[Test] Ahooga Bike, le vélo pliant belge

20 octobre 2017

Nous avions découvert ce petit pliant en 2015, alors que Frédéric Mertens et Philippe Lefrancq, les deux co-fondateurs, lançaient tout juste leur produit. Quelques mois plus tard, les premiers vélos Ahooga rencontraient leurs propriétaires.

Depuis, la production commerciale a été officiellement lancée, et nous avions donc ajouté ce pliant à notre planning de test pour constater par nous même si, comme le slogan de la marque le souligne, ce vélo "résout les obstacles pour rendre les villes plus heureuses"¹...

Ahooga !

Rencontré sur leur stand lors des ProDays, Philippe, l'un des deux fondateurs, nous explique le cheminement qui les a amené à concevoir un vélo : "Nous ne sommes pas issu de l'industrie du cycle mais du secteur bancaire. Nous nous sommes intéressés à la mobilité au sens large, et comment résoudre les problématiques de déplacement dans une ville. Nous étions convaincus que le secret des villes les plus heureuses réside dans des déplacements agréables. Le vélo est apparu de suite comme un réponse parfaitement logique.".

Et Ahooga ? "C'est la traduction d'une onomatopée ! Le son que produisait le klaxon des voitures dans les années 20. C'est aussi celui que vous entendez lorsque les yeux sortent de la tête d'un personnage dans les dessins animés de Tex Avery ! C'est fun, universel et facile à retenir."

Déplié, pas de doute, le Ahooga a belle allure. La couleur de son cadre tranche avec le reste des composants coloris argent. Nous avons reçu en test un modèle avec finition premium. Au cintre, on retrouve des grips ergonomiques, et au bout de la tige de selle, un modèle simili-cuir de chez Brick Lane Bikes London.

Il s'agit ici du test de la version motorisée, donc à assistance électrique, mais Ahooga propose sa monture également en version musculaire. Nous avons d'ailleurs pu la tester brièvement lors du salon pro parisien.

Le dépliage

Avant de pouvoir rouler, il faut déplier. Le constructeur annonce 10 à 15 secondes, mais avec un peu d'entrainement et d'habitude. La première chose à faire : remonter la roue. Oui, les concepteurs ont fait ce choix afin d'éviter un axe de pliage supplémentaire, et une perte de rigidité au passage.

Rassurez-vous, vous n'avez pas besoin de sortir votre clé de 15 à chaque fois. On déloge la roue de son encoche située sous la base droite. La roue est doté d'un axe rapide spécial, qui s'enclenche de chaque coté.

Il faut prendre la roue par les rayons (pour éviter de se salir les mains sur le pneu) et venir la caler dans l'axe de la fourche. Ce n'est pas des plus naturel, mais après plusieurs dépliage, on s'y fait.

Il faut également remettre en place les étriers du frein avant à l'aide d'un petit levier, comme sur un vélo de route.

Ensuite, on remonte la tige de direction et on la clampe avec une large charnière sécurisée, comme on le ferait sur un Dahon ou un Tern. Vient ensuite le dernier mouvement avec la roue arrière, et là, on est pas dépaysé, il s'agit de la même cinématique que celle d'un Brompton, avec le pivot situé juste derrière le pédalier. Le triangle bascule vers l'arrière, se bloque derrière le tube de selle. Vous êtes prêt à partir.

Contrairement au Brompton et son design "monopoutre", ici, un tube oblique est présent, encore une fois pour la rigidité. Il est scindé en deux, permettant, lorsque le vélo est plié, de faire passer la roue arrière à l'intérieur et gagner en compacité.

Sur la route

La rigidité revendiquée par la marque belge se ressent dès les premiers tours de roues. On est sur une monture au comportement très réactif. Pas de point de flottement ni de sensation de pompage. Le cadre aluminium est léger, mais filtre toutefois moins bien les vibrations qu'un cadre acier.

On a bien aimé le fait de pouvoir régler la position du guidon en hauteur. Cela permet d'obtenir au choix une position confort, ou bien, plus sportive. Pas de poignées tournantes mais de vrais shifters pour le changement des sept vitesses. Cela vient accentuer le coté réactif et sportif de l'engin.

Avec une transmission classique, plutôt basique (Shimano Acera), on gagne en poids, mais on perd toutefois l'avantage d'un moyeu à vitesses intégrées, demandant aussi moins de maintenance. Sur un pliant, la transmission est basse et donc plus sensible à l'encrassement, l'utilisateur devra donc veiller à un nettoyage régulier.

Même si l'on perd en compacité, les grandes roues en 20 pouces apportent bien entendu un gros plus point de vue développement. De même, l'empattement est suffisamment long pour rendre le vélo très stable, même à haute vitesse. Attention toutefois, l'engin à un centre de gravité assez bas, par conséquent il arrive que les pédales frottent si l'on prend un peu trop d'angle. Pédales qui au passage s'avèrent assez glissantes lorsqu'il pleut.

Chaussé de pneus Schwalbe Kojak, le Ahooga est dynamique et très réactif. Malheureusement, pour un usage urbain, ils sont trop fragiles. J'ai eu à subir une crevaison à l'arrière lors d'un trajet à l'Eurobike, pas facile à changer puisque c'est un axe à écrou. Je ne saurais trop vous conseiller d'opter pour les Marathon, en option (35€),  certes plus lourds mais beaucoup plus robustes.

