[Récit] Le Gravel Roc 2021 à bord du Cannondale Topstone NEO SL

[Récit] Le Gravel Roc 2021 à bord du Cannondale Topstone NEO SL

En octobre dernier, nous étions présents sur le salon du Roc d'Azur. On en a profité pour proposer à Cannondale de prendre en main leur gravel électrique, le Topstone NEO SL. La rando Gravel Roc était une parfaite occasion pour mettre à l'épreuve ce modèle. Récit de notre aventure d'un jour à découvrir dans la suite de cet article et dans la vidéo ci-dessous.

Topstone NEO SL, une assistance électrique, vraiment ?!

- Jérôme : "On a l'assistance au minimum ou … ?"
- Xavier : "J'en sais rien, j'ai pas senti !"

Ce dialogue entre nous se passe le samedi 9 octobre 2021, alors que nous venons tout juste de prendre le départ du Gravel Roc 2021. Les premiers kilomètres sont rapides et sans dénivelé. On a laissé filer les premiers participants, ceux qui jouent la gagne. Notre objectif est tout autre : une participation en mode rando, sans chrono. Pas tant pour profiter des paysages (enfin si, un peu quand même), mais surtout pour prendre en main cet engin - le Cannondale Topstone NEO SL en l'occurrence - sur lequel nous manquons de référence.

Du snobisme sportif ?

Car pour être tout-à-fait honnête, nous étions un poil réticents à poser nos fesses sur un gravel doté d'une motorisation. Etait-ce juste de la fierté mal placée, du snobisme sportif de notre part ou bien juste l'envie d'en découdre avec l'itinéraire relativement exigeant à l'aide uniquement de nos muscles ? Peut-être un peu de tout cela à la fois.

"une bonne occasion de revoir nos à priori et réaliser une comparaison d'usage entre un gravel "sec" et un gravel électrique"

Quand il s'agit d'expliquer un vélo, Guillaume Koch aime mettre les mains dans le cambouis

C'est Guillaume Koch, directeur marketing France chez Cannondale, qui nous a suggéré cette idée. Lors de Nature is Bike, Jérôme avait eu l'occasion de poser son séant sur la version gravel musculaire et suspendue de la marque américaine, le Topstone Lefty (relire son récit juste là). Le Gravel Roc était, tout bien considéré, une bonne occasion de revoir nos à priori et réaliser une comparaison d'usage entre un gravel "sec" et un gravel électrique. A-t-on été convaincu ? Lire la suite ci-dessous (spoiler: oui).

Topstone NEO SL, le gravel AE en mode light

Du gravel et des rochers, c'est Gravel Roc

Avant de repartir sur les pistes DFCI du Gravel Roc, attardons nous sur le vélo. La veille, les équipes de Cannondale présentent sur le stand du Roc d'Azur nous ont donc préparé deux Topstone NEO SL 1. Sur Weelz!, nous vous avions déjà présenté très brièvement (ici) le Topstone Neo Carbon. Ce dernier présente l'avantage de posséder une puissante motorisation Bosch Performance CX. Mais la monture dépasse allègrement les 20 kilos.

Le Topstone NEO SL (SL pour SuperLight) joue la carte de la légèreté. Il est équipé d'un moteur dans le moyeu de la roue arrière, bien moins lourd. Il s'agit du moteur de conception espagnole Ebikemotion X35, récemment racheté par l'allemand Mahle. Ce moteur n'est pas un inconnu pour Weelz, nous l'avions déjà appréhendé sur le vélo urbain Orbea Gain. Il affiche une puissance de 36V/250W.

