[Test] Ellipse Bikes M1, un vélo bien urbain, bien malin — Weelz.fr
[Test] Ellipse Bikes M1, un vélo bien urbain, bien malin

[Test] Ellipse Bikes M1, un vélo bien urbain, bien malin

"Un vélo bien urbain (mais pas que) et surtout bien malin." d'infos

(4.5/5)

Ellipse Bikes ; je vous présentais cette jeune marque voilà de cela deux ans. Née à Troyes, Ellipse Bikes présentait son premier modèle, le M1. A l'heure d'un marché qui devient très électrique, j'étais heureux (lire ici) de constater qu'une marque s'investisse dans la production d'un vélo classique ; d'observer que le vélo musculaire n'était pas mort. Deux ans plus tard, voilà ce Ellipse M1 dans mes mains (ça rime) pour un test complet. Un vélo bien urbain (mais pas que) et surtout bien malin.

Ellipse M1, du vélo traditionnel modernisé

Le Ellipse M1 en villégiature à Angers

En littérature, si vous avez suivi les cours de votre prof de français, une ellipse est une façon de passer sous silence une période, un moment plus ou moins long dans une narration. Est-ce une façon détournée de la part de la jeune équipe de dire : on fait un pas de côté avec ce marché du VAE en disant : "Hey, vous pouvez toujours rouler sur un vélo «normal», non" ? Cela ne signifie pas qu'il sont contre le VAE. D'ailleurs, il se pourrait qu'un futur modèle AE fasse son apparition (stay tuned).


Figure de style ou pas, l'exercice - de style - est bel et bien là. Et à mon goût, il est tout-à-fait réussi. Ce Ellipse M1 est un vélo urbain élégant. Sa robe est sobre, il embarque des composants et des périphériques assez traditionnels. Mais son châssis apporte une petite touche de modernité bienvenue. On aime notamment l'intégration très propre de l'éclairage ; autant par le léger renflement du feu avant que celui discret du feu arrière, dans le prolongement du tube supérieur.

Tout aussi discret et bien intégré, le système de clignotants avant & arrière. Oui, le Ellipse M1 embarque des "indicateurs de changements de direction", comme diraient nos amis de la maréchaussée ; des clignotants, quoi. A l'avant, ils sont intégrés à chaque extrémité du cintre. A l'arrière, on les retrouve sur la partie inférieure des haubans.

Le châssis du Ellipse M1 est en aluminium ; sa fourche également. Vous remarquerez la jonction des haubans assez particulière. Un design qui permet de renforcer la rigidité dans cette zone de contrainte, mais aussi de se passer d'un collier de selle. Le serrage de la tige de selle se fait à l'intérieur du triangle.

Un vélo connecté, mais juste ce qu'il faut

L'ambition de Paul, Florian et Robin était de proposer un vélo simple, avec juste ce qu'il faut de technologie embarquée ; pas un "smartbike" ; pas une usine à gaz où pour la moindre opération, il faut dégainer son smartphone. Ici, tout se commande via deux boutons situés sur le cintre, l'un à gauche l'autre à droite, et dont l'intégration est aussi discrète que le reste. Avec, on contrôle l'éclairage et les clignotants évidemment, mais aussi le démarrage du vélo. "Démarrage" n'est pas vraiment le bon terme. Disons que, lorsque votre vélo n'est pas utilisé, qu'il soit chez vous, dans votre appartement, local, cave ou garage, ou qu'il soit attaché à un arceau urbain, le vélo se met en mode extinction/veille.

Pour le réactiver (mode utilisation), là encore, pas besoin de dégainer son téléphone intelligent. Vous devrez composer un code, qui est tout simplement une combinaison d'appuis sur les boutons du cintre. S pour Simultané (les deux boutons en même temps), G pour Gauche, D pour Droite. Le code comporte cinq actions. Si le code est correct, un petit son retentit ; l'éclairage et les clignotants sont fonctionnels.

Lorsque vous vous apprêtez à attacher votre vélo sur l'espace public, il faut passer votre vélo en mode stationnement. Cela se passe encore une fois avec les boutons du cintre. Vous "verrouillez" le vélo avec un appui simultané de 2 secondes (cela ne vous affranchit pas de bien attacher le vélo avec un bon antivol évidemment). Cette action active l'alarme embarquée du Ellipse M1. On en reparle un peu plus bas.

Comment tout cela se recharge ? Ici, pas besoin d'une batterie puissante, car c'est vous qui pédalez. Le système est tout simplement alimenté par le moyeu dynamo de la roue avant. Vous avez même la possibilité d'alimenter un smartphone ou un GPS via la prise USB du module. Ce module est situé à l'intérieur du tube supérieur du cadre. C'est là qu'est le "cerveau" du vélo.

On y retrouve la batterie tampon, la prise micro-USB pour recharger le système, la prise USB pour brancher un appareil tiers, un mini haut-parleur pour les sons du système et pour l'alarme, et les puces Bluetooth et GPS.

Un vélo anti-vol ?

