[Mobilité] 5 bonnes raisons de te mettre au vélo (et dès la Rentrée)

[Mobilité] 5 bonnes raisons de te mettre au vélo (et dès la Rentrée)

Allez hop, en selle (bordayl) !

Tu les vois de plus en plus passer sous les fenêtres de ton salon. Les grinçants, les rutilants, les silencieux, les têtes dans le guidon... Tous ces cyclistes, qu'ils pédalent depuis 20 ans ou depuis le déconfinement, ont tous un point commun : ils ont donné un jour leur premier coup de pédale de vélotafeur.

Mais tes à-priori sont tenaces. Le vélo c'est dur. Le vélo c'est lent. Le vélo c'est juste du loisir... Autant de clichés et d'idées reçues qui circulent dans ta tête tel un petit diablotin qui, posé sur ton épaule, te dirait : "Le vélo, ce n'est pas pour toi!". Allez, on te donne ici 5 bonnes raisons de t'y mettre, et ce, dès la rentrée :


Raison n°1 : Parce que tu as de plus en plus d'infrastructures dédiées

Certes, Besançon n'est pas encore Copenhague et Amiens ou Toulon ne ressemblent toujours pas à Utrecht. La France n'est toujours pas la Hollande. Toujours est-il que, et tu as dû le remarquer, les municipalités françaises sont de plus en plus enclines à dérouler de la nouvelle piste cyclable sur le trajet des cyclistes.

Les fameuses "coronapistes" - on déteste ce nom, on préfère piste de transition - ont vu le jour dans de nombreuses villes de France et de Navarre. Et comme le dit l'adage, plus il y a d'infrastructures vélo, plus il y a de cyclistes. Et plus il y a de cyclistes, plus il y a de sécurité à vélo (Construisez des pistes et les cyclistes viendront, si tu veux encore de l'adage).

Notre conseil number one : teste ton trajet domicile-travail un dimanche, quand le trafic est plus calme. Ainsi tu as le temps de repérer les bonnes infras et les rues secondaires où tu te sentiras le plus à l'aise. N'hésite pas à demander à un·e pote de t'accompagner, c'est toujours plus fun à deux.

Raison n°2 : Parce que ton boss aime quand tu arrives à l'heure (et en forme)

"le vélo est le véhicule le plus rapide en ville"

Oui, c'est un fait avéré, que pas mal d'études scientifiques (avec des calculateurs géants, tout ça tout ça) sont venues corroborer : le vélo est le véhicule le plus rapide en ville.

Tandis que les automobilistes roulent en moyenne à 14 km/h en ville, le cycliste pointe à 15 km/h. Cela ne parait rien comme ça. Mais dis-toi également que tout cela se fait à la seule force de tes jambes, sans aucunes énergies fossiles, et qu'arrivé sur place, tu n'as pas à tourner en rond trois heures pour chercher un stationnement.

Temps gagné, liberté retrouvée et arrivée au boulot le sourire aux lèvres. Ha oui, on ne t'a pas dit : ton nouveau trajet vélo, en plus d'être (pratiquement) "stress free", va libérer de la dopamine dans ton corps, l'hormone du bonheur. Tu es désormais heureux·se, ne nous remercie pas.

Raison n°3 : Tu peux manger comme un ogre

La personne à gauche est un cycliste

Du haut de mon mètre 83 et de mes 70 kg, je ne parais pas comme ça, mais oui, je mange comme un ogre. Ne va pas croire que c'est en faisant 3h de sport tous les jours. D'ailleurs la mobilité vélo n'est pas un sport, c'est simplement une activité physique. Activité physique qui va te permettre d'activer les bons muscles et de maintenir un poids raisonnable, tout en te faisant plaisir.

Sur le même sujet  Le mal au cul à vélo, un message à nos ami·e·s néocyclistes

Tu peux être un viandard ou un parfait végétarien, le besoin de protéines, d'origine animale ou végétale, se fera ressentir à mesure que tu augmenteras tes trajets à vélo (et crois-nous sur parole, tu vas les augmenter), et tu auras même le droit à des extras (Paris-Brest, glace au chocolat, cacahuètes à l'apéro...)

Raison n°4 : Ton pouvoir d'achat va augmenter

Qui dit déplacement à vélo, dit que tu auras délaissé, completement ou en partie, tes trajets en transports en commun ou en voiture. Adieu frais exorbitants de carburant, tarifs ahurissants de stationnement ou carte de bus de plus en plus cher. Bienvenue dans le monde d'après, ce monde du vélo qui va te faire économiser de l'argent.

C'est un peu comme la raison n°3 : plus tu vas utiliser ton vélo, plus tu pourras te permettre des extras sympathiques : cette petite robe vu en vitrine, cette place de ciné, ce nouveau resto en bas de la rue (mince, encore mon estomac qui parle).

Raison n°5 : Tu vas finir par aimer ça (et en demander plus)

La drogue, c'est mal. En revanche, le vélo...

En remontant à la raison n°2, l'on t'a dit que la pratique d'une activité physique comme le vélo allait secréter dans ton corps des hormones dites "du bonheur" : la dopamine mais aussi les endorphines, l’ocytocine ou encore la sérotonine.

Sans t'en rendre compte, le déplacement à vélo provoque l'ataraxie et une addiction certaine. L'envie sera de plus en plus grande de continuer à te mettre en selle, et tes prochains trajets en bus ou le c... dans ta voiture te sembleront bien fades.

Attention, ils sont mêmes nombreux (ils (ou elles) = les vélotafeurs·euses) à avoir passé le pas du cyclisme. Oui ! Car si le déplacement à vélo n'est pas un sport, il arrive un moment dans ta vie de cycliste urbain·e où tu en voudras plus (de coups de pédales) et que ton aller-retour au taf ne te suffira plus.

Crédit photo : Mavic

Tu vas alors te mettre à chercher à compenser, d'abord le dimanche par un petit 30 kilomètres tranquillou, puis un weekend en mode sac à dos et nuit à l’hôtel. Puis, c'est là que tu commenceras à étudier les cartes et à planifier des itinéraires vélo de plus en lus loin et de plus en plus long.

En attendant, si tu as besoin de conseils pour choisir ton prochain vélo, file rapidement lire notre dossier spécial "Choisir son vélo urbain". Et puis tu trouveras dans nos colonnes tout les bons conseils pour ne pas avoir mal au cul à vélo, éviter la transpiration, bien gonfler ses pneus, choisir son éclairage vélo ou encore éviter de se faire voler son vélo.

Ton vélo n'est pas en état d'être utilisé ? Sache que tu peux encore bénéficier du Coup de Pouce Vélo de l'Etat (50 Euros pour réparer ton vélo ou encore un cours de 2h pour apprendre à circuler en ville).

Allez hop, plus d'excuses, on se met en selle !

Retour en haut de page