[Réflexion] Fédération Française de cyclisme et mobilité à vélo du quotidien

[Réflexion] Fédération Française de cyclisme et mobilité à vélo du quotidien

Et vous, vous faites du vélo ou de la bicyclette ?

Le Lundi 5 avril 2020, c'était le lundi de Pâques, et je recevais au micro de Rayons Libres, Michel Callot, le président, fraîchement ré-élu à la tête de la Fédération Française de Cyclisme. L'occasion de se demander si cyclisme et vélo utilitaire sont deux pratiques aussi éloignées que cela. Est-ce pertinent d'opposer les pratiques ? Podcast en écoute là. Introduction à cet épisode, ci-dessous.

Cyclisme et mobilité ? Non à l'immobilisme !

Usager ou pratiquant ?

"le choix d'une mobilité à vélo devient le choix de citoyens normaux"

Weelz! a 13 ans. Historiquement, depuis toujours notre clé d'entrée pour aborder le sujet du vélo est la mobilité. Utiliser un vélo pour aller du point A au point B de manière souple, agile, efficace. Choisir de se déplacer à vélo est souvent un choix personnel, un choix qui allie plaisir et pragmatisme. Ca a toujours été un choix citoyen. C'est de plus en plus et de mieux en mieux accepté dans notre société. Ces deux dernières années, en France et dans le monde occidental, le choix d'une mobilité à vélo devient le choix de citoyens normaux. Enfourcher un vélo pour faire du sport, pour se promener, pour découvrir sa région, sa ville, avec finalement aucune autre motivation que celle d'être posé les fesses sur une selle, cheveux au vent est aussi de plus en plus la norme. Que l'objectif soit d'aller du point A au point B, que l'objectif soit de transpirer et se dépenser, que l'objectif soit de se connecter (un peu) avec la nature, que l'objectif soit de se déconnecter (un peu) avec son téléphone et son quotidien, que l'objectif soit de se promener, peu importe. L'outil, l'objet utilisé est le même.


Savoir rouler. Savent-ils à la FFC ?

Un vélo avec une selle, deux roues, un cadre, une chaîne (ou une courroie), un cintre et c'est parti. D'ailleurs et c'est de plus en plus notre conviction chez Weelz ! on se pose sur un vélo pour l'une des raisons évoquées ci-dessus. Puis les autres arrivent chacune à leur tour avec plus ou moins d'importance. En fonction des sensibilités des un(e)s et des autres. Des envies aussi.

Opposons les modes

Philippe Delerm l'écrit ainsi : "C'est le contraire du vélo, la bicyclette. Une silhouette profilée mauve fluo dévale à soixante-dix à l'heure : c'est du vélo. Deux lycéennes côte à côte traversent un pont à Bruges : c'est de la bicyclette. [...]Rêve d'envol d'un côté, de l'autre familiarité appuyée avec le sol. Et puis... Opposition de tout"(1)

"Et pourtant, à quelques grammes près, à quelques kilomètres/heure près, l'objet sur lequel nous roulons est le même"

Avons-nous le droit d'être en désaccord avec Philippe Delerm? D'être en désaccord avec la meute ? La meute ici en l'occurrence prend-elle la forme d'un peloton ou d'un groupe de navetteurs arpentant les coronapistes ? Nous vous le disions au-dessus, Weelz! se sent historiquement et culturellement plus proche de la FUB que la FFCyclisme. Quand la première s'intéresse à l'usage de la bicyclette la seconde s'intéresse à la performance. Et pourtant, à quelques grammes près, à quelques kilomètres/heure près, l'objet sur lequel nous roulons est le même.

Font-elles du vélo ou de la bicyclette ? (Je crois qu'elles s'en foutent).

Faut-il créer de l'opposition au sein d'une même famille ? Sommes-nous d'ailleurs membres de la même famille ? Si on oppose usagers de la bicyclette et pratiquants du cyclisme qu'est-ce qui nous empêche d'aller plus loin ? Opposons celles et ceux qui font le choix du VAE avec celles et ceux qui font le choix du vélo musculaire. Opposons le vélotourisme avec les sacoches et les randonneurs en bikepacking. Opposons aussi tant que nous y sommes celles qui choisissent le gravel au quotidien et celles qui se déplacent en VTT.

Sur le même sujet  Polar Grit-X [Le Calendrier de l'avent Vélo 2020]

Des querelles de clochers ou des guerres intestines ?

"Nous sommes persuadés qu'il y a plusieurs clés d'entrées pour promouvoir l'usage du vélo"

Tout ceci ressemble furieusement à des petites querelles de clochers. Chez Weelz! nous n'avons pas été les derniers à dénoncer des positions de la Fédération Française de Cyclisme sur notamment la règle du 1heure/1 kilomètre imposée en mars 2020. Ou encore quand nous passions un coup de gueule, en mai 2020, en répétant que "Non, le vélo quotidien n'est pas du cyclisme". Parce que le vélo, sa pratique, son usage ne sont pas binaires. Parce que nous sommes persuadés qu'il y a plusieurs clés d'entrées pour promouvoir l'usage du vélo. Aussi parce que dans nos pratiques du vélo, parfois nous nous sentons proches de la FUB, parfois en phase avec la FFVélo, parfois en ligne avec la FFCyclisme.

Toujours, nous aimons ces moments de liberté, en-dehors du cadre et des institutions. Aussi parce qu'il nous semble, comme lorsque nous vous invitions à écouter l'épisode de Rayons Libres avec Thierry Cadart, Secrétaire national de la CFDT, qu'écouter ce qu'a à proposer la FFCyclisme pour promouvoir le vélo, par la voix de son président vous permettra de vous faire votre idée par vous-même. 30 minutes pour vous faire une idée, la FFCyclisme, une fédé de Raymond ? Ou il y a un peu plus que cela derrière ?

Le siège social de la FFC un jour d'affluence.

Diviser pour mieux régner

Plus il y aura de courants différents au sein de "la grande famille du vélo"(2), plus ses détracteurs se régaleront. Nos petites différences de point de vue seront du pain béni, autant de brèches dans lesquelles pourront s'immiscer celles et ceux que l'essor du vélo dérange. Chamaillons-nous sur la pertinence du Vélo à Assistance Electrique et continuons à donner des arguments à celles et ceux qui ne veulent pas comprendre l'importance de proposer des alternatives crédibles à la voiture "verte".

Bien sûr nous ne sommes pas obligés d'être d'accord sur tout, tout le temps. Le modèle de "fédération" (que ce soit FFCyclisme ou FFvélo ou FUB) est en soi discutable. Les millions de Français qui pédalent une ou plusieurs fois par an sont beaucoup plus nombreux que les, à peu près 300,000 licenciés, à ces fédérations. Ils sont néanmoins beaucoup plus que les quelques dizaines de milliers d'adhérents à 40 millions d'automobilistes. Aussi, ces institutions sont les interlocutrices identifiées par le gouvernement et les autorités pour aborder les sujets concernés.

Comme par hasard, pas de piste cyclable. Michel démission.

(1): Extrait du livre "La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules" aux éditions l'Arpenteur.
(2): Grandes Familles du vélo, au pluriel, si vous préférez.

Retour en haut de page