Fil & Fog Fil'x, un sac spécial vélo conçu pour ne plus toucher terre

Fil & Fog Fil’x, un sac spécial vélo conçu pour ne plus toucher terre

Pensé pour la mobilité au quotidien

On vous présente ici le Fil & Fog Fil'x, un sac à dos pensé pour le vélo (et la mobilité) par le studio de design Fritsch & Durisotti. Un système d'accroche malin qui permet de fixer le bagage sur le cintre, ou encore un mur ou directement sur votre bureau. Le détail dans la suite de ce billet.

Du design concept X02 au sac Fil & Fog

Au début de l'été, nous nous sommes rendus dans le studio de design Fritsch & Durisotti. Leurs locaux sont situés à Conflans-Sainte-Honorine. Ce lieu est inspirant. Des prototypes de bateaux, de trottinettes en bois, de vélos en bambou, d'étriers d'équitation, de tables. Il y a de tout. Pour ce qui nous intéresse, ce concept de vélo X²O en carbone monocoque nous interpelle, à minima pour l'exercice de style.


Quand on réalise que le prototype a 30 ans, que l'option de direction proposée est un système de câbles et de poulies, le même principe qui a fait des émules depuis chez Douze cycles par exemple. Solution qui est entrain de devenir la norme dans le joli monde du vélo cargo.

Fil & Fog Fil'x, un sac ou une sacoche ?

L'objet de notre visite était de récupérer un sac, une sacoche, un sac-oche plutôt. Pour être bêta-testeur, pour être curieux, pour aussi leur donner notre avis... Et cet avis, vous le donner aussi à vous, chers lecteurs et lectrices. Voici donc notre retour de test sur ce sac Fil & Fog Fil'x, en tout bien tout honneur. En sachant que le cabinet de design vient de lancer une campagne de crowdfunding sur Ulule. Et nous, ici, chez Weelz! on aime bien vous parler des initiatives d'entreprises qui cherchent à se développer. Nous l'avions fait pour Cycloplombier si vous vous souvenez.

Le sac, dans la vraie vie

Au départ

"le sac à dos trouve vite ses limites dès qu'on pédale"

Une discussion sous forme de visite de l'atelier avec Thierry Coste et Antoine Fritsch. Ils m'expliquent que cela fait quelques mois qu'ils planchent sur une solution de sac pour accompagner les nouvelles mobilités (qu'elles soient douces ou actives, elles sont sur 2 roues. Et s'appellent principalement trottinettes ou vélos). Parce qu'ils le voient bien, ils le savent bien, le sac à dos trouve vite ses limites dès qu'on pédale (le sac colle au vêtement, le vêtement colle à la peau, la peau étouffe, la peau n'est plus aérée, la peau dans un instinct de survie envoie des signaux, ces signaux sont sous forme de transpiration, le vêtement trempé colle encore plus à la peau, le sac lui aussi trempé fait ventouse contre le vêtement, le cercle est infernal). CF nos conseils juste ici contre la transpiration à vélo.

Parce qu'aussi, ils ne sont pas sectaires (eux), il sortent dans la rue et constatent que de nombreuses personnes posées sur des trottinettes mettent leurs sacs, leur tote bag, comme ils peuvent, là où ils peuvent. Enfin, parce qu'ils constatent que nos sacs, sont posés négligemment parterre, n'importe où. Ce qui est ni idéal pour tenter d'avoir une maison rangée, un bureau fonctionnel, un sac propre qui n'a pas ramassé tous les microbes et bactéries qui passaient par là. Ils souhaitent créer un sac, avec un système d'accroche versatile. Qu'il aie sa place dans vos différents moments de la journée (Maison, vélo (ou trottinette), bureau).

La solution ?

Thierry & Antoine (et toute l'équipe) ne semblent pas être plus hygiénistes que cela. Point de lavages de mains toutes les deux secondes. Mais, en designers qui se respectent, ils aiment malgré tout quand les objets et lieux restent propres. Ainsi, l'ambition du sac Fil & Fog Fil'x qu'ils proposent est qu'il ne soit jamais posé à terre (là où les bactéries prolifèrent).

