[Néorétro] Les Cycles Cavale, du vélo électrique (vraiment) made in France, oui messieurs-dames

[Néorétro] Les Cycles Cavale, du vélo électrique (vraiment) made in France, oui messieurs-dames

On sort la cavalerie légère

"Je ne vais pas te cavaler derrière!"

La bonne vieille expression de daron. Quand tes enfants sont par monts et par vaux, qu'ils ne t'écoutent pas et qu'à un moment donné il faut rassembler tout le monde pour filer. Vous voyez, vous vous entendez gueuler cette phrase en sortant de vos gonds? Je sais que les parents qui lisent ce billet comprennent exactement mon propos.


Donc, courir après un fabricant, ce n'est pas ma tasse de thé. Pédaler derrière non plus. Et pourtant c'est un peu ce qu'il vient de m'arriver avec les 2 jeunes hommes, fondateurs de la marque. Comme nous vous le mentionnions il y a quelques semaines, nous les avons croisés sur le Salon Vélo in Paris. Nous avons aussi enfourché un vélo pour quelques tours du parking et puis, bien entendu, nous avons échangé nos numéros après une discussion dont la teneur était à peu près celle-ci (de mémoire, donc je ne mets pas de guillemets...):

Cycles Cavale - tu l'as vu l'hirondelle ?

Weelz! : Super ces vélos, c'est intéressant ce positionnement et ce que vous tentez d'offrir.

Martin & Nicolas: Merci. Oui on essaye d'avoir une approche un peu différente de ce qui se fait aujourd'hui. On veut garder l'essence du vélo. Garder un objet simple etc...

Weelz! : Ecoutez, on fait un petit tour avec votre vélo quelques minutes, juste pour le plaisir. Puis on s'organise pour se voir après le salon, pour tester vos vélos et pour en savoir un peu plus sur vous, votre marque etc... On aimerait bien parler de vous sur Weelz! nos milliers de lecteurs et lectrices seront ravis d'en savoir plus.

Martin & Nicolas: ok, on fait comme ça. Voilà notre carte de visite, rappelez-nous après le salon et on se pose ensemble. C'est cool!

Oui Martin et Nicolas ont l'air plutôt cool, ils ont l'air de trentenaires (le sont-ils?).

2 appels, plusieurs sms, une discussion rapide avec mon interlocuteur qui me livre un "oh punaise oui faut qu'on se pose, bon là je suis super à la bourre donc envoie moi un sms et je vous rappelle, c'est cool "

Bref, 15 jours après toujours pas de nouvelles. Alors oui, Weelz! n'est qu'un modeste blog, nous ne sommes pas Europe 1. Il n'empêche que nous avions envie de vous parler de cette marque en ayant rencontré les personnes derrière la marque, ou pas!

A défaut de rencontrer les initiateurs du projet (finalement nous nous rencontrons cette semaine), je suis allé rencontrer Olivier Csuka, le monsieur qui se cache derrière la marque Alex Singer.

"Et donc le mec de Weelz! vous l'avez snobé? Z'êtes trop forts hahahaha!"

"une envie de disrupter l'offre du vélo urbain électrique"

Olivier devait savoir monter des roues avant de savoir marcher. Il devait savoir souder un cadre avant de savoir compter. Il est le professionnel derrière la conception des vélos Cavale. De ce que j'ai compris de la bouche d'Olivier, Simon et Nicolas sont venus le voir avec une envie de disrupter l'offre du vélo urbain électrique (ha ces jeunes d'écoles de commerce!).

D'après ce que j'ai compris le projet disruptif était somme toute d'une banalité très banale. Il n'empêche qu'ils ont su séduire Olivier Csuka qui est devenu actionnaire des Cycles Cavale et un peu plus qu'un conseiller technique.

Bonne pioche

Ce mariage semble plutôt malin et comme aurait dit mon prof de marketing si j'avais fait une école de commerce: cette association a tout d'une Win-Win situation. D'un côté, l'expert ès vélo made in France, de l'autres des jeunes gens modernes au fait des outils de communication digitaux.

