Quand une pub australienne photoshoppe un casque sur une cycliste à Amsterdam

Quand une pub australienne photoshoppe un casque sur une cycliste à Amsterdam

Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine…. Enfin, pas si lointaine que cela puisque l'on parle de l'Australie. Pays qui, depuis quelques décennies maintenant, impose le port du casque vélo à tous les cyclistes sans exceptions. Une directive qui prend des faux airs de propagande, lorsque même les publicités se retrouvent obligées de montrer le port du casque vélo. C'est le cas de cette campagne d'affichage pour Emirates. Problème : le casque est photoshoppé sur la tête d'une cycliste circulant ... à Amsterdam.

Le port du casque vélo obligatoire en Australie

La règle 256 du code de la route australien précise que "le conducteur d'une bicyclette doit porter un casque vélo homologué, solidement ajusté et fixé sur la tête du conducteur, sauf si le conducteur est exempté du port d'un casque de vélo en vertu d'une autre loi de cette juridiction.".


Elle est en vigueur dans tous les états et territoires australiens, à l'exception des Territoires du Nord (0,17 hab./km², soit 1% de la population totale de l'Australie). Si vous ne vous y conformez pas, c'est une amende de 139 dollars australiens (~89€) pour votre pomme. Bicycle Network, l'une des associations pro-vélo les plus actives en Australie, milite depuis longtemps pour abroger cette loi. Sur le sol australien, cette obligation a fait drastiquement baisser le nombre de cyclistes dans les rues. De même, elle a tué dans l’œuf les différentes tentatives d'installation de vélos en libre-services.

Même la pub porte le casque

Il apparait que mêmes les campagnes publicitaires illustrant des cyclistes doivent s'y contraindre. C'est même l'Australian Advertising Standards Board qui s'en occcupe. Un twittos australien, BicycleAdagio, a repéré cette publicité¹ de la compagnie aérienne Emirates sur un arrêt de bus à Sydney. Celle-ci vante les vols à destination de l'Europe. Et pour illustrer le cliché de la capitale européenne, rien de mieux que d'utiliser une bonne vieille photo d'Amsterdam. On imagine déjà le dialogue :

Sur le même sujet  Casque ABUS Quin, l'objet connecté pour sauver des vies

- "Stone the crows !² Patron, y'a un cycliste sans casque sur la photo ! Qu'est-ce qu'on fait ?!"
- "Pas grave Jimmy, demande au stagiaire de lui photoshopper un casque vite fait sur la tête. Hop, ni vu ni connu..."
- "Z'êtes fort Patron..."

"Ne vous contentez pas de la visiter, vivez-la. Naviguez vers de nouveaux chemins en Europe" - Ils auraient pu ajouter : "et n'oubliez-pas votre casque vélo"

C'est finalement assez marrant - et même un peu gênant pourrait-on dire - de voir qu'une société basée aux Émirats Arabes Unis (Dubaï) se voit contrainte de respecter des règles en vigueur dans un pays étranger, alors même qu'elle utilise une photo illustrant une cycliste pédalant dans un pays où le casque vélo est tout sauf obligatoire ; Et surtout où la sécurité du cycliste est assurée par des infrastructures et des usagers motorisés qui prêtent attention à leurs congénères à deux roues. Emirates sait s'adapter. On a retrouvé ces publicités diffusées en Inde et en Italie :

¹ Cette campagne d'affichage a été diffusée en 2016 en Australie par Emirates.
² "Stone the crows" : exclamation d’étonnement typiquement australienne.

Retour en haut de page