[Test] Airbag vélo Hövding, peut-il vraiment remplacer un casque?

[Test] Airbag vélo Hövding, peut-il vraiment remplacer un casque?

High-tech contre low-tech ?

"Innovation et technologie ont-elles un intérêt quand un produit fonctionne déjà très bien?" d'infos

(2/5)

Hövding. Ca sonne comme un nom de meuble Ikea. Et pour cause, ce produit innovant nous vient directement de Suède. Cette-fois pas besoin d'user de la clé allen et de chercher à quoi peut bien servir cette dernière vis (on a tous été dans cette situation). Cet accessoire en forme de tour de cou, vous l'avez déjà vu plusieurs fois dans nos colonnes. Dès 2010, l'objet faisait le buzz avec des vidéos à base de chute et de slow motion.

De quoi s'agit-il ? Le Hövding est un système d'airbag pour cycliste, dissimulé dans un tour de cou. Le concept est sorti de la tête de Anna Haupt et Teresa Alstin, à la sortie d'un master de design industriel à l'université de Lund. Après deux versions, nous avons eu en main la 3ème itération du produit (par l'intermédiaire du distributeur quimpérois TOAD). Cette dernière version propose une mise à jour de la forme et une amélioration de l'algorithme de déclenchement.


1/10ème de seconde

Bien entendu, l'idée de notre test n'était pas de tester la véracité de la protection du Hövding (pas plus qu'on ne le fait avec les casques classiques). On vous aime beaucoup et on est prêt à faire de nombreuses choses pour vous, mais pas de se jeter volontairement sur le capot d'une voiture… Sur ce point, on va faire confiance aux équipes d'ingénieur suédois, qui semblent avoir plutôt bien bossé leur sujet. En tout cas à en voir les vidéos officielles de la marque ou encore les démos live réalisées par les distributeurs qu'on a pu voir sur les salons. L'objectif est plutôt de vous renseigner à la fois sur la praticité de l'objet et son usage au quotidien.

La partie airbag est intégrée dans une enveloppe textile étanche qui entoure votre cou. A l'arrière, une coque plastique saillante vient se reposer sur vos vertèbres cervicales, permettant ainsi au Hövding de rester bien en place sur les épaules et de ne pas tourner (oui, cela serait dommage que l'airbag viennent exploser juste devant votre figure).

C'est dans cette coque que se trouve le "cerveau" de l'appareil. Il contient un ensemble de capteurs de différents types (gyroscope, vitesse, accéléromètre…) analysant intégralement vos moindres faits et gestes. En cas de chute, l'airbag se déclenche en 1/10e de seconde seulement.

Pour le mettre en marche, on le place sur ses épaules puis on ferme le zip situé au niveau de la trachée. Pour enclencher le système de détection d'incident, il faut ensuite fermer la boucle magnétique par-dessus le zip. Une led verte s'allume et un bip retentit. A partir de ce moment là, pensez à ne pas faire de gestes inconsidérés, que le système pourrait interpréter comme une chute. Par exemple, faire tomber vos clés par terre et se pencher rapidement pour les ramasser… (ballot)

Le Hövding fonctionne sur une batterie qui se recharge en deux heures, pour une autonomie d'environ 14 à 16 heures d'après les données du fabricant. Une connexion Bluetooth 5.0 permet de communiquer avec votre smartphone et une application dédiée. Au-delà de la vérification du niveau de charge de l'appareil et d'un système d'alerte si celle-ci est trop faible (important si vous voulez que l'airbag fonctionne), l'appli va permettre également de déclencher l'envoi d'un message à vos contacts ICE (In Case of Emergency) dans l'éventualité de la détection d'une chute.

Une connexion Bluetooth 5.0 permet de communiquer avec votre smartphone

Un sauve-permanente ?