La volonté de l'équipe d'Ellipse Bikes étant de proposer un vélo à vocation urbaine (mais pas que), il fallait évidemment sécuriser au maximum la machine. D'un point de vue purement mécanique, les axes des roues du Ellipse M1 sont équipés d'écrous antivol. Ils se dévissent uniquement avec une douille spécifique, que Ellipse vous fournit bien sûr. La tige de selle est, elle aussi, fixée par un écrou antivol (et une clé torx spécifique évidée au centre). Pensez à prendre avec vous ces deux outils en cas de crevaison et/ou de réglage de selle. Ellipse vous fournit un petit pochon logoté.

S'agissant de l'alarme, celle-ci est donc activée en mode stationnement. Elle possède trois seuils d'avertissement : faible, moyen et fort ; des seuils d'intensité qui vont varier selon les mouvements de votre vélo, si un voleur tente de s'en emparer. La puce GPS présente dans le cadre ne servira pas à géolocaliser votre vélo par vous-même. Il faudra prévenir l'entreprise, qui se chargera de l'activer à distance.

Un vélo simple, mais connecté tout de même

L'application smartphone n'est pas encore sortie, mais elle ne devrait plus tarder selon les dires de Ellipse Bikes (octobre 2022). Elle va servir à la première mise en route, à changer votre code de verrouillage ou encore à déverrouiller automatiquement votre vélo lorsque vous vous en approchez. Surtout, la fonctionnalité la plus intéressante sera le fait d'être notifié à distance si votre vélo est déplacé (le module intègre une puce 4G/LTE).

Mais où ai-je mis mon chien connecté ?

La batterie tampon est rechargée par le moyeu dynamo. Toutefois, selon votre type d'utilisation, Ellipse recommande une charge complète en branchant tout simplement le vélo sur le secteur. Ainsi, notamment dans le cadre d'un trajet domicile-travail assez court (moins d'une heure par jour A/R), la batterie sera suffisamment chargée pour faire fonctionner son mode stationnement et pouvoir communiquer sur le réseau.

En cas de vol déclaré, l'équipe Ellipse Bikes est en mesure d'activer à distance un mode "extra veille", qui désactive ce qui consomme de la batterie (alarme, accéléromètre) et fait en sorte que le vélo communique sa position que toutes les 10 minutes.

Si toutefois, l'alarme ne suffisait pas à vous rassurer, Ellipse propose un système d'assurance sous forme d'abonnement à 10€ par mois (assuré par Qover). Celui-ci couvre le vol, mais aussi les dégâts matériels. Vous avez aussi une assistance 24h/24 et 7j/7. En cas de vol, cette souscription vous permet un remboursement à neuf si le vélo n'est pas retrouvé sous deux semaines.

Ellipse M1, un vélo rouleur et (assez) confortable

C'était Blue Monday

Nous avons testé ce vélo Ellipse M1 dans sa livrée urbaine, avec cintre plat et garde-boue intégrés. Cela donne quoi sur la route ? Et bien un petit vélo urbain sportif qui s'en sort très bien dans les déplacements du quotidien. Ce n'est pas un avion de chasse - le vélo nu pèse tout de même plus de 12 kg - mais il demeure très agile pour se faufiler dans le trafic.

Il manque un tout petit peu de confort car il est très rigide. Mais c'est aussi ce qui autorise un vélo agile et rapide. Pour pallier cette rigidité, j'aurais volontiers chaussé ce Ellipse M1 de pneus avec un peu plus de ballon (plus de section). Cela aurait amélioré le confort sur les revêtements irréguliers (et son look au passage). Néanmoins cela l'aurait encore alourdit.

A l'usage, j'ai aussi beaucoup aimé le fait de ne pas avoir à sortir le smartphone de ma poche. J'ai juste eu du mal à mémoriser la combinaison au début (qui a dit "c'est l'âge" ?!). L'utilisation des deux boutons est vraiment simple et intuitive, notamment pour mettre en route l'éclairage - un appui simultané court pour le mode diurne, et la même chose pour activer l'éclairage de nuit.

D'ailleurs, celui-ci s'avère suffisamment puissant pour non seulement être vu mais aussi voir ce qu'il se passe devant votre roue (puissance 200 Lumens). Bien sûr ne comptez pas faire des sorties nocturnes en forêt, ce ne sera pas assez puissant. Mais c'est très agréable d'avoir un éclairage de qualité, si bien intégré et disponible immédiatement grâce à la dynamo. Notez qu'un accéléromètre est présent et que le feu arrière fait aussi office de feu stop.

Je reste toujours sceptique sur l'usage de clignotants sur un vélo (vous pouvez lire mon article "mon vélo n’est pas une voiture"). Bien que je reconnaisse ici que l'usage des clignotants du Ellipse M1 est très facile, ce n'est pour moi pas naturel d'avertir de mes changements de direction de cette façon.

D'autant que cela ne doit surtout pas vous abstenir de faire un contrôle visuel sur ce qui arrive derrière vous avant la moindre manœuvre. Du point de vue du Code de la Route, la présence de clignotants sur le vélo vous abstient de tendre le bras (mais vous avez le droit de faire les deux). Mais il faut reconnaître que ceux-ci apportent une touche de sécurité supplémentaire bienvenue.

