La location longue durée vélo, une nouvelle façon de pédaler

La location longue durée vélo, une nouvelle façon de pédaler

Le vélo tout comme ses usages évoluent. En calquant des concepts qui fonctionnent dans le monde de l'automobile, la location longue durée vélo - aussi appelée LLD vélo - semble séduire de plus en plus. On fait le point avec vous des différentes solutions existantes.

"Quel vélo tu me conseilles ?" La question qui tue

Depuis que nous sommes observateurs de l'univers du cycle, Xavier et moi, nos potes, nos copains, nos amies, nos parents, cousins, cousines, tantes... nous sollicitent régulièrement avec cette question : "Je vais me mettre au vélo, quel vélo tu me conseilles ?".


Cette question est horrible. Tellement horrible, que Xavier a créé il y a 14 ans un média qui s'appelle Weelz!. Un média digital qui tente régulièrement de vous présenter de nouveaux vélos, de vous expliquer que rouler sur un Vélo à Assistance électrique n'est pas forcément ce dont vous avez besoin. Tellement difficile d'y répondre que Jérôme a écrit un livre qui aborde un peu le sujet (48 pages sur ce sujet dans ce livre magnifiquement illustré par Eve Coston (je vous glisse un lien vers ce livre si vous ne l'avez pas encore dans votre bibliothèque (il n'y a pas de petits profits)).

"Loue ton vélo pour posséder la ville" (un slogan plein de testostérone)

"posséder votre vélo, c'est un peu tôt dans votre nouvelle vie de cycliste"

Ce média (Weelz!) et ce livre (Vélotaf) tentent de vous donner quelques éléments de réponses quand vous vous posez la question du choix de votre prochain vélo (à relire ici un guide sur le choix de votre vélo quotidien). Et si posséder votre vélo, c'est un peu tôt dans votre nouvelle vie de cycliste, bonne nouvelle vous pouvez désormais vous tourner vers la location en longue durée.

Louer plutôt que posséder

Louer un vélo pour prendre la clé des champs.

C'est une tendance de consommation des millenials (et de ceux qui ne le sont pas mais qui auraient pu l'être). Posséder n'est plus le Graal. Utiliser à la demande, en fonction de ses besoins est une tendance de fond, depuis quelques années (1). Sans faire nos sociologues ou économistes, utiliser plutôt que posséder répond à trois grands enjeux. Pour résumer, en trois lignes :

1️⃣ Louer ce n'est payer que ce que l'on consomme (faire des économies financières).
2️⃣ Louer c'est partager l'usage (donc limiter son empreinte carbone).
3️⃣ Louer c'est s'affranchir de la charge mentale de la possession (vol, entretien).

"les offres de location de vélo en (plus ou moins) longue durée, des solutions, il y en a désormais pléthore"

Ce qui est bien avec l'être humain, c'est quand un problème est identifié par Jean-Paul (pas Belmondo), souvent Patricia ou Hervé propose une solution. Et concernant les offres de location de vélo en (plus ou moins) longue durée, des solutions, il y en a désormais pléthore. De quoi se faire à nouveau des nœuds au cerveau. Pour nous éviter cette question "Jérôme (Xavier), je veux louer un vélo en longue durée, quelle solution je choisi ?" nous dégainons ce billet.

La location longue durée vélo : Le marché se structure

Des offres publiques pas si longue durée

Certaines offres émanent directement de la sphère publique. L'exemple le plus évident qui nous vient à l'esprit est l'offre de Véligo. Un vélo et un ensemble de services mis en place par le pôle mobilité de la Région Ile de France. Lancé il y a tout juste 2 ans, nous vous en parlions ici, Véligo est une jolie réussite.

D'après le pôle mobilité de la Région Ile de France, plus de 30,000 franciliens en ont profité. Aujourd'hui 4 modèles sont disponibles : le vélo classique, le triporteur, le biporteur et le longtail. Il y a une offre pour chaque usage de vélo comme une solution de mobilité dans votre quotidien. Véligo a pour ambition de mettre le "pied à l'étrier"(2) des franciliens. Réunir l'ensemble des conditions (vélo et services associés) pour que chaque francilien qui teste le Véligo, lorsqu'il doit le rendre au bout des 3 ou 6 mois d'utilisation légale se dise : "Bon sang, le vélo c'est génial ! Je continue par ailleurs, je m'en achète un."

1 homme, 2 vélos, 3 possibilités (Lovelo Rouen)

Quand ce n'est pas la région qui s'y colle, ça peut-être votre département ou encore votre municipalité. A Rouen, depuis le 4 septembre 2021, c'est fait. Avec une offre Lovelo (une commande de 800 vélos à assistance électrique est passée. En 2022, des vélos cargos seront livrés). Si ce n'est votre département, alors peut-être votre ville possède une maison du vélo, comme ici à Rennes, vous y trouverez une offre variée de vélos et de solutions qui correspondent à vos attentes et besoins pour une location longue durée (1 an) ou très courte durée (quelques heures).

LLD Vélo : Des offres hybrides (publiques/privées)

D'autres offres, relativement similaires au système Véligo ou Lovélo, arrivent aussi sur le marché. Nous pensons à GoodWatt. Quand Véligo s'adresse aux particuliers, GoodWatt s'adresse aux employés (Lovelo propose les deux avec des conditions différentes). En passant par l'entreprise pour mettre à disposition une flotte de vélos (et l'équipement nécessaire) pendant un mois dans les entreprises qui ont fait la démarche. Nous vous présenterons d'ici une dizaine de jours, l'offre GoodWatt un peu plus en détails. Cette offre est intéressante, financée par les programmes CEE. Le vélo est à votre disposition pendant un mois. Seule contrainte, il faut convaincre votre employeur de s'inscrire à ce programme.

