[Test] Vélo électrique Haibike SDURO Trekking, respect et robustesse

[Test] Vélo électrique Haibike SDURO Trekking, respect et robustesse

"Le Sduro Trekking est un VAE polyvalent, robuste et confortable" d'infos

(4/5)

Haibike est une marque d'origine allemande, tombée dans le giron du groupe néerlandais Accell, avec Lapierre et Winora pour la filiale Sud Europe. Depuis 1995, le fabricant conçoit des VTT, des vélos de route et des vélos trekking, musculaires ou à assistance électrique.

Ils nous ont fait parvenir leur nouveau modèle VAE polyvalent, le Sduro Trekking. Voici un résumé de quelques semaines passées à son guidon (modèle 4.0) et un peu plus de 350 km parcouru (avant confinement), principalement en déplacement urbain et extra-urbain.


Géométrie torturée

Visuellement, le cadre de ces modèles Sduro ne passe pas inaperçu. La tubulure est massive, un peu comme si un frêle VTC était passé par la salle de sport quelques semaines tout en s'étant fait un petit shoot de stéroïdes. Si les soudures auraient vraiment mérité un peu plus de discrétion, on ressent en revanche une attention particulière sur la finition.

L'ingénieur responsable des lignes de ce cadre a l'esprit torturé. Douille de direction trapue où se rejoignent tubes oblique et supérieur par une jonction épaisse. Un tube supérieur fragmenté en deux angles et un raccordement des haubans très bas sur le tube vertical coudé.

Les cassures donnent une ligne contemporaine, mais elles ne sont pas là uniquement pour faire joli. La géométrie a été travaillée pour obtenir un vélo à la fois stable et nerveux. Est-ce le cas ? Réponse dans ce test.

Un vélo bien chaussé

Cintre large mais pas pénalisant en mode urbain

Mais avant de donner le premier coup de pédale ensemble, parlons du poste de pilotage. Haibike opte ici pour un cintre "engagé", un modèle relevé que l'on retrouverait sur un VTT typé enduro. Cela étant dit, il correspond bien au programme plutôt polyvalent du Sduro. Avec ses 720 mm de large, ce poste met de suite l'utilisateur à l'aise à son guidon, même si certains préféreront peut-être le raccourcir un peu (ce qui est tout à fait faisable).

Attardons nous ensuite sur le jeu de roues. Le Sduro se chausse ici de jantes Rodi robustes en double paroi de 35 mm de large en 27,5 de diamètre (on dit 650B?), le tout monté sur de solides pneus Schwalbe Super Moto X en 2.40 de section (62-584). Autant dire qu'avec une telle monte, le Sduro trekking est prêt à tout affronter.

Encore une fois, l'avantage de chausser un vélo avec un profil pneumatique de ce type, c'est d'obtenir un vélo à la fois passe-partout (capacité de franchissement), mais aussi très confortable. La fourche télescopique avant devient presque inutile. En optant pour une pression de pneu adéquate, vous ne ressentez pratiquement pas les imperfections de la route.

Et le 27.5 est un bon équilibre pour donner un vélo agile, sans trop perdre en rendement. Un seul petit bémol sur les pneus : s'ils évacuent bien la pluie, gare à la glissade en cas de freinage un peu trop appuyé. Les Schwalbe sont en revanche fidèles à leur réputation de pneus résistants, aucune crevaison à déplorer.

Comportement homogène et équilibré

Au pédalage, le comportement de ce Haibike Sduro est très homogène et équilibré. On a une position relevée, donnant une impression de dominer la route (mais on n'est pas dans un SUV non plus). Peu importe le revêtement (bitume, gravier, terre…), il est difficile de prendre ce vélo en défaut. Il met immédiatement le pilote en confiance, grâce à sa bonne stabilité.

Sur le même sujet  [Néorétro] Les Cycles Cavale, du vélo électrique (vraiment) made in France, oui messieurs-dames

L'assistance électrique et l'équipement urbain complet (garde-boue, porte-bagages, béquille, éclairage) donnent une monture dépassant les 26 kgs tout de même. Un poids qui se ressent dans les manipulations de l'engin, mais absolument pas lorsque vous roulez. Haibike a réalisé un bon travail d'équilibrage des masses. Une fois que l'on pédale, le vélo s'avère léger et agile.

