[Test] Rose Black Lava, trekker grand luxe à l’âme urbaine

5 février 2016

Weelz-test-Rose-Black-Lava-28

Pourquoi se contenter d'un simple vélo de ville quand on peut avoir un vélo de ville ET de voyage. C'est ce qui, en partie, justifierait que vous vous intéressiez à ce Rose Black Lava.

Le vépéciste allemand Rose Bikes, fabricant de vélo depuis 2009 mais distributeur de vélo depuis 1907, possède un catalogue très large. De la route au VTT en passant par le cyclo-cross et le fitness, les modèles accumulent les étoiles dans les tests de la presse spécialisée.

Une rigueur allemande éprouvée, à l'image du gigantesque centre logistique, plus de 20 000 m², situé à Bocholt en Allemagne.

Le Black Lava, lui, se situe dans la gamme City/Trekking. Un grand écart facile pour ce "commutrekker" grand luxe. Revue de détail...

Douceur des lignes

Bien que de facture assez classique dans sa forme, le Black Lava séduit d'emblée. C'est notamment le superbe travail sur le cadre qui charme son utilisateur.

Weelz-test-Rose-Black-Lava-2

Toutes les soudures sont intégralement polies. Les tubes utilisés sont épais mais travaillés par hydroformage et arbore de jolies courbes.

Le travail au niveau de la douille de direction, ou encore au niveau du collier de selle et des haubans est vraiment beau. Quand à la peinture, elle est doublée d'un vernis brillant, aussi agréable à l’œil qu'au toucher.

Weelz-test-Rose-Black-Lava-30 Weelz-test-Rose-Black-Lava-32

Les composants ont été soigneusement sélectionnés pour être en adéquation avec la qualité (et la beauté) du cadre.

Potence + cintre maison et pédalier Truvativ Stylo en finition noir brillant, grips Ergon, tige de selle carbone, gros phare avant B&M Lumotec, freins XT et porte-bagage Racktime avec feu LED intégré. Sans oublier bien sûr le couple moyeu Rohloff et courroie Gates sur lequel nous reviendrons plus bas.

Volcan endormi, volcan tranquille

Weelz-test-Rose-Black-Lava-21

Malgré son patronyme, le Black Lava est loin d'avoir un tempérament volcanique. Les relances manquent de vivacité.

Bien sûr, son programme est loin d'être celui d'un urbain sportif, et son poids élevé (18,5 kgs sur notre balance tout de même) ne joue pas en son avantage.

En revanche il fait honneur à son nom pour une chose : la "lave noire" de son cadre, en réalité un aluminium T6 triple butée, est d'une rigidité sans faille. Ce Rose est un vrai rail, et ce, sur presque n'importe quels types de revêtements.

Weelz-test-Rose-Black-Lava-18

Les excellents pneus Schwalbe Marathon, version Supreme, n'y sont pas innocents. Leur gros volume d'air et leur profil très ronds et slicks confèrent à l'utilisateur un vrai confort, sans pour autant être dénués d'adhérence.

Weelz-test-Rose-Black-Lava-16 Weelz-test-Rose-Black-Lava-20

Ajoutez à cela une douille de direction conique oversize en 1 1/8" - 1.5", couplée à une fourche rigide aluminium armée d'un té bodybuildé, et vous ne ressentez quasiment plus aucun des effets pervers d'un mauvais revêtement.

Weelz-test-Rose-Black-Lava-33 Weelz-test-Rose-Black-Lava-34

Votre fessier est accueilli par le gel d'une agréable selle Terry Figura GT, bien creusée au niveau du périnée. Elle est, de plus, soutenue par une tige de selle maison en carbone.

Le poste de pilotage a lui aussi été travaillé. On y retrouve des poignées de marque Ergon, des GP3, agrémentées de bar-ends courts. Ici la potence est relevée à 30° afin de permettre à l'utilisateur une position redressée et plus confortable.

À lire  [Test] Orbea Vector, nouveau vélo urbain sportif basque

Quoi de mieux que les superbes leviers Shimano XT, dont le réservoir chromé termine l'ensemble avec classe. Leur freinage est à l'image du programme de ce vélo : doux et progressif.

Weelz-test-Rose-Black-Lava-8 Weelz-test-Rose-Black-Lava-7

Pour l'éclairage, on retrouve à l'avant un large phare Lumotec IQ2 Cyo fourni par Busch & Müller. Il offre 60 Lux de puissance, un allumage automatique des feux selon les conditions de luminosité et une fonction feu de position à l'arrêt.

A l'arrière, c'est un éclairage intégré au porte-bagage Racktime que l'on retrouve. L'intégration des cinq LED est superbe, et, bien qu'assez fin, le feu ne manque pas de puissance. Le tout est bien entendu relié à un moyeu dynamo sur la roue avant.

Rohloff : Luxe, calme et volupté

Weelz-test-Rose-Black-Lava-6

Il faut un certain temps d'adaptation à un moyeu tel que le Rohloff. Tandis qu'avec une transmission classique, il faut appuyer sur les pédales lors d'un changement de braquet, ici, il faut doucement relâcher la pression du pied pour favoriser la variation de pignon. Un coup à prendre.

Weelz-test-Rose-Black-Lava-9Une fois apprivoisée, la transmission allemande est un vrai régal.