Olivier Csuka et la marque Alex Singer (on en parlera dans un autre billet plus en détail) est un fabricant de vélo sur-mesure, à la demande. Entre l'artisan et l'artiste. Il fût un temps pas si lointain, Alex Singer proposait, pour compléter son offre, des vélos de série. Les premiers étaient fabriqués chez Jean THOMANN. Puis chez CNC (Comptoir National du Cycle), puis dans les Vosges.

L'expertise s'étant peu à peu perdue, probablement aussi que la demande de vélos sur-mesures à la marque Alex Singer était forte et depuis quelques années, Alex Singer a arrêté de proposer ses vélos de série. Olivier, qui n'est pas né de la dernière pluie, voyait bien le segment du vélo urbain électrique se développer.

De l'autre côté deux entrepreneurs, Martin Bouche (d'après sa fiche Linkedin) a travaillé pour Lorina (les limonades), travaille dans l'univers du bicloune depuis 2012. Après avoir fondé l'entreprise, l'avoir développé (il est sales-manager) il a décidé en 2017, avec son compère Nicolas Prado, de monter un nouveau cheval. Ou si je lis bien la fiche Linkedin, il aurait souhaiter accueillir un nouveau vélo dans ses écuries: Cavale. (Il gère Cavale et l'autre entreprise, en même temps).

Nicolas, lui c'est l'artiste. Photographe, directeur artistique dans la pub, fondateur d'un studio de création, il est aussi Co-founder de Cavale. Tout ça en même temps (ce qui pourrait expliquer qu'ils n'ont pas pour priorité de parler vélo avec un représentant d'un blog comme le notre (qui ne parle que de vélo hein, restons humbles)).

Si tout ce beau monde arrive à travailler de concert sur la marque Cavale ça pourrait donner une jolie mélodie. André Rieu ne dirait pas le contraire. En tout cas on leur souhaite et en plus on y croit.

Cavale, c'est pas du vélo d'opérette
(André Rieu & JSO interprétant l'opérette "La cavalerie légère" - 30/10/2010)

Le contexte étant posé et mis de côté parlons donc de ces vélos.

Sur le même sujet  MOVA est à Paris ce weekend, rodada et popup store au programme

Le slip fait des émules

Le cahier des charges annoncé pour la conception et le positionnement du vélo Cavale est:

  • Proposer un bon vélo de ville
  • Proposer un beau vélo de ville
  • Proposer un vélo simple
  • ...et fabriqué en France.

On a déjà évoqué l'importance du made in France, son positionnement marketing, l'adhésion de la population, voir même l'attachement de principe que l'on peut avoir pour ces choix industriels. Comme une promesse de savoir-faire, d'expertise, de qualité. Comme une envie de consommer responsable et raisonnable. Un besoin de partager certaines valeurs, un savoir-faire local. D'autres marques que le Slip Français le font très bien. Nous pensons par exemple à Bleu de Chauffe ou encore Avintur. Aussi comme un gage de prix plus élevé. Proposer du Made in France c'est aussi assumer un ton proche de l'impertinence.

Nantes, ville bien connue pour son savoir-faire en stickers

Cette carte ressemble furieusement à ce qu'on peut trouver dans nos slips Français, comme le propose la marque éponyme.

Les fameuses charentaises de Charente

Made in France, ça peut aussi dire, plus cher, Benoit Richard, à propos de sa marque 1886 Cycles nous l'évoquait. Pour avoir le droit de posséder un Cavale, il faudra débourser à minima 3,450€. 4,000€ si vous voulez les full options. Vous poserez vos fesses sur une selle Idéale, elle même posée sur un beau cadre en acier Reynolds, pesant moins de 15 kilogrammes, équipé d'un moyeu Sturmey-Archer, d'une batterie de 250w affichant une autonomie de 40 kilomètres (minimum). Porte-bagages, garde-boues (Berthoud, s'il vous plait) sont aussi au programme.

