Le look Messenger : aux sources de la culture urbaine de Budapest

Le look Messenger : aux sources de la culture urbaine de Budapest

Merci à Maxence de partager avec nous sa rencontre avec la culture des coursiers à vélo de Budapest.

263918460_b995e71aff_o Budapest, un soir dans un kert (nom hongrois pour désigner les fameux "ruin pubs" de Budapest).


Trois personnes rentrent habillées comme des cyclistes mais avec un look qui m’interpelle : une barbe et une petite casquette sur la tête avec la visière remontée, une casquette rétro à la Fignon avec deux bandes de couleur rouge et bleue comme on recevait sur le bord de la route au passage du tour de France dans les années 80.

Les trois cyclistes sont complices et se racontent les histoires de la journée, leurs mollets sont visibles, ils sont énormes ! Leurs vélos tout aussi rétro et bien huilés et personnalisés à souhait sont rangés dans l’entrée du bar.

Je découvre une affiche collée au bar avec dessus écrit l’équivalent de : "les messengers sont nos amis et sont les bienvenus !" comme si les coursiers à vélo étaient des routiers dans le coin.

5082797070_edd7f92bd0_bJe découvre alors l’univers urbain des coursiers à vélo « Messenger ». Cette culture, je ne la retrouverai pas à Paris. Elle existe semble-t-il ailleurs comme à Berlin et surtout on trouve ses origines à New-York.

A paris c’est surtout l’univers du scooter qui domine. Je lisais un article récemment qui expliquait que les distances à vélo étant si importantes d’une rive à l’autre que les coursiers Messenger ne s’étaient pas développés. Je vote plutôt la faute de ne pas laisser la place au vélo à Paris. Paris, la capitale des 4 roues, des fous à 2 roues qui risquent leur vie !

Sur le même sujet  Marion promeut la pratique du vélo en Ouganda

Cela dit, dans le genre risque les messengers vivent de manière assez extrême. Ils se dandinent entre les rangées de voiture ou sur les trottoirs à toute vitesse, c’est leur gagne-pain.

En dehors du moyen de transport qu’est le vélo, le style messenger fait partie de la culture urbaine avec ses codes, ses signes de reconnaissance comme la casquette avec la visière et surtout le fameux sac à dos à bandoulières.

Alors si vous voulez vous faire un look de messenger pour sortir dans les kerts à Budapest, pour la casquette j’aime beaucoup le modèle "Oh shit". Et pour les sacs de coursier à bandoulière, la marque technique que les coursiers portent s’appelle Bagaboo.

Texte : Maxence Dutat

Crédits photos : Gábor VésziDaniel EdwinsJames Guppy.

Retour en haut de page
Fermer cette popup
Ne pars pas comme ça !
On a encore plein de choses à te montrer...

Ne rate rien des prochains articles en t'abonnant à la WeelzLetter ! ( Et parfois, tu peux même y gagner des cadeaux)