Savoir rouler, le Gouvernement souhaite une

Savoir rouler, le Gouvernement souhaite une “Génération Vélo”

En finir avec la "Génération banquette arrière" ?

Chez Weelz!, nous avons embrassé le vélo d'un point de vue différent, et c'est ce qui fait notre force. Sortie de son contexte purement performance et compétition, le vélo revêt un aspect sociétal important et met en valeur des indicateurs tant sociaux, économiques ou sanitaires. La preuve encore une fois avec ce nouveau programme¹ de financement lancé par le gouvernement, regroupant quatre entités différentes de l'Etat.

Le programme dont nous parlons s'intitule "Génération Vélo". Il rassemble à la fois le ministère de la transition écologique de Mme Barbara Pompili et son Ministre délégué chargé des Transports, M. Jean-Baptiste Djebbari. Egalement celui de l'Education Nationale de M. Jean-Michel Blanquer et sa Ministre déléguée chargée des Sports, Mme Roxana Maracineanu. Ecologie, transport, éducation et sport. Quatre thématiques qui se recoupent, démontrant une fois de plus que le vélo peut être une réponse transversale à des problématiques très diverses.


"Génération banquette arrière" vs "Rue scolaire"

Une génération vélo, c'est quoi ? Peut-être est-ce en opposition à la "Génération banquette arrière". L'automobile a eu des effets terriblement pervers sur notre société et ses habitudes de mobilité, tant sur la dangerosité de nos rues que sur la sédentarité des adultes et de leurs enfants. Aujourd'hui, les parents ne souhaitent plus que leur progéniture ne se déplacent à pied ou à vélo, sous prétexte que l'automobile représente un danger ... alors, ils préfèrent les emmener en voiture. Cherchez l'erreur.

Mais cet état de fait est en train de changer. Les mentalités évoluent, au regard notamment de la mise en place de plus en plus du concept de "Rue scolaire" : fermer les rues à la circulation motorisés aux abords des écoles. Un principe qui a vu le jour chez nos voisins européens (Pays-Bas, Belgique, Royaume-Uni...) et qui se développe aujourd'hui dans les grandes villes françaises (et les petites aussi). Le but est à la fois de sécuriser l'accès des enfants autant que contraindre les parents de changer leurs habitudes de déplacement.

21 millions d'Euros pour apprendre à pédaler

Le programme Savoir rouler a été institué dès 2019, par l'ancienne ministre des transports, Mme Elisabeth Borne et le concours de la FUB. Nous en parlions déjà ici. De nombreux enfants apprennent à pédaler grâce à leurs parents (ou grands frères et sœurs, cousins-cousines, oncles et tantes...). Mais l'acquisition de l'équilibre à vélo est une chose, celle de savoir se déplacer sur la voie publique une autre. C'est en substance la teneur de ce programme, qui souhaite ainsi apprendre aux plus jeunes les tenants et les aboutissants de la circulation à vélo en milieu hostile urbain. L'objectif étant qu'ils soient capables d'utiliser le vélo en autonomie lorsqu'ils rentrent au collège.

Sur le même sujet  Rayon de 10km à vélo, une limite respectable ? Ce qu'en pensent nos lecteurs

Le nouveau programme "Génération Vélo" vient supporter l'ancien, et met 21 millions d'Euros sur la table pour déployer l'apprentissage du vélo pour les enfants de 6 à 11 ans. Programme soutenu par le dispositif des certificats d’économie d’énergie (CEE). L'objectif est double. Il s'agit à la fois de former plus de 6000 intervenants et accompagnants, mais également d'apporter un soutien financier pour chaque initiatives locales mettant en place un projet "Savoir rouler à vélo". Le but est "d'accompagner jusqu’à 800 000 enfants vers l’usage du vélo en toute autonomie, soit l’équivalent d’une classe d’âge".

Et le "Pouvoir rouler" ?

Avec le programme "Savoir rouler à vélo", l'objectif du Gouvernement est louable. L'apprentissage du vélo est la clé d'entrée, son usage dans un milieu urbain un élément primordial. On enjoint toutefois les membres du Gouvernement et les élu·e·s à ne pas oublier le "Pouvoir rouler". C'est sur cet aspect que le plan "Vélo et mobilités actives", institué en 2018 par le Gouvernement d'Edouard Philippe (CF sa venue à Angers lors du lancement), doit se concentrer. La réponse infrastructurelle au vélo est primordiale pour remettre les français en selle. Et elle demeure encore trop timide sur le sol hexagonal, même si la crise sanitaire a accélérer les choses. Apprendrait-on à un marin à naviguer en plein milieu d'un désert ?

¹ "Le soutien du gouvernement se poursuit pour l'apprentissage du vélo pour les enfants".

Retour en haut de page