[Test] Moustache Friday 26, urbain sportif électrisant !

[Test] Moustache Friday 26, urbain sportif électrisant !

"Ce Friday 26 est une vraie réussite, tant en terme de choix de l'assistance électrique, qu'en terme de manœuvrabilité" d'infos

(3.5/5)

Bref, j'ai testé la Moustache...

Inutile je crois, que je vous présente à nouveau cette jeune marque française. C'était le coup de cœur de Weelz lors du Salon du Cycle parisien en septembre dernier.

L'énergique Emmanuel Antonot, ex-responsable produit chez Lapierre, nous présentait alors sa gamme de VAE dont l'originalité détonnait beaucoup, comparativement à la concurrence présente.

Depuis, de l'eau a coulé sous les ponts, et les poils de la moustache ont encore poussés, et à l'heure où vous lisez ses lignes, les modèles Moustache de la première production commerciale officielle, arrivent petit à petit chez les détaillants. Weelz a eu le privilège de rouler durant quelques semaines avec le prototype du futur Friday 26, l'exemplaire le plus urbain sportif du catalogue 2012 Moustache. Voyons ce que donne un(e) Moustache une fois lancé(e) sur l'asphalte...

Moustache Waou

Au 1er regard, le Friday 26 a un effet "waou" assez évident. Le vélo séduit d’emblée, de par sa robe blanche, ses lignes très dynamiques, rehaussées notamment par des pneus Tioga à large section.

Le moteur Bosch reste relativement discret, dissimulé sous le pédalier, seule l'énorme batterie sur le tube oblique vient trahir l'appartenance du Friday à la gamme VAE. Le travail sur l'avant du vélo est aussi très élégant, avec bien sûr ce singulier cintre "moustache", mais également le choix de la fourche RST A7T monopivot, au fourreaux plats très fins.

Moustache électrique

"le Friday 26 [...] vous inviterait presque à ne rouler qu'en mode Speed !"

Le moteur Bosch de 250 watts est un moteur très coupleux, qui favorise des démarrages à grande vitesse. En mode Speed, le passage de 0 à 25 km/h se fait en à peine deux secondes, dans une accélération très agréable.

En réalité, le Friday 26, de par son tempérament sportif, vous inviterait presque à ne rouler qu'en mode Speed ! Mais toutefois, la motorisation vous donne le choix entre quatre familles d'assistance : Eco, Touring, Sport et donc Speed, sachant que chacun de ces quatre choix possèdent également quatre sous-niveaux, gradués de 0 à 3, le zéro vous permettant de couper temporairement l'assistance.

Coté autonomie, le constructeur Bosch annonce de 30 à 100 km en utilisation variée, mais qui dépend bien sûr de tout un tas de paramètres : mode d'assistance sélectionné, poids du pilote, vent, dénivelé de la route ... etc

Seul bémol : cette fichue législation qui oblige à couper l'assistance au dessus des 25 km/h (grumpf). Le Friday a beau être relativement léger pour un VAE (Vingts très honorables kilos, tandis que la plupart des concurrents se situent plutôt autour des 25), vous aurez du mal, même en tant que bon pédaleur (et j'aime à croire que je le suis encore), à emmener le bestiau au dessus des 40 km/h. C'est parfois assez frustrant.

La faute également à une transmission à seulement 9 vitesses (en 11x34), ce qui, à mon goût, ne vous donne pas suffisamment d'allonge, sur le plat ou dans les longues descentes. Transmission en Shimano Acera qui d'ailleurs s'avère souple en utilisation, mais assez bruyante, la prise de vitesse très rapide vous obligeant à solliciter le shifter de manière intensive, ce qui fait donc souvent claquer la chaîne sur sa cassette.

Moustache agile

"on en vient presque à oublier que l'on est perché sur un VAE de 20 kg"

Passé ces défauts, le Friday est en revanche un véritable régal en terme de maniabilité.

L'ensemble est extrêmement bien équilibré, et on en vient presque à oublier que l'on est perché sur un VAE de 20 kg. Le moteur placé ainsi sous le pédalier apporte un vrai + pour le centre de gravité du vélo.

Le fameux guidon moustache, redessiné pour l'occasion, invite à un placement très naturel des mains et des bras, et entraîne une position des plus ergonomique, absolument pas fatigante, même sur de longs trajets.

Sur le même sujet  Dernier kilomètre, la vélogistique est l'avenir des villes

La section généreuse de 2.35 des pneus Tioga Factory FS donne une vraie douceur et amène un grand confort dans le roulage. Leurs profils très arrondis permettent de bonnes prises d'angle, qui sont d'ailleurs facilitées par un moteur placé suffisamment haut pour ne pas craindre d'aller frotter le bitume avec. Les très haut trottoirs ne lui font pas peur non plus.

