L'Etat va tripler le budget du plan vélo

L’Etat va tripler le budget du plan vélo

Fin avril, le ministère de la transition écologique affirmait son engagement pour promouvoir le vélo dans le cadre du déconfinement, en débloquant un budget vélo de 20 millions d'Euros. La semaine suivante, en partenariat avec la FUB et son programme CEE Alveole, la ministre Elisabeth Borne confirmait cet engagement avec la mise en place du "Coup de Pouce Vélo". Parallèlement, le forfait Mobilités Durables entrait officiellement en vigueur.

Dans un entretien publié aujourd'hui dans Paris Match, Elisabeth Borne annonce que le budget vélo de l'Etat va être multiplié par trois : "Nous avons décidé de tripler ce budget, à 60 millions d’euros, et de viser le million de vélos remis en état d’ici à la fin de l’année".


Madame Borne sur le Brompton d'Olivier Schneider, président de la FUB

En effet, la raison derrière ce triplement d'enveloppe : le succès fulgurant du chèque réparation vélo de 50€. D'après les chiffres de la FUB, chaque jour qui passe voit battre un nouveau record de dépôt de dossier (7000 dossiers rien que dans la journée du mardi 28 mai). Au total, ce sont plus de 60.000 demandes de Coup de Pouce vélo envoyées¹.

Un succès tel que la ministre de l'Ecologie a également annoncé le lancement d'une Académie des métiers du vélo, pour pallier au manque de mécaniciens vélos en France : "L’objectif est de développer des guides techniques, une plateforme web et des supports de formation, mais aussi de former des experts du vélo de tous les niveaux (mécaniciens, formateurs…)".

Sur le même sujet  L'envolée du vélo, le Gouvernement confirme son engagement

Le programme, porté par la FUB et accompagné par Rozo, agence conseil en performance énergétique, comprend également un volet sur la remise en selle (avec les vélo-écoles) ainsi que le financement de nouvelles infrastructures cyclables (voirie et stationnement vélo).

Budget vélo VS budget voiture

60M€ c'est encore bien maigre si on les compare aux 8 milliards d'Euros débloqués pour sauver la filière automobile. Certes, difficile de se passer de ce marché de la voiture tant il pèse dans notre économie. Cependant, n'aurait-il pas été intéressant de mieux équilibrer ces deux budgets, ou, tout du moins, d'encourager les français·e·s à passer au déplacement actif. Le ferroviaire français mériterait lui aussi un plan de sauvetage massif.

La voiture électrique ne sauvera pas notre planète, et remplacer une voiture par une autre voiture, bien que plus "propre" ne réglera pas le reste des problèmes inhérents à la possession d'une voiture particulière : emprise sur l'espace publique, congestion du trafic, pollution sonore et visuelle, sédentarité.

Sur ce dernier point, rappelons que selon l'OMS, plusieurs millions de décès (~3,2M) chaque année dans le monde sont imputables au manque d'activité physique. La pratique du vélo, même dans un mode utilitaire, répond parfaitement à cette problématique.

Cette augmentation du budget demeure toutefois une bonne nouvelle, preuve que le vélo est pris au sérieux et surtout que les citoyen·ne·s français·e·s se tournent de plus en plus vers ce mode de déplacement (à en juger par les rayons dévalisés des vélocistes).

Joint par téléphone hier, David Nguyen, conseiller communication de la ministre, nous a confié qu'il devrait y avoir d'autres annonces concernant le vélo en cette fin de semaine. Restez connecté...

¹ Il semble toutefois que certains vélocistes ont vu beaucoup de leurs demandes de prise en charge refusées. Certains ce sont même retirés du programme. Affaire à suivre...

Retour en haut de page