[Test] Vélo de route Dilecta Le Blanc, élégance et performance à la française

[Test] Vélo de route Dilecta Le Blanc, élégance et performance à la française

"Un vélo cadre acier fait main en France qui allie subtilement le classicisme et le modernisme." d'infos

(4/5)

Cet hiver, j'ai eu l'occasion de tester le vélo Dilecta modèle Le Blanc, sur deux sorties en cuissard et pédales automatiques. Je n'ai jamais eu aussi froid sur un vélo, mes doigts ont viré au bleu Dilecta, modèle Le Blanc. Un test qui m'a quand même réchauffé les cuisses. Retours sur ce vélo accueillant.

Des lignes fluides et épurées (on parle du vélo ici pas du pilote. Les lignes du pilotes, merci de ne pas commenter).

Dilecta, un délice ?

Dilecta, nous vous en parlions déjà sur Weelz. Une marque française qui revient sur nos routes par l'entremise d'Eric Vanhaverbeke. La philosophie de la marque "L'art de vivre le vélo à la française". Evidemment, cela sous-entend beaucoup de choses. De la gourmandise, de l'élégance, du chic et du luxe. A moins que l'art de vivre le vélo "à la Française" ce ne soit, l'art de la fête, la finesse et la délicatesse. L'art de râler aussi, de se mettre en grève. Selon Campus France, l'Art de vivre à la Française, c'est tout cela. Selon moi, l'art de vivre le vélo à la française, au-delà d'un vélo made in France, c'est un certain je ne sais quoi, comme le chanterait Hera Björk.


La promesse du Le BLANC

Un Dilecta Le Blanc dans son environnement naturel

Ce vélo de route a été "imaginé et conçu pour vous offrir un rendement et un confort optimaux, quelle que soit votre pratique. Son élégance, ses lignes épurées et fluides lui donnent une identité à la fois chic et performante". C'est exactement en ces termes que la marque positionne ce vélo Le Blanc. Nous vous laissons aller fouiner sur leur site Dilecta, , les choix de montages, de géométrie, de tailles, de couleurs, de matériau. Nous ne sommes pas tout à fait dans le vélo sur-mesure, nous touchons du doigt le vélo à la carte. Vu le nombre d'options disponibles, soyez un peu audacieux (audacieuses) et soyez certains que votre vélo sera unique. Unique, il le sera puisque les cadres acier soudés en France (chez Cyfac) sont numérotés.

Mon compagnon de la semaine...

Roubaix ? Non, Paris.

... est bleu. En taille 58*, monté en Shimano Ultegra di2 pour la transmission, en roues Mavic Carbon SL 32. La selle est une Brooks Cambium. Je pourrais vous paraphraser la géométrie du vélo et tenter de vous perdre entre les données du reach (394,2mm), du stack (562,8mm) et du sloping de 5,2°... ça ne vous dirait pas grand chose. Et pour tout vous avouer, m'éterniser sur ces chiffres m'ennuierait au plus haut point. Ce qui m'intéresse c'est bien le comportement du vélo, sa capacité à m'emmener, à rouler, à prendre soin de mon petit confort et surtout, a-t-il la capacité à me procurer du plaisir, et ce malgré le froid insoutenable ! (*en 60 aurait-il été plus à ma taille ? Pas forcément. Le vélo est compact et c'est un parti pris par la marque. En tout cas, en visualisant les photos, comme l'impression que le vélo est tout petit sous mon gros corps, dans les faits, je me suis accommodé du 58 sur 120km, sans douleur, ni gêne).

Un beau vélo ?

Les copains du peloton ont plus l'habitude de me voir sur un vélo carbone. Lors de cette sortie, posé sur ce vélo en acier Columbus Spirit, la curiosité est de mise. Les éloges sur les lignes et le dessin du vélo aussi. Evidemment ceci reste une appréciation personnelle. Le vélo est-il beau ? Sa géométrie vous parle-t-elle ? Son allure générale vous séduit-elle ? Pour ma part, j'aime la finesse des tubes, le dessin classique du triangle arrière. L'allure générale racée mais non agressive me parle. J'aime aussi la combinaison du noir mat des jantes et du cintre avec le bleu brillant de la peinture du cadre. Un certain équilibre entre tradition (matériau, dessin) et modernisme (freins à disque, jantes carbone profilées, gaines intégrées). En fait, le vélo à l'œil, dégage un certain je ne sais quoi (tiens tiens) très plaisant.