A qui s'adresse véritablement ce produit ? Je vous avoue que l'on s'est aussi posé la question. Les allergiques au casque de vélo ? Probablement la première cible en effet. Le Hövding permet d'accroître votre sécurité à vélo, tout en conservant votre permanente intacte… Si vos cheveux méritent le meilleur parce qu'ils le valent bien. Si une grosse partie de votre budget mensuel passe chez Jacques Dessange et que vous détestez l'effet coiffé-décoiffé naturel que provoque le casque lorsque vous l'enlevez, alors oui peut-être que le Hövding est votre solution…

Ok, ok, on charrie un peu. D'un point de vue sécuritaire, l'airbag vélo Hövding va au-delà du simple casque. Une fois déclenché, le système va venir englober intégralement la boîte crânienne, y compris les cervicales, ce que ne permet pas un casque de vélo classique (sauf si vous êtes adepte de l'intégral et du "neck brace" mais en milieu urbain c'est un peu too much).

Cela étant dit, les casques vélo actuels existants sur le marché offrent une protection qui a su prouver son efficacité, notamment si l'on regarde les statistiques en termes d'accidentologie et de trauma crânien. Toutes les études s'accordent à dire que le port du casque à vélo permet de réduire drastiquement le risque de séquelles sur votre cerveau (entre 58 et 80% selon les études). On n'entrera pas ici dans le débat "casque ou pas casque" (pour cela vous pouvez aller lire nos article ici ou ). Oui, le casque protège la tête du cycliste, c'est un fait (la question est plutôt de savoir d'où vient la cause de l'accident, mais c'est un autre débat...).

"le Hövding cherche à remplacer un produit déjà existant et reconnu comme efficace…"

Sur ce point, pour faire un rapide aparté technique, sachez que tous les casques du marché vous protègent efficacement, que vous l'ayez acheté 15€ ou 150€. Ils répondent à la norme européenne EN1078 et ont donc été contrôlés pour garantir votre protection. Bien entendu, un casque haut-de-gamme va apporter un plus en terme de maintien, de confort, de poids... Des systèmes plus avancés peuvent éventuellement augmenter cette protection comme le MIPS, qui vont au-delà de la norme.

Sur le même sujet  Top 8 des accessoires vélo Made in France qu'il vous faut

Cet aparté terminé, on peut ainsi légitimement s'interroger sur la pertinence d'un produit comme le Hövding, qui cherche à remplacer un produit déjà existant et reconnu comme efficace… Pour nous, le Hövding a de nombreux défauts : Il est lourd et peu pratique. Il n'est pas durable. Il est cher.

Un système pesant et pas adapté à tous les types de vélo

L'airbag vélo Hövding pèse 800 grammes. C'est trois fois plus lourd qu'un casque urbain de gamme moyenne. C'est quatre fois plus lourd qu'un casque sportif bien ventilé de bonne gamme. Certes, le système ne repose pas sur votre crâne, mais sur vos épaules, ce qui permet de diminuer un peu cet effet "pesant". Mais cela reste lourd.

Autre défaut : la partie arrière venant s'appuyer sur vos vertèbres cervicales n'est pas un problème … à condition de circuler sur un hollandais (le vélo on s'entend) avec une position très droite. Si votre vélo est un commuter sportif, et que vous adoptez donc une position sur votre vélo plus "penchée", votre tête relevée va venir appuyer sur cette partie et l'enfoncer dans votre dos. Pas très agréable. D'ailleurs sur ce point, même perché sur un "dutch bike", le Hövding limite considérablement le mouvement de la tête vers le haut. N'est-ce pourtant pas là l'intérêt d'être cycliste ? Ce privilège que n'ont pas les automobilistes : pouvoir flâner à vélo, les cheveux aux vent et le nez vers le ciel pour admirer l'architecture de la ville?

Dernier défaut : nous avons testé le Hövding plutôt par temps frais. Le système est donc agréable car il fait office de protection contre le froid. Mais lors des fortes chaleurs de cet été, c'était autre chose. Le Hövding tient vite chaud.

