Mavic, la reprise de la marque cycliste française toujours en suspens

Mavic, la reprise de la marque cycliste française toujours en suspens

Alors Mavic, toujours magique?

Nous vous en parlions fin mai, l'avenir de Mavic est en suspens. En redressement judiciaire, l'entreprise est à la merci des bons vouloirs de repreneurs potentiels. Nous vous promettions un suivi du dossier, le voici.

14 dossiers de reprise

Peu d'informations ont filtré. Il n'empêche, 14 dossiers de reprise ont été déposés au tribunal. Aucune information n'a filtré sur 13 candidatures¹. Fonds d'investissement, requins de la finance, spécialistes du redressement d'entreprises, sociétés françaises ou étrangères... Seul les administrateurs judiciaires ont toutes les cartes en main. Une seule offre, composée d'un trio de choc s'est manifesté publiquement pour être candidat.


Ce trio est composé de l'avocat d'affaires Didier Poulmaire (photo de gauche) associé à Ronan Le Moal (photo de droite) et à notre champion national, aka Bernard Hinault.

Ronan le Moal n'est pas un nouveau venu dans le monde du vélo, il est l’ancien directeur général du Crédit Mutuel Arkéa, fraîchement à la tête d'une structure d’investissement et de gestion d’actifs. Il est aussi co-fondateur de West Web Valley, membre du conseil de surveillance de Memo Bank ou encore co-fondateur de Allo Voisins. Un homme d'affaires en somme.

Team Arkea Samsic

Pour la petite histoire, Arkéa (son ancien employeur) a son équipe professionnelle, Avec quelques têtes d'affiches dans ses rangs (je pense notamment à Nairo Quintana, ou encore Nacer Bouhanni, ou encore Warren Barguil (le champion de France en titre, quand même)).

Je ne reviens pas sur le profil de Didier Poulmaire et je ne vais pas vous faire l'affront de vous présenter Bernard Hinault. En tout cas, si vous vous demandez ce que le trio a en-tête, retrouvez une interview de Ronan sur Le Télégramme.

"Un blaireau à la tête de Mavic, ce serait quand même pas mal"

Nous, modestement, et sans connaître la teneur en détail des propositions, nous nous disons qu'un blaireau à la tête de Mavic, ce serait quand même pas mal! L'autre question, aura-t-il un prix sur son jersey hommage?

Sur le même sujet  Economie du vélo, les jantes MAVIC sont en roue libre
Hinault, pour rédiger la légende

En tout cas, MAVIC, tenez bon, on vous aime.

¹ Au final, on en sait un peu plus sur les candidats au sauvetage financier de Mavic. Certains souhaitent conserver plus d'une centaine d'emploi tandis que d'autres aucun. Parmi eux on notera la présence de la société Guers, fabricant des vélos Whattfornow. La compagnie vient tout juste de racheter la marque Time au groupe Rossignol.

Retour en haut de page