Le messager dans sa livrée bleue

Concernant la batterie, certains s'offusqueront d'une autonomie aussi réduite. D'autres se demanderont plus prosaïquement combien de kilomètres ils roulent par jour. Beaucoup conviendront qu'ils parcourent moins voir beaucoup moins de kilomètres au quotidien. Quelques-uns se diront que de toutes façons les vélos Cavales sont des vélos avant d'être des vélos électriques. Qu'une panne de batterie n'est pas la fin du monde.

Le rivage va faire des ravages

Etre en charge mentale

Le poids contenu de la batterie (et donc du vélo) passait par ce compromis: une capacité de stockage (et donc d'autonomie) de la batterie limitée*. A l'usage, au quotidien, vélotaffer demande un peu d'organisation et d'anticipation. Les plus poétiques, appelleront cela un rituel. Limiter cette anticipation est selon moi l'un des intérêts du vélo électrique.

Tout dans une sacoche (outils pour réparer la crevaison, tenue de pluie, éventuellement un chargeur de batterie), on ne s'inquiète de rien et trimbaler sur des kilomètres des kilogrammes superflus n'est pas un enjeu. Aussi, le dimanche soir on branche la batterie, elle est pleine pour la semaine. Quand bien même le vélo Cavale est super roulant, super agréable à rouler sans l'assistance électrique (on vous le confirmera (ou pas) quand nous aurons essayé un vélo). Je pense que le client qui s'oriente sur cette solution le fait parce qu'il y a une assistance électrique (il débourse aussi 3,500€ pour cela). Il souhaite donc compter sur l'aide fournie par le moteur.

Au quotidien, je sais que me soucier de l'autonomie restante de mes lumières m'ennuie, me gonfle, me stresse parfois l'hiver. Devoir charger au quotidien ma batterie de vélo, juste "pour être sûr" m'ennuierait. Les conséquences d'une telle contrainte sont:

  • Un chargeur qui traîne à demeure dans le salon (ou la chambre ou la cuisine),
  • Une batterie qui traîne tous les soirs dans l'appartement,
  • Y penser tous les jours.

Qui achèterait une voiture dont le réservoir n'autorise que deux jours d'autonomie? Parce que le passage à la station-service n'est pas le moment le plus passionnant de la journée, de même s'occuper de brancher sa batterie de vélo tous les soirs ne sera pas le moment le plus glamour de la journée. Pour 1 kilo (ou deux) on s'ajoute une charge mentale (oui vous aussi messieurs).

Une autre façon de voir les choses, serait de se libérer de ce fil à la patte et de choisir de charger la batterie d'une manière aléatoire, parfois. Et laisser le destin guider vos coups de pédales. Une jolie façon d'être libre sur son vélo, comme Max. D'apprendre aussi à être autonome justement, ne pas compter sur l'assistance électrique.

Parfois vous aurez un peu chaud, parfois un peu mal aux cuisses, parfois le cœur qui battra la chamade. Ces jours là, sur votre vélo Cavale, vous vivrez l'expérience originelle du vélo. Un cadre, 2 roues, une paire de jambes et le vent dans les cheveux. Vous verrez c'est bien aussi. Il y en a peut-être qui diront vous avoir vu voler. Dites-vous dans ce cas que votre cycle Cavale est une licorne.

Voilà pour la présentation de la marque et de son positionnement, sa promesse. Nous vous parlerons un peu plus en détail des vélos une fois que nous les aurons essayés. Aussi puisque nous rencontrons finalement les créateurs de l'entreprise, nous ajusterons les informations que nous aurons récupérées.

* Ce sujet de l'autonomie limitée (40 km minimum annoncés) fait débat au sein de la rédaction de Weelz!. Je fais parti de ceux qui doutent de la pertinence d'un tel choix, Xavier par exemple, au contraire, trouvent la promesse intéressante et le choix technique plutôt malin. Selon Xavier, pourquoi se coltiner une batterie qui offre une autonomie de 200 kilomètres, quand la prise électrique est à 25 kilomètres max? Vais-je changer d'avis ? Verdict, une fois les vélos essayés.

> + d'infos sur Cavale.cc

Retour en haut de page