Passages de câbles. Propres. cf plus bas aussi.

Un vélo bien équipé

J'ai déjà abordé rapidement le montage de ce vélo un peu plus haut. Trois éléments méritent malgré tout que l'on s'y attarde quelques instants. La transmission, les roues et la fourche carbone.

Il est beau le bleu du Le Blanc

Le Groupe Shimano Ultegra di2

Chez Shimano, Ultegra c'est l'accessit au très haut de gamme (le Dura-Ace). La gamme Ultegra est la même technologie que le Dura-Ace, simplement les matériaux choisis sont un tout petit peu moins légers, un tout petit peu moins chers, un petit peu plus résistants et durables. Le DI chez Shimano, c'est la technologie électronique. Une petite batterie sur le dérailleur avant, une à l'arrière et le changement de vitesses se fait d'une simple et rapide pression de doigts sur les boutons. Il y a des inconvénients et des avantages à cette technologie (notamment le fait qu'il faille recharger les batteries régulièrement, quand on évoque l'inconvénient). Il n'empêche qu'à l'usage, en roulant, ce système est un délice. Le changement de vitesses est rapide, précis. Pas de saut de chaînes. Une petite erreur de choix de pignons à l'abord d'une bosse, même en prise, une pression sur le bouton guidera la chaîne sur le rapport souhaité. Je ne vous dirais pas ici, si la différence de prix entre l'Ultegra et l'Ultegra di2 vaut le coût ou pas. Ceci est une décision à l'appréciation de chacun(e). Je peux juste vous dire qu'en roulant, ce système est un régal.

Sur le même sujet  Paris-Roubaix 2021, des gapettes vélo surcyclées pour sublimer la légende

Les roues Mavic Carbon SL 32

Me semblent être un choix allant parfaitement sur ce vélo. L'acier a le défaut de ses qualités. C'est un matériau élastique. Qui absorbe donc les irrégularités du sol (pour plus de confort). C'est aussi un matériau qui pourrait avoir tendance à donner un ressenti un peu mou sous les coups de pédales. D'aucuns reproches à l'acier de manquer un peu de nervosité. C'est ici que l'intérêt de cette monte de route est intéressante. Les Mavic Carbon SL 32 proposent un excellent compromis de rigidité latérale, de profondeur de profil pour tenir la vitesse une fois lancé. Aussi les roues sont nerveuses. Je peux penser (même si je n'ai pas essayé le vélo avec une autre paire de roues), qu'elles compensent parfaitement l'élasticité du cadre en acier. D'autres marques de jantes pourraient proposer ce type de bon compromis. Le choix de Dilecta sur Mavic, est selon moi une certaine évidence. Encore une fois, Dilecta veut proposer, autant que possible, un vélo français, équipé de périphériques et accessoires français. A noter, le vélo testé est équipé en SL45 (le chiffre c'est la hauteur du profil. les SL45 testées sont plus profondes, d'excellentes rouleuses). Sur le configurateur du site Dilecta, il vous sera proposé les SL32. Puisque ce vélo se monte à la carte, les SL45 sont disponibles aussi, il suffit de les demander).

La Fourche carbone Futura Colombus SLX

Cuisses et cadre de vélo même combat. Fuselés.

Le vélo que j'ai sous les jambes est vif et précis. Il reste bien en ligne sur les belles et longues lignes droites. Il ne moufte pas dans les descentes, même si le revêtement du sol laisse à désirer. Il est léger et facile à envoyer à droite ou à gauche. Je pense que la fourche y est pour beaucoup dans ce comportement sain. Je ne saurais dire si le cintre Superzero de chez Deda contribue à cette sensation. Par contre, oui ce cintre profilé offre une excellente prise en main où que vous décidiez de les poser. En facteur, sur les cocottes ou calées en bas.