Un produit cher et à usage unique

C'est le matin. Pierre¹ vient de s'équiper pour partir au travail à vélo. Veste zippée, gants enfilés et son Hövding flambant neuf trônant fièrement sur ses épaules. 10mn plus tard sur son trajet velotaf, une flaque d'eau dans un virage et c'est la chute. Juste une petite glissade, à faible vitesse, sans gravité. Pierre se relève, avec une veste un peu salie (comme l'est son amour propre), un pantalon légèrement griffé … et une tête en forme de bonhomme Michelin. Oui, son airbag s'est naturellement déclenché, bien que sa tête n'ait même pas heurté le sol.

Allez Pierre, fais pas la tête, c'est jamais que 300 balles

Pas de bobos, donc, mais un Hövding bon à jeter à la poubelle. Car oui, le Hövding est un système à usage unique. Une fois déclenché, l'airbag ne peut pas être remis dans son enveloppe. Il devient totalement inutilisable. 300€ bons à mettre au rebut (enfin au recyclage, car le produit contient une batterie et des composants électroniques). Certes, un casque qui a subit un choc doit aussi normalement être jeté. Sauf qu'ici, la tête de Pierre n'a pas touché le sol (oui c'est un réflexe humain de protéger sa tête lors d'une chute).

Dans le cas de Pierre et de sa petite chute sans importance. Un casque vélo normal ne lui aurait été pas plus utile, mais il aurait pu au moins terminer son trajet en sécurité avec son couvre-chef. Là il se retrouve avec un gros coussin blanc dégonflé et bien encombrant… Même les démos officielles de la marque montrent que toutes les chutes à vélo n'impliquent pas un choc à la tête :

Espérons que Pierre avait souscrit à l'extension de garantie. La marque Hövding propose en effet une option assurance permettant de bénéficier jusqu'à deux changements de Hövding par an, en cas d'accident. Le tout pour 29€/an. Vous avez même le droit d'y souscrire seulement après le premier déclenchement. C'est plutôt malin de la part du fabricant suédois, bien que cela ne résolve pas le problème du caractère obsolescent du produit. Et encore faut-il en avoir un second sous la main en permanence pour terminer son trajet en sécurité.

Alors ? Cet airbag vélo Hövding peut-il vraiment remplacer un casque ? RDV ci-dessous pour lire notre verdict.

¹ Le prénom de Pierre a été choisi complètement au hasard. Toute ressemblance avec un personnage public se nommant Pierre serait purement fortuite.

Notre verdict

[Test] Airbag vélo Hövding, peut-il vraiment remplacer un casque?
(2/5)

Donc, à la question : « Airbag vélo Hövding, peut-il vraiment remplacer le casque?« , notre verdict pour notre part est : « Oui, mais il n’en vaut pas la peine« . Le Hövding est pour nous un accessoire coûteux, pas toujours pratique, peu confortable, lourd, obsolescent. Un accessoire qui tente de remplacer un autre accessoire simple, pratique, léger, plus durable et souvent peu coûteux : le casque vélo. Le jeu en vaut-il véritablement la chandelle ? Ce sera à chacun de répondre à cette question et voir s’il est prêt à dépenser 299€ dans ce type d’accessoire.

Les technophiles et autres adeptes d’innovations y trouveront peut-être leur compte. De notre côté, le Hövding, si bien conçu soit-il, ne nous a pas convaincu. Passé les défauts inhérents au produit, notre avis pourrait changer si la version 4.0 devenait réutilisable. Pour le moment, nous sommes repassé au casque vélo classique. En attendant d’avoir un jour un vrai réseau cyclable sécurisé. On pourra lancer en l’air nos casques vélo (ou nos airbags)² comme un jour de remise des diplômes dans une université américaine… (et franchement, ça doit être rigolo de jeter des Hövding en l’air… Cher, pas très durable, mais rigolo…).

² Une opinion valable en usage urbain. Chacun est libre de porter un casque ou non. Si l’usage du casque en mode sportif ne fait pas débat pour nous, il pose question en usage utilitaire. Ne vaut-il mieux pas sécuriser l’environnement du cycliste plutôt que de chercher à lui faire revêtir une armure ? Nos articles à relire ici ou .

Retour en haut de page