La plage d'étagement des 14 vitesses permet un pédalage efficace, peu importe le dénivelé de la route, positif ou négatif et les écarts sont constants entre les rapports.

Un moyeu à vitesses intégrées tel que le Rohloff, couplé à une courroie en lieu et place de la chaîne, représente un binôme parfait pour une utilisation urbaine, et + si affinités.

L'entretien est proche du zéro (une vidange du moyeu tous les 5000 km) et l'usure, par rapport à une transmission chaîne et multi-plateaux, est, elle-aussi, grandement réduite.

Weelz-test-Rose-Black-Lava-5 Au final, on a pas grand chose à blâmer à ce Rose Black Lava. Agile et facile à rouler, équipement au top et confort sans faille. Ce compagnon urbain sera capable de vous emmener là où vous le désirez.

Le comportement routier global du vélo, à la fois rigide et doux, donne envie au pilote d’enchaîner les kilomètres sans interruption.

Si l'on voulait faire la fine bouche - et à ce tarif on le peut - on lui reprocherait un léger embonpoint sur l'arrière (en parti dû au système Rohloff) et une petite faute de gout pour le choix de gardes-boues en plastique.

Weelz-test-Rose-Black-Lava-15Car oui, on ne vous a pas encore parlé du tarif. Cette configuration du Rose Black Lava se négocie contre un petit chèque de 3.024,20 € très précisément. Une paille me direz-vous...

Blague à part, l'excellente qualité de son ensemble cadre et fourche, le tout couplé à des composants très haut-de-gamme, justifient, en partie, ce tarif.

A ce prix, vous avez un vélo capable de vous emmener à votre travail, comme à l'autre bout de la planète.

Le Black Lava 5 existe en version homme ou femme, et également dans une version 1/3 moins cher, montée en Alfine 11 (Black Lava 2).

Les Plus

  • Commuter au long cours
  • Très confortable
  • Equipement grand luxe
  • Moyeu Rohloff et courroie
  • Finitions cadre et fourche

Les Moins

  • Un (très) léger embonpoint
  • Tarif élevé

Notre modèle porte un casque Abus Hyban Centium.

Infos article
Un article de Xavier CADEAU.
Publié dans : Tests produits
Mots-clés
Rose Black Lava
Rose Black Lava
On a pas grand chose à blâmer à ce Rose Black Lava. Agile et facile à rouler, équipement au top et confort sans faille. Ce compagnon urbain sera capable de vous emmener là où vous le désirez.
Le comportement routier global du vélo, à la fois rigide et doux, donne envie au pilote d’enchaîner les kilomètres sans interruption.
4.5

Shopping Vélo urbain

Trouvez votre bonheur chez nos partenaires shopping

Vélo urbain, vélo de ville, vélo hollandais, vélo à assistance électrique, vélo pliant, casque vélo, antivol vélo, protection pluie vélo, vêtements cycliste urbain...

LeCyclo
Wiggle FR
Alltricks

Articles relatifs
  • Winfried

    Pour le moyeu, ils pourraient proposer une version moins chère avec un Alfine 8, suffisant pour cet usage : de toute façon, combien de gens utilisent un moyeu à vitesse pour de vrais voyages?

  • Manu

    Tout est configurable chez Rose, et il existe un modèle avec Alfine qui commence à 2000€, mais il est aussi possible de dépasser les 3000€ en choisissant des composants plus chers :) D'ailleurs le modèle que vous présentez est annoncé à 14kg sur leur site... Et sinon quel est l'intérêt de cette tige de selle carbone sur un vélo à 18kg ? C'est pour le confort ?

  • zouc

    Le Rohloff c'est le summum. Mais ce moyeu coûte très cher. Un Alfine 8 c'est bien et pour la ville je pense que l'Alfine 11 reste un bon compromis. Bon ride. Zouc.

  • dlambfra

    Je suis passé d'une transmission classique à un Fahraad TX1000 avec Rohloff l'année dernière, après plus de 20 ans de vélos avec dérailleurs. En ce qui concerne le passage de vitesses, je trouve que ça ne change pas grande chose - déjà en dérailleur j'avais l'habitude de relâcher légèrement la pression sur les pédales avant de changer de vitesse, pour soulager la transmission, donc en Rohloff c'est pareil pour moi. Seul détail, ça change un peu plus rapidement qu'un dérailleur, et une fois habitué à pouvoir changer les vitesses à l'arrêt on prend vite goût (et j'ai sans doute pris de mauvaises habitudes si jamais je retournais à un vélo à dérailler). Là encore le poids fait un peu tilter - mon Fahraad avec Rohloff et cadre acier pèse 19,5kg, j'avais du mal à l'accepter au début, mais finalement c'est un vélo tellement confortable...

    Quant aux gens qui font de 'vrais voyages' avec un moyeu Rohloff, il y en a plein ! En commençant par Mark Beaumont qui a décroché le record du tour du monde à vélo il y a quelques années sur un vélo équipé d'un moyeu Rohloff (le record est passé à quelqu'un d'autre depuis).
    J'ai également un D4 Nework 700, équipé d'un moyeu Alfine 8 et d'un cadre alu plus court et donc plus vif pour le vélotaf. Parfois l'Alfine 'craque' pour une raison que j'ignore (il est bien réglé), chose qui n'est jamais arrivé avec le Rohloff, pas une seule fois...