Port du casque pour les cyclistes, nouvelle étude de l’INSERM

Les résultats d'une étude de l'INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) de Bordeaux, institut placé sous la double tutelle du Ministère de la santé et du Ministère de la recherche, viennent d'être publiés concernant les meilleurs moyens de promouvoir le port du casque pour les cyclistes.

En collaboration avec l’Université Victor Segalen Bordeaux 2, les équipes du professeur Emmanuel Lagarde "ont cherché à comprendre les obstacles à l’usage du casque et ce qui pourrait inciter à le porter. Bien que représentant une faible proportion des moyens de déplacements en vélo, les cyclistes sont à l’origine de 5 % des tués et 6 % des blessés graves en ville, la plupart souffrant d’un traumatisme crânien."


Cette équipe de l’unité Inserm 897, spécialisée en accidentologie, a réuni 1800 cyclistes urbains bordelais, âgés de 18 à 75 ans, afin de  tester diverses stratégies de promotion du port du casque. Même si 90% d'entre eux pensent que le casque protège effectivement le crâne et visage, ils ne sont que  13% à en avoir déjà porté un !

Les cyclistes urbains ont été répartis en 4 groupes :

  • Dans le premier, on leur offre un casque.
  • Dans le second, on leur donne seulement une brochure de sensibilisation.
  • Dans le troisième, on leur donne une brochure et un casque.
  • On ne donne rien aux cyclistes du quatrième groupe.

Chaque vélo est équipé d'un marquage couleur, placé sur le garde-boue, et étudié, durant plus d'un an, par sept caméras automatisées placées dans les rue de Bordeaux, et repérant le vélo, sa vitesse et le port ou non du casque .

Sur le même sujet  Gilet jaune : quand la Police de Paris oublie son code de la route

Malgré un début prometteur concernant les groupes ayant reçu un casque (ils l'ont porté 8 fois plus que les autres), au bout de quatre mois, il n'y avait plus de différence entre les quatre groupes. Ceux qui avaient pris l'habitude de porter le casque, l'abandonnent bien rapidement ! La brochure d'information n'a elle entraîné aucun changement dans le port ou non d'une protection.

En conclusion, bien que conscients des risques encourus, les cyclistes ne sont pas nombreux à porter un casque, et une information par brochure ou bien même le don d'un casque n'ont aucune influence au long cours sur leur matériel de protection.

Les scientifiques semblent toutefois penser qu'une prévention sur l'utilité du port du casque  peut être faite par la pression familiale, l'éducation et l'information, en association, bien sur, avec le respect du code de la route et d'un comportement responsable.

En espérant que cette analyse ne remette pas sur le tapis  l'obligation du port du casque, outil de protection, dont nous devrions garder la liberté de le porter ou non.

Alors écoute ta mère et mets ton casque !

Via 20Minutes.

Crédits photos : Julie Rieg, INSERM, Tulenheimo.

Retour en haut de page
Fermer cette popup
Ne pars pas comme ça !
On a encore plein de choses à te montrer...

Ne rate rien des prochains articles en t'abonnant à la WeelzLetter ! ( Et parfois, tu peux même y gagner des cadeaux)