[People] Interview Estelle Vuillemin, son avis sur le vélo urbain

Estelle VuilleminWeelz a eu l'idée d'aller demander leur point de vue sur le vélo urbain à ceux qui ont fait de cette belle invention leur métier.

Aujourd'hui, c'est la charmante Estelle Vuillemin, championne d'Europe de descente marathon en 2005 et plusieurs fois vainqueur de la Mégavalanche, qui s'y colle. Merci à elle pour sa sympathie et sa disponibilité.

Weelz : Bonjour Estelle ! Présente-toi en quelques mots :

Estelle : Je suis une jeune femme de 25 ans... journaliste et vététiste... j'ai débuté le VTT à l'âge de 10 ans... et après être passée par le TNJV (NDLR : Trophée National des Jeunes Vététistes), le cross country et la descente, me voilà depuis quelques années en enduro, discipline qui me convient tout à fait.

W : Tu l'as vu, Weelz prône le déplacement à vélo. Quel regard portes-tu sur le développement du vélo urbain aujourd'hui ?

Estelle : C'est très bien, il faudrait seulement plus de pistes cyclables pour que les vieilles aillent dessus... allez je rigole hein! Sérieusement, je trouve ça plutôt pas mal et de la développement des vélos en libre service dans les grandes villes a surement eu un impact sur cette pratique qui, j'ai l'impression se démocratise de plus en plus. En tout cas, à Montpellier, vu qu'il fait beau toute l'année, il y a des Vélomagg tout le temps partout! (c'est comme ça que les vélib s'appellent ici)

W : T'arrive-t'il de te déplacer ainsi ? (a-t'on la chance de croiser Estelle Vuillemin chercher son pain le matin !?)

Estelle : Oui avant, quand j'étais étudiante à Nancy, je me déplaçais à vélo... il fallait voir les engins, des vélos qui dataient de la guerre avec dynamo s'il vous plait. C'était cool de slalomer entre les voitures... je me faisais parfois 3 ou 4 allez retour fac-appart, appart-fac. Avec du surplace pendant les feux rouges... Ces vieux vélos, c'est ma voisine qui me les filait... j'en ai eu plusieurs car parfois, je les cassais en plein chemin... la transmission rendait l'âme alors ma voisine m'en redonnait un autre... Je la soupçonne même d'avoir fait du trafic de vélo pendant la guerre!

Sur le même sujet  Quand le Tour de France incite au déplacement à vélo

W : De par ton métier, il t'arrive de voyager. Vois-tu des différences entre la France et les autres pays sur ce point ?

Estelle : Malheureusement, je ne voyage pas assez par le vélo mais par exemple, pendant les JO, on a vu combien les chinois se déplaçaient à vélo, c'est cool même si leurs poumons doivent en prendre un coup vu la pollution à Pékin...
En tout cas, je pense qu'en France ça se démocratise de plus en plus grâce aux vélos en libre service!

Metabief 2008, Estelle VuilleminW : Du vélo urbain à l'écologie, il n'y a qu'un pas. L'impact écologique est-il pris en compte par les organisateurs lors des compétitions ?

Estelle : Je cours sur les courses de Georges Edwards (NDLR : Organisateur de la série AvalancheCup)... et on a toujours un briefing de début de course pour faire comprendre à ceux qui l'auraient oublié qu'il ne faut pas jeter ses papiers par terre...Mais je pense que le comportement général des vététistes à changé...

Weelz : Dernière question : Rendre le port du casque obligatoire en ville fait beaucoup débat. Ton avis sur ce point ?

Estelle : Bien sûr qu'il le faudrait, mais quand tu vois le temps que le tour de France a mis à le rendre obligatoire... j'imagine même pas comment on va le rendre obligatoire en ville.

Voilà. Si vous habitez Montpellier, il ne vous reste plus qu'à scruter les rues pour avoir la chance de tomber sur cette charmante jeune femme sur son vélo :) !

Interview du 11/03/2009.
Crédits photos : RazorImages.

Retour en haut de page
Fermer cette popup
Ne pars pas comme ça !
On a encore plein de choses à te montrer...

Ne rate rien des prochains articles en t'abonnant à la WeelzLetter ! ( Et parfois, tu peux même y gagner des cadeaux)