Le gain de poids dû à la suspension intégrée au pivot de la fourche RST renforce encore la manœuvrabilité du Friday. Ses 30mm pourraient paraitre relativement "gadget" de prime abord, mais il n'en est rien. Ils sont amplement suffisant pour une utilisation urbaine, et encaissent sans broncher et de manière plutôt douce les montées de trottoirs et autres obstacles.

Coté freinage, les 180 mm des Tektro mécaniques freinent de manière honnête la bête, mais on aurait aimé un peu plus de puissance et de mordant. Et surtout, à ce tarif, un freinage hydraulique aurait été le bienvenue.

Pour le reste des composants, c'est de bonne facture, du choix des gaines pour la câblerie (notez la goulotte de protection sur le tube oblique), jusqu'à celui de la selle Velo, confortable (bien qu'assez salissante) et fixée sur une tige de selle suspendue, qui apportera un peu de douceur à votre séant.

Dommage que les gardes-boues soient en option, d'autant qu'ils apportent une belle finition à l'ensemble. Dommage également, que l'éclairage ne soit pas intégré. Sachant qu'à l'avant, le dessin particulier des tubes du cintre Moustache, ne vous permettra pas d'y monter des accessoires standards.

Moustache au doigt et à l’œil

La partie "ordinateur de bord" sur le cintre (fournie par Bosch) est plutôt réussie. La lecture des informations est agréable grâce aux larges chiffres digitaux (vitesse, autonomie restante, niveau de batterie...) et peut même être rétro-éclairée à la nuit tombée. Le compteur peut se retirer d'un simple tour pour éviter de se le faire voler. Impossible de démarrer l'assistance sans lui.

Les deux gros boutons sur la partie inférieure vous permettent de permuter entre les quatre sous-niveaux d'assistance. L'appui est aisé, même avec des gants d'hiver épais, ce qui n'est en revanche pas le cas pour les trois autres boutons situés sur les flancs. Le bouton du dessus, qui permet de changer le mode d'assistance, aurait mérité d'être un peu plus ergonomique, car on a potentiellement à l'utiliser plusieurs fois lors d'un trajet moyen, afin d'ajuster l'assistance pour gagner en autonomie.

La Moustache, investissement rentable ?

La marque Moustache a beau être toute jeune, l'équipe derrière n'en est pas à son 1er coup d'essai. Une expérience qui se ressent évidemment de suite sur leurs vélos.

Si l'on excepte quelques défauts perfectibles, ce Friday 26 est une vraie réussite, tant en terme de choix de l'assistance électrique Bosch (fabriquée en France je le rappelle), qu'en terme de manœuvrabilité.

Reste un tarif de vente assez élevé, ici de 2399 €, mais suffisamment justifié par la qualité du design, de la motorisation et des composants utilisés. Ce vélo Moustache reste du haut de gamme, mais il faut bien sûr sortir de la vision vélo loisir, pour considérer cet achat comme un véritable investissement, dans un véhicule qui vous déplacera quotidiennement, et, ce qui n’enlève rien, de manière sacrément plaisante.

Au final, ce Friday 26 a tout pour séduire un très large public, d'un coté par son comportement nerveux, voir parfois fougueux, et de l'autre pour le confort et la position sécurisante qu'il apporte à son utilisateur. Bref, les vélos Moustache apporte une vraie fraîcheur et un réel dynamisme sur ce marché en pleine évolution. Et foi de Weelz.fr, cette gamme fera date !

+ d'infos sur le Friday 26 directement sur le site MoustacheBikes.com

Notre verdict

[Test] Moustache Friday 26, urbain sportif électrisant !
(3.5/5)

Au final, ce Friday 26 a tout pour séduire un très large public, d’un coté par son comportement nerveux, voir parfois fougueux, et de l’autre pour le confort et la position sécurisante qu’il apporte à son utilisateur. Bref, les vélos Moustache apporte une vraie fraîcheur et un réel dynamisme sur ce marché en pleine évolution. Et foi de Weelz.fr, cette gamme fera date !

Soutenez l'indépendance du mag' vélo Leader de Pignon!

Retour en haut de page
Fermer cette popup
Ne pars pas comme ça !
On a encore plein de choses à te montrer...

Ne rate rien des prochains articles en t'abonnant à la WeelzLetter ! ( Et parfois, tu peux même y gagner des cadeaux)