Sur le même sujet  Swapfiets, le Netflix du vélo arrive à Paris
Goodwatt, good vibes (tiens un vélo Gitane)

Location vélo : Des services privés

Par des acteurs dédiés

Swapfiets, que nous évoquions ici ou encore , est arrivé en septembre 2020 à Paris. Ils essaiment depuis dans d'autres métropoles de France. Red Will est aussi un petit nouveau. Quand Swapfiets la joue à la hollandaise, Red Will tente d'être plus franco-Français. Des VAE tout droits sortis des usines Arcades cycles.

"L'entretien, le stress du choix de la monture, la peur du vol autant de bonnes raisons de s'adresser à des acteurs qui prennent en charge ces aspects"

Le gros intérêt de ses offres privées : Elles ne sont pas limitées dans le temps. De 1 jour (plutôt un mois dans la vraie vie) à ad vitam aeternam. D'ailleurs Colombes Monnoyer, la co-fondatrice de Red Will, que nous avons rencontrée courant juillet, nous le confirme tout de go : "Nous nous sommes lancés sur Paris pour commencer. Les abonnés Véligo "en fin de droits" sont des clients qui viennent naturellement à nous".

Et oui ces nouveaux cyclistes ont pris le goût de se déplacer à bicyclette. Ils ont compris la flexibilité que propose ce moyen de locomotion. Souvent en revanche, leur goût pour le vélo s'arrête là où commence les prises de tête. L'entretien, le stress du choix de la monture, la peur du vol autant de bonnes raisons de s'adresser à des acteurs qui prennent en charge ces aspects (souvent ressentis comme pénibles) de l'utilisation du vélo au quotidien.

Des roues rouges, assorties aux souliers? Presque.

Ou par des distributeurs traditionnels

Décathlon était, à notre connaissance, le premier acteur significatif à proposer un service complet de vélos en location longue durée. Aujourd'hui, les enseignes de vélocistes s'y mettent. Si elles ont toutes plus ou moins imaginé une offre pour le marché de l'entreprise, les enseignes ne sont pas très nombreuses à s'intéresser au marché du particulier.

Holland Bikes a franchi le cap. L'enseigne se positionne sur une offre d'une durée entre 12 et 48 mois, avec des vélos musculaires (prix de départ 26,90€/mois) jusqu'au Brompton Electric (82,70€/mois). Avec notamment, la promesse "partout en France" (même si l'enseigne n'est donc pas présente physiquement avec un magasin dans votre région). L'enseigne Giant propose aussi son service dans ses 90 magasins répartis sur le territoire.

Et voilà que les opérateurs s'y mettent aussi

Ces jeunes, toujours sur leurs écrans...

Il y a quelques jours, nous assistions au lancement du vélo Fusion, proposé par Zoov & Smoove. Petit rappel si vous n'avez pas suivi. Zoov est une offre de vélos à assistance électrique en Libre Service. Avec ou sans stations. Et quand il y a des stations, elles sont très légères et peuvent s'installer sans génie-civil. Une solution parfaite pour des petites villes. Smoove est un des actionnaires de Smovengo, lui même l'opérateur du vélib' à Paris. Présents dans un peu plus de 30 villes dans le monde, ils sont un acteur incontournable du Vélo en Libre-Service (VLS).

Cette entreprise, désormais unique, lance un vélo, le Fusion (donc) qui va être disponible à Bordeaux (dans un premier temps), en location longue durée pour les particuliers. Leur offre a pour ambition, à terme, d'être hybride en faisant cohabiter sur un même territoire, le même vélo. L'un en VLS, l'autre en LLD. L'idée ? Évidemment, réunir le meilleur des deux mondes, même si, nous le verrons dans un prochain article, il reste des réflexions à mener pour y arriver.

...ah non, parfois ils pédalent

Quelle solution de location longue durée choisir ?

"même en location, un vélo inadapté reste un vélo que l'on n'aura pas envie de chevaucher"

Et bien, nous n'avons pas de réponse toute faite à vous proposer. Encore une fois, votre solution préférée sera celle que vous aurez choisie en fonction de vos critères personnels. Le prix, les contraintes de durée minimum, le choix du vélo, la proximité de l'interlocuteur, un magasin physique ou un spécialiste, le montant de la caution, le délai de réaction garanti si panne, casse ou vol...

Chacun placera ses curseurs où il le souhaite, avec certains paramètres qui sont plus importants que d'autres. Finalement, nous vous recommandons simplement de penser par étape. La première, préférez-vous posséder ou louer votre vélo ? Une fois que vous avez la réponse à cette question, si vous souhaitez louer, vérifier les offres disponibles dans votre coin. Et si possible, tester les vélos. Parce que même en location, un vélo inadapté reste un vélo que l'on n'aura pas envie de chevaucher.

(1) Par exemple l'usage plutôt que la propriété est évoqué ici.
(2) "Le cul sur la selle" est l'expression plus appropriée, vous savez que les seuls étriers qui existent sur un vélo sont les étriers de freins.

Retour en haut de page