ili Cycles, rendez-vous à Nantes en triporteur pendulaire

ili Cycles, rendez-vous à Nantes en triporteur pendulaire

Un vélo monté sur trois roues et fabriqué en France

Weelz exposait au salon Vélo in Paris en mars dernier, quelques jours seulement avant qu'il se passe ... enfin vous savez quoi... C'est dans ce monde d'avant que nous avons rencontré Michel Bertrand, fondateur de la marque ili Cycles, qui lui aussi était présent à Vincennes pour présenter ses créations : des triporteurs pendulaires.

Un triporteur pendulaire, ce n'est pas un vélo à trois roues qui vous donne l'heure, mais une machine où l'essieu avant accompagne les mouvements du vélo en inclinant les roues. Un système comparable utilisé par les lyonnais AddBike ou encore les vélos danois Butchers & Bicycles.


Michel Bertrand sous la nef des Machines de l'Île, avec ses deux bébés

Nous sommes donc retourné voir Michel, cette fois-ci à Nantes, sa ville d'adoption. Il s'y est installé "pour son art de vivre" nous confie-t-il. Cet haut-savoyard d'origine a travaillé plusieurs décennies dans l'industrie métallurgique, au cœur de la vallée du décolletage¹, avant de diriger une entreprise d'usinage métal en Vendée.

La vidéo de notre rencontre avec Michel et la suite de son histoire dans la suite de l'article ci-dessous (à voir directement ici sur notre chaîne YouTube).

Là-bas, il commence à s'intéresser au monde du cycle. S'appuyant sur le savoir-faire de l'entreprise en terme d'usinage CNC (usinage à commande numérique), il crée Aivee, une marque de moyeu de roue de vélo haut-de-gamme (supérieur à du Hope ou du Chris King si tu t'y connais en matos vélo).

Rien d'illicite dans cet ili Cycle

Créé en 2015, la marque ili Cycles est déposée en 2016. Le premier prototype voit le jour en mai 2018 et la première présérie en 2019. Pourquoi "ili" ? Tout simplement car se sont les lettres que forme le vélo lorsque vous le regardez de face. Le "l" pour le châssis et les deux "i" pour les roues (les points étant l'éclairage). "C'est ma fille qui a eu l'idée et qui a créé le logo." nous indique Michel.

Le système pendulaire des triporteurs ili Cycles a été intégralement pensé, imaginé et conçu dans la tête et par les mains de Michel. Lorsqu'il nous en parle, il connait la moindre vis, la moindre coupelle, le moindre axe de sa création. Il aura fallu quatre ans et plusieurs itérations avant d'atteindre, selon-lui, "un système pendulaire efficace et agréable à utiliser, pour que les gens puissent tout de suite l'apprivoiser".

Made in France

Michel Bertrand est attaché à l'idée que ses vélos soient intégralement conçus et fabriqués en France. Coté design, c'est la fille de Michel, Suzanne Bertrand, designeuse indépendante, qui a imaginé le design des ili.

Coté composants, le châssis acier et de nombreuses pièces métal sont usinés en Vendée. Les roues sont assemblées à Lyon par Asterion sur une base de moyeu Aivee (aivee...demment). Le textile est cousu à Nantes. Seule la motorisation Shimano Steps et quelques autres composants (freins, pneus...) proviennent d'Asie.

Sur le même sujet  Le retour du vélo, 4 tweets qui prouvent qu'il se passe quelque chose

Balade cargo à la Nantaise

Nous avons réalisé quelques tours de roues sur plusieurs kilomètres à travers la cité des Ducs de Bretagne avec Michel. Un avant-goût à confirmer par un test plus longue durée comme nous avons l'habitude de faire. Mais il faut avouer que le système conçu par Michel est assez bluffant.

Pour ma part, je ne suis pas un grand fan des triporteurs à roues fixes, car ils annulent ce qui fait (pour moi) l'attrait d'un vélo : l'équilibre et le balancement par l'usage de la force cinétique. Avec un système pendulaire, les sensations de conduite se rapprochent d'un vélo normal sur deux roues.

Deux modèles sont au catalogue, le ili 750, le plus petit, avec une largeur maximale de 75 cm (longueur 2,10m) et un volume de chargement de 90 litres. Et le ili 900, plus large (90 cm, longueur 2,30m), un modèle avec plus de capacité d'emport (240 litres). Le plus petit est celui avec lequel j'ai préféré rouler.

La caisse des deux triporteurs est habillée par un ensemble textile anthracite. Il est découpé au laser dans un tissu baptisé Sunbrella, une matière étanche et résistante aux UV, très utilisée pour les accessoires nautiques ou le mobilier d'extérieur. Une canopy est également proposée en option ainsi qu'un siège enfant 1 ou 2 places. Le fond se compose d'une plaque de tôle en acier larmée.

Les deux vélos intègrent la motorisation STEPS du japonais Shimano. Il s'agit de la version STEPS e6100, moteur de 250 Watts couplé à une batterie de 504 Wh. La transmission proposée est le moyeu Nexus Inter-5, mais la version DI2 (boite automatique) est proposée en option.

Les tarifs

Le plus petit modèle, le ili 750, se négocie à partir de 4950€. Quant au ili 900, il s’échange à partir de 5350€. C'est vous qui décidez de la couleur. En option : panier souple, bâche supérieure, canopy, courroie Gates, selle Brooks B17, potence et tige de selle à réglage rapide.

👉 ilicycles.com

Un nouveau modèle va également pointer le bout de son nez dans la gamme ili Cycles : le Commuter 900. Un modèle imaginé par le designer Xavier Bance du studio lyonnais Yellow Window.

¹ La vallée de l'Arve en Haute-Savoie est connue pour son industrie du décolletage, domaine de fabrication où des pièces type vis, écrous, axe, etc. sont usinées par retrait de matière à partir de barres de métal.

Retour en haut de page