En deux-deux, le sac est posé

Donc le sac est pensé avec son système de points d'accroche. Sur le cintre du vélo, la colonne de direction de la trottinette, sur le bureau, au mur et bien sûr, dans le dos, avec des bretelles. Comme on peut le lire souvent en matière de logistique, l'enjeu est bien le premier et le dernier kilomètre. Et bien avec ce sac, c'est pareil, vous avez un sac à dos pour les premiers et derniers mètres, sinon ce sac est une sacoche. Une fois arrivé à destination, ce sac est un casier de rangement, un vide-poche...

Un système de fixation propriétaire

"Ok ! on s'appelle et on se fait une bouffe, je viendrai avec mon sac Fil & Fog, tu verras, c'est d'la balle".

Le prototype que j'essaie est une pré-série, magie de l'impression 3D. L'ensemble du système d'accroche est exactement* l'ensemble des pièces qui seront proposées (si bien sûr les tests sont concluants... En ce qui me concerne, ils le sont). Sur le cintre, une base vient se nouer (par un système de câbles et de cliquets). Une fois posé et serré, plus rien ne bouge. Aussi bien sur route lisse, que sur les pavés. Je n'ai pas testé en forêt mais, je vous le dis, si ça tient sur les pavés parisiens, ça devrait tenir ailleurs.

Aussi, les designers me confient un système de fixations sur plan de travail. Pratique si j'avais un bureau dédié pour travailler, ce n'est pas mon cas, j'alterne en fonction des contraintes des uns et des autres entre la table de la salle à manger, la chambre de ma fille, le canapé (quand je suis à la maison), le bar, le train et parfois, le bureau, où je n'ai pas de poste de travail dédié. Il y a aussi, vous le voyez très bien sur les images, une fixation murale, pour poser le sac, à coté de votre blouson ou vos petites affaires.
(* exactement en terme de design et de solution, pas forcément en terme de matériau utilisé. La production sera plus robuste).

C'est parfois compliqué de faire simple. Fil & Fog y arrive.

Le sac coche les cases

D'une contenance de 16 Litres, affichant 770gr sur la balance, avec des dimensions de H42xL30xl15, en tissu polyester enduit, le sac est bien conçu. Avec des compartiments à l'intérieur pour ranger vos petites et grandes affaires. Une poche extérieure, un système pour glisser votre lampe. Le sac a une bande réfléchissante qui ne se voit pas trop à l'œil nu. Ils ont glissé une petite poche sur le côté pour glisser vos clés. Pas de pluie battante pendant le test, en tout cas, les quelques eaux rencontrées n'ont pas fuité dans l'intérieur du sac. Vos ordinateurs, téléphones portables et autres objets électroniques sont à l'abri. De l'eau sur une éponge est d'ailleurs une bonne façon de nettoyer le sac.

Sur le même sujet  [Test] Giant Escape (game), un vélo urbain joueur pour s'échapper du trafic

Évidemment, quand Antoine et Thierry me décrivent leur sac, je ne peux m'empêcher de me dire dans ma petite tête que c'est bien beau leur truc mais "ont-ils pensé aux bretelles qui vont pendouiller et ne pas manquer de se prendre dans mes rayons et donc me faire choir lamentablement ?" (je me le dis exactement en ces termes, mentalement). Comme par magie, comme un moment télépathique, Thierry, pile à ce moment là, joignant le geste à la parole, range les bretelles (qui pendouillaient) dans des petites poches prévues pour les accueillir. Je suis bluffé par la télépathie et, bien entendu, en constatant qu'ils y ont pensé. (D'un autre côté l'équipe de designers a bossé sur ce masque Décathlon Easybreath, donc bon, ils ne sont pas des lapins de trois semaines).

un masque de plongée médicale.

A l'usage ?

Je ne suis pas fan de tout ce que je dois ajouter sur le cintre de mon vélo, en plus du strict nécessaire (lampe et sonnettes comprises). Au-delà d'un choix esthétique, c'est aussi une question d'habitude. Le système est bien fixé, l'installation du support, quand on a pris le coup de main, prend 7-8 minutes. Autant dire, qu'il reste donc à demeure.