Le principe des gardes-boues rétractables est une idée séduisante sur le papier (cela fonctionne comme un strap pince-pantalon), cela étant dit, ils s'avèrent d'une part peu efficaces question protection, et en plus de cela, ils ont la fâcheuse tendance à se replier tout seul au premier choc. Dommage.

Ahooga électrique

J'avais donc en test la version à assistance électrique de cet Ahooga. Il est équipé d'un moteur de 250W monté sur le moyeu de la roue arrière. Le tout est couplé à une batterie de 24V/4,4Ah, ce qui autorise une petite autonomie de 50km, mais largement suffisante en usage urbain et/ou multimodal (le 7Ah en option pousse à 80km).

Pour ce qui est de l'assistance électrique, on est bien sûr pas au niveau, ni du couple ni de la souplesse, d'un moteur pédalier. On est loin des cadors du secteur. Sur ce moteur roue arrière réside une certaine latence qui fait que l'assistance ne démarre pas instantanément mais après au moins un tour de manivelle complet. Idem lorsque l'on s’arrête de pédaler.

Le moteur est brushless, il n'est toutefois pas "friction less". On ressent donc au pédalage une légère retenue et que la roue arrière n'est pas tout-à-fait libre. Dommage pour un vélo qui se vend comme ayant une "autonomie extensible" par le fait que l'on peut rouler sans assistance.

Mais l'important est ailleurs. Il réside surtout dans le poids total du vélo, à seulement 13kg, moteur et batterie comprise. On peut tout de même rouler moteur éteint sans aucun problème, même en côte. Chose plus difficile à faire avec un grand VAE de 25kg. Et si pour une certaine raison vous décidez de rouler sans assistance, vous pouvez même retirer la batterie pour gagner encore en poids.

Sur le cintre, pas d'écran LDC bondé d'info, juste un petit contrôleur qui affiche le niveau d'assistance et les boutons plus et moins pour switcher entre les cinq niveaux. Basique mais efficace. Le niveau de charge, lui, se lit directement sur la batterie.

Multimodalité ?

J'ai eu l'occasion de tester la monture en mode multimodal pour me rendre à Friedrichshafen en août pour l'Eurobike. Du métro, plusieurs trains de différentes configurations. Ce fut une bonne manière de tester de nombreux pliages/dépliages et de transporter la monture pliée.

Il est vrai qu'avec un peu d'habitude, le pliage demeure assez rapide, même si j'ai eu beaucoup de mal à me faire au fait de devoir retirer la roue à chaque fois. Ce n'est pas des plus intuitif.

Les dimensions pliées restent correctes : 85 x 74 x 30 cm. C'est plus grand qu'un Brompton bien sûr, mais c'est plus petit qu'un Dahon par exemple. Et surtout, l'engin une fois plié reste aussi facile à transporter, car l'ensemble se tient et ne se déplie pas de manière intempestive.

En dépliant la tige de selle, vous avez également la possibilité de pousser le vélo en le faisant rouler sur de petites roulettes, qui sont de série en gomme, contrairement aux Bromptons.

Il faut reconnaître aussi au Ahooga électrique le fait que son poids est tout juste un kilo seulement supplémentaire par rapport à un Brompton (non électrique).

Verdict

Au final, on a tout de même trouvé des défauts à ce petit vélo pliant Ahooga. Mais il a curieusement réussi à nous séduire tout de même. Il n'en reste pas moins un très bon vélo pliant. Sa rigidité est vraiment appréciable, et une fois plié, même s'il n'arrive pas à rivaliser avec son cousin britannique, il s'avère très pratique à transporter.

Les multiples options (coloris et finitions diverses) et le fait de pouvoir choisir une version à assistance électrique ou non, font qu'il va correspondre à un panel d'utilisateurs plutôt large. Au-delà de son poids réduit, notamment avec AE, c'est aussi son tarif qui reste très raisonnable au regard du marché actuel et de la concurrence : 1269€ en version musculaire, 2099€ en VAE.

Mon conseil d'utilisateur : évitez la selle BLB. Un calvaire pour mon séant, je l'ai remplacée au bout d'une semaine ! 

Les Plus

  • 215 coloris dispos, mat ou brillant
  • Deux niveaux de finition
  • Assistance électrique ou non
  • Poids (10kg ou 13kg AE)
  • Rigide et réactif
  • Tarif

Les Moins

  • La selle BLB
  • Pédales glissantes
  • Pas d'éclairage
  • Garde-boue
  • Pas de butée antivol sur la tige de selle

¹ "We dissolve obstacles to happy cities".

Infos article
Un article de Xavier CADEAU.
Publié dans : Tests produits
Ahooga
Ahooga
Au final, on a tout de même trouvé des défauts à ce petit vélo pliant Ahooga. Mais il a curieusement réussi à nous séduire tout de même. Il n'en reste pas moins un très bon vélo pliant. Sa rigidité est vraiment appréciable, et une fois plié, même s'il n'arrive pas à rivaliser avec son cousin britannique, il s'avère très pratique à transporter.
3.5

Shopping Vélo urbain

Trouvez votre bonheur chez nos partenaires shopping

Vélo urbain, vélo de ville, vélo hollandais, vélo à assistance électrique, vélo pliant, casque vélo, antivol vélo, protection pluie vélo, vêtements cycliste urbain...

LeCyclo
Wiggle FR
Alltricks

Articles relatifs