[Test] Brompton T-Line, le vélo pliant ultra-léger qui envoie du lourd

[Test] Brompton T-Line, le vélo pliant ultra-léger qui envoie du lourd

"Pour nous, le poids du prix est important dans notre curseur. Malgré le comportement enthousiasmant du T-line auquel on peut ajouter la beauté de la finition, les 4590€ TTC sont rédhibitoires. Pour gagner 2 kilos nous ne sommes pas prêts à nous alléger de 2000€ par rapport à la version superlight du P-Line." d'infos

(3/5)

Notre test du Brompton T-Line. Weelz! a eu le privilège d'être le premier média français à pouvoir poser ses fesses sur le vélo pliant ultra-light. Le fameux Brompton titane présenté par la marque en janvier 2022. Nous en parlions juste ici. Nous vous proposons ici un retour rapide de notre semaine en compagnie de ce vélo.

Un test rapide de ce Brompton T-Line ?

A noter, la pédale se retire et se fiche dans le colonne de direction

Oui rapide, nous avons déjà eu l'occasion de vous faire des retours sur le Brompton a plusieurs reprises. Vous pouvez lire notre test ici ou une présentation de la marque . Et selon nous, ce T-line ne mérite pas nécessairement de vous faire à nouveau tout un laïus sur la marque, son concept, sa compacité inégalée une fois pliée. Ça ne mérite pas, puisque le vélo T-line que nous avons testé propose la même géométrie (exactement la-même), la même conception de pliage/dépliage (exactement la même). Nous allons donc aujourd'hui nous attarder sur les points de différence que nous avons ressentis. Si vous voulez faire une comparaison, nous vous invitons donc à lire nos billets précédents et celui-ci.


Si c'est votre vélo, vous pouvez enlever l'autocollant.

Test Brompton T-Line : L'argument de poids, le poids !

Lors de la conférence de presse (en Anglais) courant janvier. Les journalistes qui animaient la visio étaient dithyrambiques sur le poids perçu du vélo. De notre côté de la Manche, postés devant nos écrans d'ordinateurs ces "whaou", ces "Oh my god!", ces "I'm flabbergasted" enthousiastes nous semblaient être un peu too much. Ils étaient même gênants. Je me disais dans mon for intérieur "c'est bon, vous êtes payés par la marque pour en dire du bien, on a compris le vélo est léger. Peut-être pas la peine d'en faire trop". Et force est de reconnaître, quand je file à l'agence de presse en France de Brompton pour récupérer ce Brompton T-Line. Ma première onomatopée "Rho" ne tarde pas à sortir spontanément de ma bouche. Onomatopée suivie d'un "Mon dieu, ce qu'il est léger".

Les finitions aviations !

7 kg 95

Nous sommes amenés à en tester des vélos chez Weelz! Les vélos que nous testons ne sont pas toujours des bêtes de courses. Au contraire, la tendance est clairement aux vélos qui prennent de l'embonpoint. L'électrification, l'ajout de paniers, béquille et pneus tailles XL pour améliorer le confort à l'usage. Un vélo qui pèse moins de 8 kilogrammes, je n'ai jamais essayé, même sur les vélos route ou les vélos de gravel qui nous sont confiés.

Pour ce test du Brompton T-Line, il faut reconnaître qu'un vélo qui pèse moins lourd qu'un pack d'eau de 6x1,5 litres, c'est surprenant ! Surtout quand le vélo plié est à peine plus encombrant. Grâce à une vie sociale trépidante, toutes les personnes passées à la maison pour un dîner, un verre ont été invitées à soupeser le vélo. La réaction est systématiquement la même "mon dieu, ce qu'il est léger" (ou équivalent, en implorant Dieu ou pas).

L'intérêt du poids plume

Mon pliant au quotidien, c'est le Tern BYB S11, nous vous en faisions un test retour ici. Il affiche sous la balance 12,7 kg, soit 4,75 kilogrammes de différence. près de 60% plus lourd. C'est beaucoup...

En roulant

En dynamique, honnêtement, la comparaison avec le BYB en se concentrant purement sur la masse est compliquée. L'un est en roues de 20 pouces, 11 vitesses en Ultegra pour le BYB quand le Brompton propose 4 vitesses (maison) et des roues de 16 pouces. Le BYB est naturellement plus roulant. Aussi, c'est un avis personnel, la géométrie du BYB est plus adaptée pour un cycliste qui fait 1m89. Si je compare le T-Line avec les Brompton acier que j'ai pu essayer (donc comparer ce qui est comparable). Le poids et le montage 4 vitesses donnent deux arguments de rendement non négligeable pour le T-line. Le vélo est plus véloce, plus réactif et bien entendu, il vous permettra d'avaler le dénivelé avec une facilité déconcertante.

Sur le même sujet  Brompton T-Line – Quand le B s'habille en complet titane

En multimodal, c'est un régal

Le Brompton (acier) est tout simplement génial (à mon sens) quand vous n'êtes pas dessus mais que vous devez le trimballer avec vous, partout, tout le temps. Le T-Line est encore mieux sur les quais, dans l'espace bagages du train, dans l'ascenseur de l'immeuble Haussmannien, dès que votre trajet vous oblige à avoir ce vélo sous le bras. Parce que c'est littéralement ainsi que vous allez le transporter. Vous avez un vélo moins lourd que votre valise !

Le trou dans le sommet de la fourche ? Pour glisser la pédale.

Le comportement du Titane ?

