

Voilà un vélo musculaire avec lequel vous pourrez tout faire, ou presque. Si vous avez une pratique sportive du vélotaf, le Cannondale Synapse est un bon compagnon bien pensé. Bien équipé. Que vous pourrez équiper encore mieux à votre gré. Si en plus vous enfilez une tenue de lumière en lycra pendant vos jours de congés, vous aurez sous les fesses un vélo performant. Si en plus vous êtes adeptes du cyclotourisme ou du bikepacking, voilà un vélo qui ne rechignera pas à porter vos sacoches et vous emmener loin, longtemps.

Nous vous le disons souvent, un vélo c’est une affaire de compromis. Un vélo parfait dans toutes les conditions et pour tous les usages, ça n’existe pas. Cannondale propose malgré tout ici avec le Synapse version 2022 équipé du SmartSense, un vélo qui coche de nombreuses cases. Bien entendu, vu sa construction et son équipement, vous avez ici un vélo de sport. En regardant un peu plus en détails, les œillets notamment, vous avez un superbe vélo de bikepacking ou de cyclotourisme. En usage vélotaf sportif, le vélo, son équipement et la technologie SmartSense peuvent rendre le choix pertinent.

On peut saluer l’innovation proposée par Cannondale avec le système SmartSense (il y a un ensemble de fonctionnalités sur l’appli qui sont intéressantes). On peut, par contre, regretter quelques erreurs de jeunesse sur ce système. Une autonomie trop limitée, une intégration peu flatteuse (le cockpit ? on a l’impression d’être devant un serveur Free avec 2000 fils qui rentrent et qui sortent). L’obligation (dans les faits) de piloter les paramétrages via le smartphone. Téléphone qu’on laisserait bien au fond du jersey pour toute la sortie.

Et celles ou ceux qui pensent que c’est un vélo trop cher pour rouler au quotidien, quand on y pense, est-il vraiment plus cher que ces vélos électriques proposés pour l’aventure ? Et si ce Synapse remplaçait à lui seul 3 vélos dans votre garage ? Là il devient une bonne affaire ! Tout est question de compromis finalement.

Retour en haut de page