[Test] Coboc Seven Montreal, vélo électrique confort et discret

[Test] Coboc Seven Montreal, vélo électrique confort et discret

Discrétion et confort pour ce VAE qui ne dit pas son nom

"Un look sobre, du confort, une belle intégration de l'assistance électrique ... mais un tarif élevé " d'infos

(3.5/5)

Tout comme le "flygskam" (la honte de prendre l'avion) existe en suède (Merci Greta Thunberg), allons-nous en arriver à un "eBikeShame", la honte de rouler sur un vélo électrique ?

Je ne pense pas. Le vélo à assistance électrique rend bien des services (n'en déplaise à certains pur et dur). Toujours est-il qu'à l'instar des fabricants de VAE classiques, certains optent pour une approche différente : le tout-intégré, qui permet d'à peine savoir que le vélo est motorisé (non, non, je ne parle pas des coureurs du TdF).


Couvrez cette assistance que je ne saurais voir

C'est le cas de la nouvelle marque allemande Coboc. Créée par Alex Kunde, que nous avons rencontré lors de plusieurs salons, la compagnie a dévoilé une gamme de vélos électriques dont la motorisation est tellement bien cachée qu'on jurerait avoir affaire à un vélo normal.

Nous avons eu en mains plusieurs semaines le modèle Seven Montreal. La gamme Coboc comporte deux autres modèles, le One, un singlespeed, et le Ten, un superbe road/gravel (que nous avons aperçu au salon Vélo in Paris).

Rigueur allemande

Le Seven Montreal joue la carte de la rigueur. Une géométrie de cadre très classique et une cosmétique on ne peut plus sobre.

Seul l'arrière du vélo se permet une petite originalité avec un porte-bagage intégré qui suit la courbure de la roue. On retrouve une plaque en métal logotée Coboc de chaque coté du tube supérieur.

Nous sommes sur une base de cadre en aluminium, couplé à une fourche en carbone. Les tubes sont raccordés par des soudures polies, qui donne une impression de qualité à l'ensemble.

AE tout-intégrée

C'est à l'intérieur du tube diagonal que la batterie et le contrôleur se cachent. La batterie 36V offre 352 Wh de capacité pour une autonomie annoncée entre 70 et 100 km. Dans les faits, on était plutôt aux alentours des 50 km maximum.

Quant au moteur de 250W, il est à l'intérieur du moyeu arrière. L'assistance électrique, justement, est diablement efficace. A la fois discrète car très silencieuse, mais en même temps offrant un couple très agréable, qui se déclenche en à peine ¼ de tour de pédale.

Une plaque sous le pédalier permet de retirer la batterie pour la maintenance, mais au quotidien, il vous faudra effectuer la recharge directement sur le vélo. C'est l'inconvénient de ce type de VAE tout-intégré.

Si les moteurs centraux (pédalier) restent une valeur sûre, ici le moteur propulsion (roue arrière) est beaucoup plus discret et donne une sensation de couple intéressante.

Ici, le poids est évidemment une donnée clé. Le Seven Montreal ne pèse que 16 kg (l'équivalent d'un VTC tout-équipé et non-électrique). Cela donne une monture très agile à rouler et facile à manipuler.

Contrôle minimaliste

Comment contrôle t-on tout cela ? Tout comme le Orbea Gain que nous avons aussi eu entre les mains, on a affaire ici encore à une interface minimaliste et monobouton.

Sur le même sujet  [Test] Sacoche vélo Zéfal Z Traveler 80, pratique et extensible

Celui-ci se situe sous le tube supérieur. Une première pression simple permet d'activer (ou désactiver) l'assistance.

Sur le haut du tube supérieur, on retrouve 5 leds bleus, qui permettent de savoir si l'assistance est active, de connaître le niveau de charge de la batterie ou encore de savoir si l'éclairage est actif.

Si vous voulez avoir plus d'informations, il vous faudra installer une application Smartphone dédiée (connexion Bluetooth), qui vous permettra de connaître votre vitesse ou votre niveau de charge plus précisément. L'application permet également le guidage GPS, mais je préfère à l'utilisation un Google Maps ou encore un Geovelo.

Une pression longue sur le bouton permet d'activer ou de désactiver l'éclairage avant/arrière. Sur ce point, le feu avant Supernova E-Bike Mini 2 délivre une puissance tout à fait suffisante pour voir comme pour être vu.

Quant au feu arrière, son intégration juste sous le collier de selle est du plus bel effet (juste dommage que les leds soient trop visibles lorsqu'il est éteint). Dans tous les cas, son emplacement permet d'être bien visible par les véhicules qui vous précèdent.

Des composants de qualité, mais...

Coté composants, la transmission est classique, assurée ici par un dérailleur Sram GX DH, qui permet des changements de braquets très réactifs et surtout fait gagner du poids. Les sept vitesses proposées sont suffisantes, toutefois on a trouvé qu'on manquait un peu d'allonge à haute vitesse (cassette de 11-25 seulement).

Les freins à disques hydrauliques TRP Slate X2 donnent un freinage très homogène, à la fois puissant et progressif.

La position sur le vélo est semi-sportive. On a beaucoup aimé le cintre relevé et très court, qui donne une agilité au vélo et un côté fun au pilotage à travers le trafic de la ville. Et puis la fourche carbone apporte beaucoup de douceur à l'utilisation.

En revanche, la selle est plutôt moyenne et donne un aspect cheap. Vu le niveau de tarif du vélo, on aurait pu s'attendre à mieux (Une Brooks Cambium par exemple). Quant aux pédales fournies, elles sont jolies mais un peu trop glissantes dès que c'est humide. C'est le cas également des pneus Schwalbe Kojak.

Et puisque l'on est sur les défauts, parlons du porte-bagage. Certes son intégration est très réussie. On le distingue à peine dans les lignes globales du vélo. Problème : il n'est pas standard et ses tubes en courbes ne permettent pas d'utiliser des sacoches classiques (testé avec du Ortlieb, du XLC et même une Bakkie).

Tarif net de la monture allemande : 4599€. Le modèle Seven existe en version femme (Kanda) avec un tube supérieur courbé (même tarif) et aussi en version monovitesse (Vesterbro) à 3799€.

Notre verdict

[Test] Coboc Seven Montreal, vélo électrique confort et discret
(3.5/5)

Pas de doute, le Coboc Seven Montreal nous a beaucoup plu. Il rend l’expérience du vélo à assistance électrique séduisante, en apportant confort et puissance à l’utilisateur. Le poids très réduit, le poste de pilotage façon fixie, la transmission très réactive donnent une monture plaisante à rouler.

Le tout dans un look sobre et une intégration de la motorisation réussie qui permet de faire croire à ceux qui vous voient passer, que vous roulez sur un vélo parfaitement classique. Cela donne un piquant intéressant à l’utilisation.

Quelques défauts viennent faire de l’ombre au tableau (porte-bagage non standard, selle cheap…) et puis il y a bien sûr le tarif très (trop ?) élevé, qui ne rend pas le Coboc Seven Montreal accessible à toutes les bourses.

Retour en haut de page
Fermer cette popup
Ne pars pas comme ça !
On a encore plein de choses à te montrer...

Ne rate rien des prochains articles en t'abonnant à la WeelzLetter ! ( Et parfois, tu peux même y gagner des cadeaux)