Besoin de sac à dos ou pas ce jour là. Si vous avez deux vélos, ça veut donc dire qu'il vous faudra deux systèmes d'accroches. Ne pas être fan ne veut pas dire que je n'aime pas la solution proposée. Parce que oui, enfin, je peux rouler sans avoir un sac dans le dos, qui colle, qui fait transpirer (cf plus haut). Je dois d'ailleurs confesser, c'est en testant ce sac que je me suis décidé à m'acheter un porte-panier sur mon vélo pliant Tern BYB. C'est tellement bien de rouler sans sac sur le dos !

Idéal pour marquer son territoire. Ici, c'est mon bureau.

On ne bouge plus

Comme dit plus haut, le sac est bien arrimé, en roulant il ne bouge pas, ne vibre pas (pas trop). En revanche, comme pour un panier posé, finito de rouler sans les mains. Les plus alertes me diront que, de toutes façons, c'est interdit. Je leur dirais, c'est vrai, et que le premier qui n'a pas commis d'infraction dans sa vie de cycliste me jette la première pierre. Et puis parfois, c'est quand même agréable de rouler quelques mètres sans les mains posées sur le cintre. D'ailleurs, si le sac est rempli et un peu lourd, je vous déconseille de ne rouler avec qu'une seule main aux commandes (ce conseil est valable pour un panier ou un porte-bagage avant classique).

"Je ne sais plus ce que je lui ai dis, si je venais avec mon sac ou pas ?"

Les concepteurs du sac n'y peuvent rien, je roule aussi sans garde-boue (comme le mannequin) (coucou toi qui annonce partout que vélotaffer sans garde-boue, c'est impossible). Ça veut donc dire quand la chaussée est mouillée, le sac qui ne devait jamais toucher terre pour rester propre... est dégueu ! Heureusement, un coup d'éponge et c'est bon.

Enfin, comme je l'indique plus haut, le sac à dos est censé être sur le dos pour les premiers et derniers mètres. Dans le dos, nous n'avons pas un sac d'alpinisme ergonomique et aéré. Il n'est pas inconfortable. Il n'empêche que les bretelles mériteraient d'être un peu plus larges et plus confortables. A noter, dans le sac il y a une armature en aluminium qui lui permet de garder une certaine tenue quand posé sur le vélo (ou la trottinette), cette armature ne gène absolument pas quand le sac est sur le dos. Au contraire, il lui donne juste ce qu'il faut de rigidité, idem quand il est posé sur son support de table.

Pour lui, pour elle.

Ce sac vélo pour qui ?

On voit beaucoup de solutions de portage fleurir sur le marché du cycle. Il faut souvent faire un compromis. Si vous choisissez l'élégance et un design chic, sobre et passe-partout, il faudra sacrifier les fonctionnalités du produit. Et vice-versa. La clé, selon nous, sur un produit pensé pour ne pas rester à demeure sur le vélo est bien d'avoir un système d'accrochage (décrochage) qui soit extrêmement simple et rapide. Que l'on puisse l'accrocher, le décrocher, d'une main (ou presque), que l'on puisse l'accrocher (le décrocher) au fond du garage (ou de la cave), dans le noir.

Fix it.

Quand votre véhicule est attaché, garé et forcément le sac (ou la sacoche) inatteignable si on n'a pas les bras d'Elastigirl. A notre sens, Fil & Fog réussit plutôt bien sur tous ces aspects. Le sac Fil'x est suffisamment technique pour supporter un usage quotidien intensif, pour supporter d'être maltraité. Le système d'accrochage est simple, efficace et versatile (développer un support pour glisser le système de portage sur le porte-bagage ou les haubans arrière est en cours de réflexion). Technique mais pas trop. Quand vous allez arriver en réunion avec votre sac Fil & Fog Fil'x, personne ne vous demandera où vous avez laissé votre bivy et votre réchaud. Enfin, important de le souligner, le sac est absolument unisexe.

Où tester ce sac ?

Blanche si devant, rouge si porté derrière.

Le système est en exposition dans la boutique Pastel Cycles dans le 9ème arrondissement parisien (pardon pour les non parisiens). Si vous êtes convaincus par ce que nous venons de vous conter, n'hésitez pas à être un early adopter sur la campagne Ulule en cours. Le sac, plus les quatre systèmes de fixation (vélo, trottinette, bureau, mur) est à 109€ au lieu des 170€ demandés en prix public.

➡️ Plus d'infos sur le site Fil & Fog ou directement sur la campagne en cours (jusqu'au 21 octobre).

Retour en haut de page