La batterie, quant à elle, est logée à l'intérieur du tube diagonal. L'ensemble est joliment intégré et il est difficile de voir au premier coup d'œil que ce vélo est un vélo électrique. Surtout, son ensemble bloc moteur et batterie n'alourdit la monture que de 3,5 kilos. Le Topstone NEO SL demeure donc un poids plume pour un VAE (environ 14,5 kg avec les pédales). D'ailleurs quelques concurrents de l'épreuve, avec qui nous discutons en attendant le top départ sont étonnés quand nous leur annonçons, "nous on roule en électrique aujourd'hui". "Ah bon ?, où est le moteur ? et la batterie?" sont les réactions que l'on obtient.

"On salue la conception "SuperLight" lorsqu'il faut se palucher cinq étages à pied"

"Au moins, nos deux Topstone NEO SL 1 dormiront en sécurité" (merci Corinne)

Avec Jérôme, nous l'avons constaté le soir même lors de notre retour à notre location. D'un côté, pas besoin d'assistance pour réaliser les quelques kilomètres tout plat qui séparent la base nature de Fréjus au centre-ville de Saint Raphaël. De l'autre, on salue la conception "SuperLight" lorsqu'il faut se palucher cinq étages à pied pour cause d'ascenseur trop petit. Au moins, nos deux Topstone NEO SL 1 dormiront en sécurité.

Le Cannondale Topstone NEO SL, le gravel électrique léger qui envoie du lourd

Retour sur les chemins poussiéreux du Gravel Roc. Le départ est donné à 8h30. Après une plaine herbeuse le long de l'aérodrome, nous passons le Reyran et l'Argens, sur les pontons flottants temporaires. Les premiers kilomètres de ce type de rando sont toujours une bonne occasion de se tirer la bourre. Les premiers participants sont déjà loin, on sait pertinemment qu'on ne les rattrapera pas. Pourtant, l'adrénaline du départ vous fait automatiquement monter dans les tours. Nous ne sommes pas en mode chrono (d'ailleurs nous n'avons même pas de balise), mais cela ne nous empêche pas d'appuyer sur les pédales pour tenter le "départ canon". Et j'ai l'impression que le gars d'à côté aussi, et son collègue juste devant également... Et cette jeune femme à quelques mètres de moi pareil…

Ce matin-là, le moteur n'a toujours pas été allumé (cf la conversation un peu plus haut). Ce Topstone NEO SuperLight porte bien son nom. Si vous avez un peu les jambes, l'assistance demeure facultative. Dans tous les cas, sur vos premiers kilomètres et à condition que le dénivelé ne soit pas trop méchant. Cela permet de sauvegarder de l'autonomie lorsque vous en aurez réellement besoin. En avons-nous eu besoin ? Lire ci-dessous. (spoiler bis : oui).

Aller siffler là-haut sur la colline

"Il faut appuyer sur les pédales tout de même. Le cardio s'emballe un peu. Mais le sommet est atteint avec une aisance assez déconcertante"

Le premier gros raidillon arrive au niveau du camping. C'est à ce moment-là que l'on remercie notre ami Guillaume (de Cannondale, cf plus haut) de nous avoir glissé l'idée de rouler en gravel électrique. Les premiers dénivelés sont avalés facilement. Jérôme et moi nous calons sur le premier niveau d'assistance (le plus faible). Il faut appuyer sur les pédales tout de même. Le cardio s'emballe un peu. Mais le sommet est atteint avec une aisance assez déconcertante.

Allez, on arrête d'envoyer les watts, on n'est pas ici pour s'amuser mais pour travailler (même s'il faut l'avouer que parfois les frontières sont poreuses). Il faut aussi rapporter des images pour que vous puissiez vous aussi en profiter. On est comme ça chez Weelz!, on aime le partage. Premières vues en balcon sur la Méditerranée. Une bonne occasion de sortir le drone. Comme vous pouvez le voir sur les photos, le Cannondale Topstone NEO SL de Jérôme a été affublé d'une sacoche de cadre type bikepacking (du Restrap) afin de pouvoir emmener le DJI Mavic Air 2. De mon côté, j'emporte mon fidèle Canon M50 et quelques objectifs dans un sac lombaire Osprey (on dit aussi banane, banane). Pour le reste, la GoPro 9 fait le job sur son harnais.

