Le Vélib nouveau est arrivé

26 octobre 2017

Vert pour la version classique, bleu pour la version électrique. Les nouveaux Vélib 2018, se font plus colorés et le moins que l'on puisse dire, c'est que ça nous change des ternes nuances de gris de l'ancien modèle (Ndlr: La couleur grise avait été imposée par les Bâtiments de France).

Heureusement ce plumage flamboyant, ne dissimule pas ici, des caractéristiques identiques puisque c'est loin d'être la seule différence entre l'ancien et le nouveau modèle de la société Smoovengo (lire ici).

De nombreux points faibles du premier Vélib ont été gommés par cette deuxième version, dont les éléments sont principalement fabriquées en France¹.

C'est le cas du disgracieux câble d'attache rapide, qui lorsqu'il sortait malencontreusement de son support à cause d'un nid de poule ou de pavés, se retrouvait à pendouiller dangereusement au risque de ce prendre dans les rayons de la roue avant. Il est désormais intégré au guidon, à l'intérieur duquel il disparaît complètement.

De même, fini les poignées dures, gênantes sur les longs trajets. Les nouvelles poignées sont constituées d'un caoutchouc mous et la selle, toujours aussi large, est revêtue d'un plastique antidérapant. Le panier est désormais en plastique et non plus en métal, avec un gain de poids substantiel à la clé. Le nouveau Vélib est ainsi annoncé pour 2 kilos de moins que son prédécesseur. Les petits gabarits auront donc un peu moins l'impression de manœuvrer un tank lorsqu'ils devront mettre « pied à terre » pour s'arrimer à une borne.

 

En outre, la poignée pour régler la selle est très facile à déverrouiller et à verrouiller. Un jeune enfant pourrait l'utiliser, sans aucune difficulté. Reste à constater sa solidité à l'usage, car certains Vélib 1 connaissaient ce léger inconvénient qui voyait la selle inévitablement bloquée en position basse. Un problème qui condamnait les grands gabarits à rester en danseuse durant tout leur trajet... ou à paraître ridicule.

Boitier connecté et verrouillage automatique de la fourche

D'apparence plus moderne, un boitier appelé « V-Box » fait son apparition sur les deux versions. Hélas, il permet uniquement le déverrouillage du vélo par contact avec une carte ou un portable utilisant la technologie « sans contact ».

En connectant la V-Box à son smartphone en bluetooth, il est possible d'afficher sur ce dernier, le temps d'utilisation et la distance parcourue. Dommage que ces informations ne soient pas directement affichées sur la V-Box.

Au passage, un verrouillage automatique de la colonne de direction du vélo est réalisé à chaque fois que vous le rangerez aux stations. Il est également possible d'activer cette option qui maintient droite, la fourche du vélo, si vous le stationnez pendant quelques minutes.

La grande nouveauté de ce modèle est néanmoins à aller chercher dans le proéminent moyeux avant. Il s'agit d'un moteur électrique qui propose trois puissances au choix, mais uniquement modifiables à partir de l'application mobile.

À lire  Autonomy Paris, quatre jours pour parler mobilité urbaine

Néanmoins lorsque l'on monte les vitesses au dérailleur, tout en accentuant la pression sur les pédales, la puissance du moteur augmente rapidement. L'accélération se fait de manière progressive sans aucun à coup et la décélération lors d'un freinage est relativement rapide malgré le poids conséquent de l'ensemble. L'autonomie de la batterie située dans le cadre est de 50 km. Elle se recharge automatiquement aux bornes.

L'overflow pour augmenter la capacité des stations

Autre bonne nouvelle, le Vélib2 propose la technique de « l'overflow » qui permet de doubler les capacités d'accueil d'une station déjà pleine. Ainsi les rageantes « tournée des stations » du secteur lors des belles journées ensoleillées devraient être l'exception.

Avec Vélib 2, il suffira en arrivant à une station saturée, de garer son vélo en marche arrière et de l'accrocher uniquement avec le câble d'attache rapide. Ensuite, il ne faudra surtout pas oublier de le verrouiller via la v-box pour terminer la location et éviter une facture forcément astronomique.

Des tarifs à déterminer et des employés toujours en attente de reclassement

Quant aux tarifs justement, ils ne sont pas encore votés par les différentes collectivités rassemblées au sein de la « Métropole du Grand Paris ». Car Vélib s'étend légèrement au-delà de la première couronne et son déploiement va concerner 38 communes supplémentaires et près de 200 nouvelles stations.

Il est donc vraisemblable que le coût augmente légèrement, surtout pour l'abonnement à la version électrique, qui représentera 30% du total des vélos. Une part qui pourra facilement être augmenté (ou diminué) en installant en 30 minutes un moteur sur la version classique.

En ce qui concerne les 300 salariés de JC Decaux, qui gérait Vélib depuis plus de 10 ans, ils attendent toujours d'être embauchés aux mêmes conditions salariales par Smoovengo. Ils ont d'ailleurs entamé une procédure judiciaire en ce sens contre leur ex-employeur JC Decaux et contre Smoovengo. Une bataille à suivre donc. Quant aux anciens vélib, JC Decaux assurent qu'ils seront redéployés dans d'autres villes gérées par le fabriquant de mobilier urbain. Idem pour les anciennes stations.

¹ Les Vélibs nouvelle version sont tous deux fabriqués dans les Pays de la Loire. La version classique est assemblée par la Manufacture Française du Cycle à Machecoul (44) et la version électrique chez Arcades Cycles à La Roche sur Yon (85) (Source).

Shopping Vélo urbain

Trouvez votre bonheur chez nos partenaires shopping

Vélo urbain, vélo de ville, vélo hollandais, vélo à assistance électrique, vélo pliant, casque vélo, antivol vélo, protection pluie vélo, vêtements cycliste urbain...

LeCyclo
Wiggle FR
Alltricks

Articles relatifs
  • jean

    Quel gâchis d'argent public...De nouvelles stations créées, une armée de salariés à reprendre et des tarifs d'utilisation qui vont vraisemblablement augmenter.

    Pendant ce temps là, les chinois ont inventé Ofo bike. Pas de station, pas de carte d'abonnement, des tarifs de quelques dizaines de centimes par demi-heure et des vélos disponibles à chaque coin de rue. Tout est géré par mobile et localisation GPS.

  • Oui, mais... (y'a toujours un mais...) http://www.weelz.fr/fr/velo-li.....obike-ofo/

  • seramik

    et hop
    puisque les nouveaux velib se font attendre, Gobee Bike a pris le relais,
    des vélos encore plus pourris localisés par GPS.... du singlespeed avec de l'acier bien moisi