L'Ellipse M1 est une machine silencieuse

Sur la partie mécanique, rien à redire sur les freins à disque hydrauliques, qui permettent de bien doser son freinage. Attention toutefois sur chaussée mouillée, les pneus Schwalbe Marathon Racer sont costauds mais très lisses. Pour le moyeu Shimano Alfine 8V, voilà assez longtemps que je ne l'avais pas utilisé, mais il est toujours aussi agréable ; un peu moins bien étagé que son cousin à 11 vitesses (mais moins cher). Les changements de braquet sont fluides et peuvent se faire aussi à l'arrêt. Idéal en usage urbain.

Ce que j'ai aussi beaucoup aimé : le silence. L'Ellipse M1 est une machine silencieuse. Bien sûr, c'est dû au couple moyeu à vitesses intégrées et courroie carbone Gates. En plus d'assurer un usage sans bruits intempestifs, rappelons que ce système évite les salissures (pas de graisse de chaîne) et surtout ne requiert quasiment pas de maintenance (juste un peu d'huile dans le moyeu tous les 5000 km et une vérification de la tension de la courroie).

Un seul vélo, plusieurs philosophies

Le Ellipse M1 - Un seul vélo, plusieurs philosophies
Le Ellipse M1 - Un seul vélo, plusieurs philosophies

Le vélo Ellipse M1 est un vélo configurable, en montage à la carte. Via le configurateur en ligne sur le site de la marque, c'est vous qui créez votre vélo selon vos besoins et vos envies.

Trois coloris de cadre au choix (noir, vert d'eau ou bleu pétrole (notre test)), deux types de cintre (plat ou route), deux systèmes de transmission (Shimano Tiagra + chaîne ou moyeu Shimano Alfine 11 vitesses + courroie). Notez que seul le cintre droit pourra être couplé à la transmission Alfine courroie (shifters non compatibles dropbar).

Le tarif du Ellipse M1 démarre à 1890€ TTC. Ce prix ne varie pas, peu importe le type de cintre ou de transmission sélectionnés ou que vous choisissiez d'ajouter ou non les clignotants, les garde-boue ou la béquille, qui restent des options sans supplément. Seuls les portes-bagages (avant et arrière possible), les sacoches (Thule avant et arrière possible), la sonnette Knog Oï et bien sûr l'assurance sont des options payantes.

Pour connaitre mon verdict final sur ce vélo, rendez-vous juste ici. Pour en savoir plus sur l'histoire de cette jeune marque, filez lire notre article. Enfin, pour commander votre futur Ellipse M1, ça se passe en ligne sur le site officiel.

Notre verdict

[Test] Ellipse Bikes M1, un vélo bien urbain, bien malin
(4.5/5)

En plus d’avoir un look sobre et élégant, le Ellipse M1 est un vélo très plaisant à utiliser au quotidien. La technologie embarquée est bien conçue et elle sait rester discrète. On a le droit à un vrai éclairage, pour voir et être vu, et les clignotants sont une option de sécurité supplémentaire intéressante. On comprend assez rapidement le fonctionnement des deux boutons, pas besoin d’une courbe d’apprentissage longue.

Techniquement, le vélo est bien équipé, surtout si vous optez pour la transmission Shimano Alfine 8 + courroie. Si vous hésitez avec la transmission Tiagra, sachez que le moyeu Alfine est un peu plus lourd et sera moins dynamique dans les changements de vitesses qu’un dérailleur classique. Le couple moyeu à vitesses intégrées + courroie permet en revanche des passages de vitesses à l’arrêt, sans compter l’usure et la maintenance réduite. Si c’est un vélo uniquement pour le quotidien, prenez la courroie. Si c’est un vélo versatile pour quotidien comme du cyclotourisme, optez pour le dérailleur.

A 1890€, on pourrait trouver le tarif élevé pour un vélo non électrique. Mais c’est un prix qui s’entend si l’on tient compte, d’une part, que le vélo est entièrement configurable (vous n’aurez pas tout-à-fait le même vélo que votre voisin), qu’il est assemblé en France en petite série et surtout qu’il embarque des fonctionnalités connectées bien pensées. Celle la plus intéressante étant évidemment la fonction alarme + module GPS qui va permettre de retrouver votre vélo en cas de vol (même si rien ne le garantit bien évidemment).

Peu importe si vous optez pour le cintre plat ou le cintre courbé, le Ellipse M1 affiche une belle polyvalence, que vous l’emmeniez sur le trajet de votre bureau, sur les chemins de France et de Navarre, voire, pourquoi-pas, sur sentiers en mode gravel (soft). Ce vélo n’a pas à rougir face à un Canyon Commuter (notre test juste ici), qui joue sensiblement dans la même cour. L’Ellipse M1 est un vrai outsider, compte tenu de ses fonctions connectées en plus et de son montage à la carte. Un modèle à considérer si vous envisagez l’achat de ce type de vélo urbain sportif et versatile.

Retour en haut de page