Couple et mode auto convaincant

Parlons maintenant de la motorisation. Haibike a opté pour le moteur PW-ST System de Yamaha (250W). Ce n'est pas le plus silencieux du marché. En revanche, il est très agréable au pédalage. Le couple à l'accélération est bien présent (70nm) sans pour autant vous faire décoller la roue avant. L'assistance est bien équilibrée et ne transmet pas de sursauts dans les manivelles.

L'affichage déporté main gauche permet d'avoir un contrôle assez facile au pouce. Les infos affichées sont claires. Dommage que les boutons de commande fassent un peu trop cheap.

Dans la même veine que le mode E-MTB chez Bosch, on a été agréablement surpris par le mode automatique que propose ce moteur Yamaha. Plutôt que de sélectionnez vous même le niveau d'assistance, c'est le contrôleur qui va déterminer le meilleur niveau, selon différents paramètres (vitesse, couple, rotation mais également inclinaison). Une fois essayé, je suis resté sur ce mode tout le temps. Un mode qui d'ailleurs permet de mieux conserver l'autonomie de la batterie.

La batterie InTube de Yamaha (500Wh) est semi-intégrée. Le tube oblique présente un berceau inversé qui permet de loger la batterie. Le tout est recouvert par un cache plastique, plutôt solide mais dont le système de fermeture par un loquet à glisser n'est pas très pratique.

Comme sur le dernier Moustache Friday 28.7, je ne suis pas fan du placement de batterie vers le bas. Celle-ci devient moins facilement accessible et présente un risque de chute. Cela étant dit, c'est un choix technique malin qui permet de mieux équilibrer le vélo en plaçant les masses le plus bas possible.

Sur le cintre, on retrouve l'un des composants signature de la marque allemande : un énorme feu avant. Portant le doux nom de "Skybeamer", cet imposant appendice sur le cintre affiche une puissance de 150 Lumen. Une puissance qui commence à être suffisante pour voir correctement sur une route de campagne non éclairée par exemple, mais il y plus puissant (les Skybeamer 300 et 5000 sont dispos sur des modèles plus haut de gamme et les VTTAE).

Le placement de cet éclairage permet en revanche d'être très bien vu par les autres usagers de la route, même si cela manque de visibilité latérale. A l'arrière, on retrouve un éclairage sous le porte-bagage. Le tout est commandable depuis la console sur le cintre et peut d'ailleurs s'allumer automatiquement à la nuit tombée.

Pour la transmission, on retrouve un dérailleur arrière Shimano Deore, efficace et largement suffisant pour le programme de ce Sduro Trekking. Coté freinage, on a beaucoup apprécié la progressivité des Shimano MT200 (disques de 180 mm).

A l'arrière, le porte-bagage vous autorise jusqu'à 25 kg de charge. La monte de sacoches se fera sur les tiges latérales. Placées ainsi plus bas, elles permettent de rabaisser le poids de charge et donc de mieux controler le comportement du vélo (plus les masses sont proches du sol et meilleur sera le grip du vélo).

Notre verdict

[Test] Vélo électrique Haibike SDURO Trekking, respect et robustesse
(4/5)

Le Haibike SDuro trekking est un vélo électrique polyvalent. Le genre de monture idéale si vous souhaitez investir dans un vélo à l’aise dans différents contextes : trajet domicile-travail, courses de la semaine, balade du weekend…). Avec sa géométrie compacte et ses composants robustes, le Haibike Sduro Trekking sera autant dans son élément sur des pavés parisiens, le long d’un chemin de halage ou même à grimper un col pyrénéen si l’envie vous prend.

L’un de ses défauts serait son poids un peu élevé, mais c’est aussi dû à son équipement urbain très complet. Pour chipoter un peu, on trouve dommage d’avoir affublé un modèle de cette gamme de garde-boue plastiques (toutefois ce sont des SKS).

Le tarif de cette version 4.0 (2799€) nous parait un poil élevé, mais pour ce prix vous avez une monture robuste, fiable et versatile, avec une motorisation haut de gamme. Si vous avez la chance d’habiter dans une ville proposant un bonus vélo électrique intéressant (plus intéressant que la prime VAE de l’Etat), alors l’achat de ce Sduro Trekking peut s’avérer une opération profitable.

Chez Haibike, la gamme Sduro Trekking démarre à 2199€ et culmine à 3999€ pour le modèle 8.0 le plus haut de gamme (avec également deux versions speedbike).

Retour en haut de page