Au touché, le titane est différent de l'acier. Moins froid il sonne aussi différemment. Au touché, toujours, le titane se rapproche du carbone. L'effet est d'ailleurs déconcertant quand, en plus, vous soupesez le vélo. Naïvement, je me suis demandé si le T-Line allait supporter mes 100kg. Je me suis aussi demandé si cette petite chose n'allait pas se gondoler sous mes coups de pédales. La réponse du vélo est étonnante. Le vélo offre une rigidité exemplaire. Il répond parfaitement aux moindres sollicitations. Il offre aussi un petit supplément de souplesse, d'élasticité que je ne retrouve pas sur la version acier. Cette sensation est peut-être accentuée par la monte des pneumatiques.

le réflecteur n'est pas en titane. On l'a donc flouté.

En effet Brompton a opté pour les Schwalbe One qui offrent une gomme très tendre (combiné à un poids très contenu). A ce propos, je n'ai pas eu le plaisir (!) de rouler sous la pluie avec ses pneus. Le grip et le comportement des pneumatiques testés sont très bons. Pas de miracle pour autant sur une section pavée. Ce n'est pas le terrain de prédilection des roues de 16 pouces.

La transmission maison

A titre personnel, je ne suis pas fan de la solution vitesses au moyeu proposé par Brompton sur sa gamme acier. Que ce soit sur la version 3 ou 6 vitesses, je trouve toujours que l'étagement proposé n'est pas optimal (outre le fait qu'en plus réparer une crevaison de la roue arrière avec ses vitesses au moyeu est pénible). C'est donc avec curiosité que je teste cette solution maison de la transmission.

C'est mieux... mais perfectible. L'étagement est un peu plus cohérent, ce qui donne un agrément de pilotage plus proche de mes habitudes. En revanche, il semble se dérégler très vite. Rien de grave si vous avez la fibre mécanique et que vous savez corriger correctement la tension dans le câble. Plus ennuyeux si vous n'avez aucune envie de vous y intéresser (il faudra vous y intéresser... parce que rouler sur une chaîne qui hésite entre deux pignons, c'est proche de l'insupportable).

Test du Brompton T-Line, un vélo léger qui allège le porte-monnaie

Les soudures ? Propres, très propres.

Oui la version 4 vitesses dans ce test du Brompton T-Line (Urban) s'échange contre 4 700€ TTC. La version Brompton T-Line One (monovitesse) est à 4 479€ TTC. C'est une sacrée somme pour un vélo qui ne propose finalement pas grand chose de plus que son vieux frère en acier. Pas si cher, si vous vous dites que votre Brompton est plus léger qu'un vélo du Tour de France...

Alors vaut-il le coût ? Le coup ? nous vous invitons à lire notre verdict ci-dessous. Pour plus d'informations sur ce vélo pliant, c'est par ici.

Notre verdict

[Test] Brompton T-Line, le vélo pliant ultra-léger qui envoie du lourd
(3/5)

Noter ce vélo spécifiquement reste un exercice compliqué. Si nous avons noté le CHPT 3 avec une note de 4,5 sur 5 en 2019 alors le T-line mériterait un 5/5 ? Sous prétexte que le T-line améliore l’expérience du vélo pliant. Ce qui semblait impossible, est rendu possible par le titane ?

D’un autre côté, les 2000€ en plus, valent-ils les 2 kilos de perdu ? Selon nous, non.  Bien sûr, il nous arrive de pester quand les contrôleurs en place, nous demandent de plier notre vélo, sur le quai, pour nous rendre à notre voiture designée sur notre billet de train. Oui, quand nous avions le T-line, nous n’avons pas attendu l’injonction du contrôleur pour le plier et le porter sous le bras sur le quai. Oui, il y a une prouesse technique intéressante à proposer un vélo pliant qui pèse moins de 8kg. Oui il y a aussi une démarche esthétique intéressante de la part de la marque Anglaise. Oui le titane a ce je ne sais quoi de séduisant pour les amateurs de vélo.

Comment justifier cette note de 3/5 ? Tout simplement parce que le T-line est plus léger mais pas plus compact que ses cousins. Il offre un comportement plus dynamique sur la route, il ne devient pas non plus aussi efficace qu’un vélo taillé pour grimper le Galibier. Le T-line reste un Brompton. Avec ses qualités indéniables et quelques défauts. Le défaut majeur du Brompton, c’est un vélo cher. L’autre défaut majeur (selon moi), c’est son écosystème. Tout est fait maison et il est difficile de l’upgrader. Le T-line a des qualités indéniables, il a un défaut majeur, il est très cher. Il a toujours le même défaut, difficile à upgrader.

A l’usage, le gain de poids, d’agrément et de confort du titane Vs. l’acier ne suffisent pas à rendre le T-line plus désirable que le P-Line (ou le superlight). Aussi nous considérons le Brompton comme un vélo utilitaire. A 4500€ il devient un produit utilitaire d’exception. Un vélo qui nécessitera un cadenas de 3 kilos pour le sécuriser dans le train ! Le gain de poids vient de sombrer sous l’autel de la crainte du vol.

Nous ne sommes pas prêts à dépenser une telle somme dans un Brompton. Ceci étant dit, nous le confessons (et assumons ce paradoxe), nous vous regarderons quand même avec des yeux envieux si vous décidez de vous l’offrir. Parce que oui ce T-line reste malgré tout un vélo exceptionnel.

Retour en haut de page