Paul de Vivie dit Vélocio

Paul de Vivie, dit Velocio, 1853 - 1930Paul de Vivie fait partie de ces figures emblématiques qui ont donné au vélo ses lettres de noblesse. Son pseudonyme, Velocio, est une contraction des mots vélo et vélocité.

Né en 1853, cette personnalité du cyclotourisme Français, n'a pourtant enfourché sa première bicyclette (un grand bi) qu'en 1881. Suite à de nombreux déplacements professionnels en Angleterre, où il peux voir que le marché du cycle se développe, il voit de l'avenir dans ce mode de déplacement et c'est en 1882 qu'il fonde à St-Étienne "La Gauloise", manufacture stéphanoise de cycle, puis en 1886, "l'Agence Générale Vélocipédique". En 1887, il créé la revue "Le Cycliste Forézien", qui deviendra ensuite "Le Cycliste".

Paul de Vivie, dit VelocioCe grand passionné de la petite reine fut pendant toute sa vie sur tous les fronts ! Il créé en 1889 le Touring Club de France et on lui doit l'organisation de nombreuses courses et randonnées (notamment la montée Velocio). On lui doit également en tant qu'industriel dans le domaine du cycle, entre autre le cadre sans raccords, le pédalier, les moyeux détachables et, surtout, le dérailleur. Sur ce dernier sujet, il mettra au banc d'essai tout un tas de concept de "polymultiplication" des vitesses sur un vélo, précurseurs des concepts modernes de changement de vitesse de nos vélos d'aujourd'hui.

Amateur de diététique alimentaire, il était adepte du végétarisme, et édicta d'ailleurs 7 "commandements", semble t'il encore suivi par certains coureurs aujourd'hui :

  1. Haltes rares et courtes, afin de ne pas laisser tomber la pression.
  2. Repas légers et fréquents : manger avant d'avoir faim, boire avant d'avoir soif.
  3. Ne jamais aller jusqu'à la fatigue anormale qui se traduit par le manque d'appétit et de sommeil.
  4. Se couvrir avant d'avoir froid, se découvrir avant d'avoir chaud et ne pas craindre d'exposer l'épiderme au soleil, à l'air, à l'eau.
  5. Rayer de l'alimentation, au moins en cours de route, le vin, la viande et le tabac.
  6. Ne jamais forcer, rester en dedans de ses moyens, surtout pendant les premières heures où l'on est tenté de se dépenser trop parce qu'on se sent plein de forces.
  7. Ne jamais pédaler par amour-propre.
Sur le même sujet  Vidéo: L'histoire du vélo et son rapport avec notre société

L'un de ses citations date de 1903, et pourtant elle parait terriblement correspondre à notre monde moderne : "La bicyclette n'est pas seulement un outil de locomotion ; elle devient encore un moyen d'émancipation, une arme de délivrance. Elle libère l'esprit et le corps des inquiétudes morales, des infirmités physiques que l'existence moderne, toute d'ostentation, de convention, d'hypocrisie - où paraitre est tout, être n'étant rien - suscite, développe, entretien au grand détriment de la santé."

Stèle au col de la républiquePaul de Vivie est décédé en 1930, renversé par un tramway (l'histoire ne dit d'ailleurs pas s'il était à vélo). En 1960, une stèle a été érigée en son honneur au sommet du col de la république, là où se déroule la montée Vélocio, depuis 1922.

Source : Vélocio - Wikipédia.
Vous trouverez également d'autres informations intéressantes sur ce site.

Retour en haut de page
Fermer cette popup
Ne pars pas comme ça !
On a encore plein de choses à te montrer...

Ne rate rien des prochains articles en t'abonnant à la WeelzLetter ! ( Et parfois, tu peux même y gagner des cadeaux)