Sur le même sujet  Salon Vélo & Co Dijon, la mobilité vélo s'expose en Côte d'Or

Des pistes DFCI taillées pour le gravel (électrique ou pas)

Le tracé du Gravel Roc a principalement été fait sur des pistes DFCI. Si vous ne savez pas ce que c'est ? Pas de panique. DFCI, c'est un truc de sudistes. Cela fait partie du patois du cycliste gravel local. Au même titre qu'un nordiste dit "hein" ou un angevin "topette". D.F.C.I. pour Défense des Forêts Contre l'Incendie. Vous l'aurez compris, ces voies ont été aménagées pour faciliter l'accès pompier en cas de feux de végétation.

Quand elles ne sont pas fermées (en cas de fortes chaleurs, c'est souvent le cas), elles sont, vous l'aurez compris (again) un bonheur pour tout pratiquant gravel qui se respecte. Larges, non bitumées, elles permettent un accès aisé aux espaces forestiers et autres zones de maquis. A vélo, elles autorisent des montées efficaces et des descentes rapides. Certes, on leur préférera parfois les petits singles étroits qui augmentent l'impression de vitesse. Mais pour rouler en groupe, les DFCI sont parfaites.

Et sinon, on en est où de l'autonomie ?

Avantage du moteur sur le moyeu arrière : la danseuse reste très naturelle (contrairement à un moteur pédalier)

Mais revenons à nos moutons, enfin, en l'occurrence, nos Cannondale Topstone NEO SL. On en est où question autonomie de la batterie ? On doit l'avouer, le dénivelé sur ce Gravel Roc n'épargne pas les corps. Les longues montées sont légions. Sur le chemin, on rencontre des cotes de catégorie 3 et même 4. Des zones rendues célèbres par 37 ans de Roc d'Azur : Les Planes, Les Clapiers, Le Fournel, Ginestoue, Valcologne ou encore le fameux col du Bougnon.

Pour tenter de voir ce qu'avaient dans le ventre ces gravels électriques, Jérôme et moi sommes restés sur des niveaux d'assistance bas. Vert (niveau 1) ou Orange (2). On aime bien se la péter, mais on ne va pas se mentir non plus, les gros coup de c.. nous ont parfois poussés à passer au niveau Rouge, le plus élevé. Pour autant, au bout d'une trentaine de kilomètres et déjà 800 mètres de dénivelé avalés, nous sommes encore au vert question autonomie. Cela signifie que le niveau de nos batteries est estimé entre 75 et 100%. A ce moment-là, je me dis que ce serait pas mal si nous arrivions à conserver ce petit cercle en vert jusqu'au bout de notre périple. Y arrivera t-on ? (spoiler : non (mais presque)).

Un e-gravel Cannondale vif et agile

Le dernier tiers du parcours est très cassant. Après la montée de Valcologne, sur le secteur de Sainte-Maxime, la trace va redescendre lentement, pendant une vingtaine de kilomètres, vers la baie de Saint-Aygulf via la piste de la Gaillarde. Mais qui dit profil descendant, ne veut pas dire absence de cote. Les raidards et autres petits raidillons s'enchainent entre les longues descentes. Il faut reconnaitre qu'a chaque fois que le dénivelé redevient positif, nos gravels électriques Cannondale Topstone NEO SL 1 nous offrent une aide salutaire.

"avec le Topstone NEO SL de seulement 14 kg, on conserve une véritable agilité"

Revers de la médaille, qui dit moteur léger, dit aussi assistance légère. Le moteur moyeu Mahle Ebikemotion n'offre "que" (notez les guillemets) 40 Newton mètres de couple, quant un moteur pédalier va dépasser les 80 Nm. Pour nous, c'est justement le bon dosage, afin d'offrir au cycliste ce qu'il faut d'aide en montée. Le vélo, c'est toujours une histoire de compromis. Avec ce Cannondale Topstone NEO SL, il faut aussi accepter que parfois, une montée raide et technique ne passera pas et qu'il faudra pousser (cf notre vidéo un peu plus haut).

