Mobilité : le vélo et le syndrome de la ponctualité

Mobilité : le vélo et le syndrome de la ponctualité

Et si l'on parlait de ce problème inhérent à tous cyclistes du quotidien qui se respectent. Ce terrible travers de la mobilité vélo : la ponctualité. Vous qui vélotaffez de longue date ou bien qui vous êtes mis au vélo au dernier déconfinement, n'avez-vous jamais remarqué ce singulier problème avec votre mode de déplacement ? Je veux bien sûr parler de la constance dans votre temps de trajet. Peu importe les conditions de trafic ou même les aléas climatiques, la plupart du temps, vous arrivez toujours à destination à l'heure prévue.

La mobilité vélo est réglée comme du papier à musique

Bien entendu, il peut y avoir quelques rares occasions où vous avez pu perdre quelques minutes. Pas les jambes, pas envie de pédaler, un oubli à la maison ou encore un imbécile qui vous embête sur le trajet (#GCUM ou autre #merasepas). Mais la très grande majorité de vos itinéraires à vélo sont réglés comme du papier à musique. De Paris à Strasbourg, en passant par Angers, Montpellier, Le Havre, Bordeaux ou Rennes, le vélotaf a un dénominateur commun : la ponctualité.


Vous arrivez même en avance

Parfois, et d'ailleurs même très souvent, cette persistance dans votre temps de trajet pose un autre problème : vous arrivez en avance. Vos témoignages sont nombreux en ce sens sur les réseaux sociaux. Peu importe. C'est toujours une bonne occasion de faire un détour, de tester un petit raccourci, de passer par un jardin ou encore d'aller à la boulangerie du coin (nan, oubliez cette dernière idée... ou pas).

Sur le même sujet  Déconfinement : La filière Vélo demande à l'Etat d'investir dans la conversion cyclable

Bien sûr, ce constat se fait sur des itinéraires que vous maitrisez globalement bien, pour les réaliser quotidiennement. Ou alors, si les trajets diffèrent, c'est aussi que vous connaissez la ville dans laquelle vous pédalez comme votre poche.

Mais avouons tout de même que, contrairement à un automobiliste, la plupart des raisons qui pourraient vous mettre en retard (pluie, accident tierce, congestion du trafic...) ne sont désormais plus valides à partir du moment où vous vous déplacez à vélo. La fameuse excuse "j'étais coincé·e dans les bouchons" en arrivant au boulot, ne fonctionne plus quand on découvre que vous êtes devenu un·e vélotafeur·euse. Ceci dit, vous pouvez toujours essayez le coup de la crevaison, ça peut toujours marcher...(encore un coup de @pschtt).

Vous faites également ce constat ?
N'hésitez-pas à nous le dire en commentaire !

Retour en haut de page