[Test rapide] Cyclea Boardtracker, le vélo neo-retro vintage

Force est de constater que Weelz vous a la plus souvent proposé des tests de vélos urbains issus des grands fabricants, qu'ils soient français ou internationaux.

Mais heureusement, de "petits" fabricants existent encore. Des passionnés, qui, partant d'une simple idée, d'un dessin griffonné rapidement sur un papier, se disent : "pourquoi ne pas le faire !".

Et bien, c'est le cas d'Olivier Breton, amoureux de vieilles pièces et de mécanique, et qui s'est lancé dans ce défi tête baissé, en créant sa propre marque, Cyclea, et son premier modèle, le Boardtracker. Nous avons eu la chance d'aller essayer ce curieux vélo en compagnie de son concepteur, pour quelques tours de roues dans les rues d'Angers...

Le design du Cyclea Boardtracker est inspiré, comme son nom l'indique, des anciennes motos de boardtrack (ci-contre le tout 1er prototype), ces courses qui se déroulaient sur des circuits ovoïdes en bois, où les motos étaient dépouillées de leur carrosserie afin de s’alléger et d'aller le plus vite possible.

Ces courses étaient bien sûr extrêmement dangereuses et les morts étaient légions. Olivier a souhaité reprendre l'aspect de ces bolides tout en prônant bien sûr le déplacement doux.

Tout en arrondis, le cadre du Boardtracker est, il est vrai, assez particulier. On aime ou on aime pas. Quoi qu'il en soit, l'ensemble du vélo reste harmonieux, avec notamment ses larges pneus ballons et ses éléments en cuir Brooks.

Olivier a souhaité privilégier le local pour son vélo : le cadre est en acier, et est soudé par un artisan à coté de Chartres, et la sacoche de cuir (qui symbolise le réservoir à essence) est fabriquée par une société vendéenne. Le tout est assemblé dans l'atelier d'Olivier, au sud de Nantes.

Sur le même sujet  Vélo et train, le parlement européen impose plus de places

Comme vous l'aurez constaté sur les photos, le Boardtracker, en reprenant les codes de ses cousines les motos, procure une position très en avant, mais Olivier propose toutefois une option avec un cintre cruiser plus relevé.

Le vélo, pour autant, ne possède pas un caractère réellement sportif. Son poids conséquent de 16 kgs ne joue pas en sa faveur, mais l'ensemble reste néanmoins très maniable. Le cadre en acier filtre bien les vibrations due au revêtement, avec l'atout supplémentaire de posséder des pneus ballons Schwalbe Fat Frank, dont le gros volume d'air apporte encore davantage de confort.

Coté composants, Olivier les a choisi avec soin pour coller à l'esprit du vélo. Pédalier Miche, pédales Xpedo, jantes et fourche Dartmoor, sans oublier bien sûr les grips et la selle Brooks. La bête est freinée par des disques hydrauliques Shimano, et la transmission est un moyeu 3 vitesses, fourni par Sturmey-Archer.

Composants haut de gamme, cadre original, position de pilotage assez particulière, le pari d'Olivier est risqué. Mais si votre porte-feuille vous le permet (comptez tout de même près de 2400 € le vélo), vous pourrez grâce à lui vous offrir un vélo vintage original et personnalisé.

Toutes les infos sur CycleaBikes.com

Soutenez l'indépendance du mag' vélo Leader de Pignon!

Retour en haut de page
Fermer cette popup
Ne pars pas comme ça !
On a encore plein de choses à te montrer...

Ne rate rien des prochains articles en t'abonnant à la WeelzLetter ! ( Et parfois, tu peux même y gagner des cadeaux)