D'un autre coté, on constate tout l’intérêt de la motorisation légère Ebikemotion. J'ai déjà eu plusieurs fois l'occasion de rouler sur des VTTAE (les costauds, à moteur pédalier). Si l'aide en montée est précieuse et diablement efficace, cela perd grandement de sa saveur en descente. Cela devient plus compliqué lorsqu'il faut tenter d'emmener un vélo de 25 kilos dans la pente. Ici, avec le Topstone NEO SL de seulement 14 kg, on conserve une véritable agilité. On sent bien entendu un léger surpoids au niveau du triangle arrière, mais un pilote habile appréciera la vivacité de la monture.

Finisher du Gravel Roc 2021

L'arrivée sur Saint-Aygulf se fait par la plage de la Gaillarde. De là, nous remontons vers le nord par la route départementale en corniche sur la Méditerranée. Ensuite nous récupérons la piste cyclable, retraversons l'Argens puis le canal du Reyran pour enfin rejoindre la base Nature François Léotard.

Le franchissement de la ligne d'arrivée se fait au final avec l'anneau passé à la couleur orange une vingtaine de minutes avant. Cela signifie que le niveau de batterie est passé en-dessous des 50%. Cannondale annonce une autonomie officielle de 75 km. Nous venons d'en faire près de 60 (avec 1200m de dénivelé) avec la moitié de la charge. Vous pouvez donc l'emmener encore plus loin. Tout cela dépend bien sûr de nombreux paramètres : poids du pilote, dénivelé, température, niveaux d’assistance utilisés, couleur du vélo (pour le dernier, on n'est pas sûr...).

A propos du Cannondale Topstone NEO SL

Deux Cannondale Topstone NEO SL en villégiature à Fréjus

On remercie les équipes de Cannondale présentes sur ce Roc d'Azur pour leur sympathie, leur disponibilité et pour la préparation aux petits oignons de nos deux montures d'un jour. Ce Cannondale Topstone NEO SL nous a fait changer d'avis sur l'usage sportif du vélo électrique. Et comme le dit l'adage, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis. On a apprécié l'assistance à la fois discrète mais bien utile sur les longues montées. On a apprécié la légèreté globale du vélo qui permet de conserver les sensations d'un vélo "normal". On a apprécié la motorisation presque invisible qui ne dénature pas la ligne générale de la monture.

Le Cannondale Topstone NEO SL 1 s'échange contre 3399€. Pour cette somme, vous avez le droit à un cadre en aluminium C2, une fourche carbone, une transmission monoplateau Shimano GRX 600, des jantes maison et des pneus WTB Resolute 700 x 42. Coloris vert Agave, tailles du S au XL. Le Cannondale Topstone NEO SL 2 s'affiche à 2899€. Même châssis, même motorisation, même batterie mais avec une transmission double plateau Shimano GRX 400. Coloris gris Graphite, tailles du S au XL

On notera que le vélo intègre un axe traversant (12x100 thru axle) uniquement sur la roue avant. Pour mieux encaisser le poids du moteur et les contraintes de l'assistance électrique, l'axe arrière est vissé. Il ne faut donc pas oublier une clé BTR (8mm) avec soi pour réparer une éventuelle crevaison sur la roue arrière. Quant à la batterie, vous l'avez compris, elle n'est pas amovible. Il faudra la recharger directement sur le vélo. Cela implique par exemple que vous ne pouvez pas prendre l'avion avec ce vélo. Bien sûr, le bloc batterie peut être retiré par un technicien expert, pour assurer une maintenance ou un remplacement.

➡️ Toutes les infos sur le site de Cannondale.

Retour en haut de page