Disponible, à la demande, à votre service

Ce pourrait être la signature d'une plateforme de contenu vidéo en VOD. C'est ainsi que je résumerais mon expérience sur ce vélo Dilecta Le Blanc. Quand certains vélos de route sont pensés exclusivement pour la performance, ils font l'impasse sur le confort. Ces vélos exigeants ne supportent pas la demi-mesure. Si vous ne donnez rien, ils sont aussi têtus qu'une mule, ils n'avancent pas et vous font mal. Ce Dilecta Le Blanc semble être conçu dans une philosophie bien différente. Le vélo est, tel un bon cheval de sport bien dressé, à votre écoute. Vous voulez vous promener, allez-y rênes longues, Le Blanc vous fera traverser les paysages tranquillement à votre rythme, sans s'énerver, sans piaffer. Si vos jambes sont prises de fourmis, appuyez, envoyez et le vélo réagira. Mieux, il répondra présent et vous devrez aller puiser dans vos réserves pour aller chercher les limites du vélo. Le confort élastique de l'acier se transformera en ressort pour aller chercher l'acide lactique dans vos cuisses.

Quand j'ai l'impression d'avoir un vélo à mon service, c'est exactement cela que je ressens. Le vélo va s'adapter à mon humeur et ma forme du moment. Jamais il ne m'a reproché d'y aller trop fort ou trop mollement. Parce que oui certains vélos exigeants (très rigides) ne donnent que si vous les maltraitez. A l'inverse d'autres vélos trop souples ne supportent pas d'être bousculés (l'impression de piloter une saucisse qui se désunit sous les coups de pédales). Ce Le Blanc sait être patient quand vous décidez de lambiner. Il sait être fougueux quand vous décidez d'envoyer.
Pour finir, merci au magasin Kilomètre 0 (Paris) pour la mise à disposition du vélo et les réglages "tout pile" du Dilecta.

Spécificités techniques

Cadre Acier Colombus Spirit soudo-brasé et traité antirouille par cataphorèse
Soudures polies
Fourche carbone Columbus Futura Disc SLX
1-1/8” avec déport de 45 mm permettant le montage de pneumatiques jusqu’à 30mm de section
Jeu de direction Colombus Compass– 1-1/4”
Axes traversant de 12x100mm et 12x142MM thruaxle
Transmission Mécanique ou Électrique (EPS, DI2)
Passage de gaines interne (le proto en photo, les passages de câbles sont externes)
Boîtier de pédalier fileté BSC68.
Finition peinture soignée, avec logo DILECTA sur la fourche et liseré rouge, signature de la marque sur le tube horizontal.
16 couleurs au choix
Option personnalisation couleur spécifique sur demande (+300 €)
Poids du cadre : 1,7 kg (en taille M)
Poids de la fourche : 450 gr

➡️ DilectaCycles.com

Verdict de notre test ci-dessous.

Notre verdict

[Test] Vélo de route Dilecta Le Blanc, élégance et performance à la française
(4/5)

Un vélo cadre acier fait main en France qui allie subtilement le classicisme d’un savoir-faire éprouvé et le modernisme de solutions comme les jantes ou fourche en carbone, freins à disques. Le modèle essayé affiche à la caisse 6,400€. Nous entrons clairement dans une catégorie de vélo au positionnement haut de gamme. Beaucoup de points justifient ce tarif, notamment le cadre fait en France, le choix de l’acier Columbus Spirit, le groupe Shimano Ultegra di2, la fourche carbone. Oui, pour le même prix vous trouverez des vélos plus légers, peut-être plus performants, peut-être mieux équipés.

Choisir ce Le Blanc c’est aussi accéder à une certaine philosophie du vélo. Un peu plus que le plaisir de rouler « Français ». Rouler sur ce vélo, c’est décider de rouler sur une machine qui accepte d’être à votre service. Sur ce vélo, le patron (ou la patronne) c’est vous. C’est vous qui décidez de la couleur, de la teneur, de la texture de la sortie du jour. Pour les plus sportifs d’entre vous, il sera peut-être un peu limité. Et encore ! C’est un vélo qui vous emmènera loin, vite et confortablement. Aussi, il vous offrira une expérience avec un certain je ne sais quoi, et ça, ça n’a pas de prix. Ou presque.

Retour en haut de page