[Lecture]

[Lecture] « Notre vagabonde liberté », de Bordeaux à Rome sur les sabots de Montaigne

Gaspard Kœnig a traversé la France et une partie de l'Europe, à cheval, pendant 5 mois en 2020 et son expérience pourrait ressembler à ce que nous vivons à vélo lorsque l'on part en voyage, à la recherche d'une vagabonde liberté.

"Notre vagabonde liberté" - Qui est Gaspard Kœnig ?

Sellefie avec Destinada

Un jeune homme de 40 ans, il est au départ philosophe, essayiste (auteur d'une quinzaine d'essais et romans), créateur d'un ThinkTank (groupe de réflexions) Générations Libres. A noter aussi, candidat aux élections présidentielles de 2022, il ne passe pas le cap des 107 parrainages (c'est toujours 107 fois plus que Florian Philippot ou Arnaud Montebourg soit dit en passant). Le parti qu'il crée, "Simple". Sur une mouvance Libérale, son ambition est de simplifier la vie des français, moins d'administration, moins de normes. Une volonté aussi de décentralisation du pouvoir en faisant confiance aux territoires et aux savoirs locaux.


Sur les traces de Montaigne

Avec sa jument, Destinada, il part des portes du Périgord (à la limite du Bordelais), direction Rome, via Fontainebleau, l'Allemagne et direction le Sud vers Rome et le Vatican. Ce voyage fut effectué par Michel de Montaigne en 1580. Gaspard de son côté, part seul, à cheval, en autonomie complète, il part tel un cow-boy solitaire dans une chevauchée fantastique. Comptant sur l'hospitalité des européens croisés sur son chemin. Et le moins que l'on puisse dire, au XXIème siècle, être avec un cheval est une force mais aussi un sacré challenge.

Cheval ou vélo est-ce kif kif bourricot ?

La logistique avec un cheval est bien différente. Quand votre vélo a besoin de temps en temps d'un coup de graisse, d'un changement de pneus, d'une crevaison à réparer. Le savoir-faire n'est pas sorcier. Le cheval a soif, il a faim. Il a, lui aussi, besoin de se reposer. Il n'est pas en roue-libre en descente. Réparer une crevaison prendra 30 minutes (le temps d'enlever les sacoches notamment). Changer un fer, demande un savoir-faire, celui du maréchal-ferrant. Soigner une plaie, une fourbure, demande un autre savoir-faire, celui du vétérinaire.

Une selle et une paire de pédales

Et puis, arriver avec un vélo et demander de l'hospitalité est relativement simple. Une chambre, une cave, un vestibule peuvent suffire pour votre monture, le temps du repos. Le cheval ? Il va falloir lui trouver un pré, parfois l'improviser, un bout de jardin. Trouver un box. Enfin une fois l'étape du jour derrière vous, le vélo peut attendre que son pilote ait repris des forces. Le cheval non.

Cheval ou vélo, un autre rapport au temps

Le temps est beaucoup plus long à cheval qu'à vélo. On le sait, un voyage au long cours, avec sa maison sur le cadre du bicloune, permet des déplacements autour de 12 à 15km/h, en fonction de la forme du cycliste. Un cheval, au pas, se déplace en moyenne à 7km/h. Au trot, le cheval se déplace environ à 14-15km/h. Au galop ? Environ 20km/h. Ces vitesses sont données sur une vitesse moyenne, dans un esprit endurance. Ce n'est pas la vitesse de pointe d'Ourasi au Grand Prix d'Amérique.

Sur le même sujet  Dean et Nala : Un tour du monde à vélo avec un chat
Photo extraite d'un article paru dans Le Populaire2. Crédit Photo : Laurent Bonilla

Aussi, rien de tel qu'un faux plat descendant, à vélo, il n'y a qu'à se laisser filer. A cheval, faux plat montant ou descendant, la moyenne reste à peu près la même. Sur un vélo, rares sont les moments où l'on marche à côté de sa monture. Sur un tel voyage, l'équidé ne se fatigue pas à marcher mais à porter. La moitié du temps donc, le cavalier est un marcheur, encombré d'un animal de 400kg.

Une liberté vagabonde

L'ouvrage proposé par Gaspard Kœnig est intéressant. Que vous ayez l'âme d'un Stevenson, d'une Lael Wilcox ou simplement l'envie de parcourir une partie de l'Europe a un rythme différent. Que vous ayez une curiosité politique, géographique, philosophique, sociale ou même sociétale. Intéressant aussi parce ce qu'il vit pendant ces 5 mois est proche d'une expérience d'un voyage à vélo, même si (je serais tenté de dire "surtout parce que") selon l'auteur, le vélo n'est pas le meilleur ami du cavalier. Voici quelques extraits .

"Quand je voulais apprendre des jurons locaux, il me suffisait de demander "et que pensez-vous des écolos ?" Personne ne semble beaucoup les aimer en-dehors des centres-villes bobos où l'on croit que les pistes cyclables suffiront à sauver la planète".

"Il y a pourtant un élément [...] qui a gâché, plusieurs jours durant, nos déambulations sur les bords de la Marne : les voies vertes [...] il est temps de les dénoncer haut et fort, avant qu'elles n'envahissent tous les recoins du territoire. Qu'est-ce qu'une voie verte ? C'est une voie de bitume au milieu d'une nature préservée, autrement dit, la seule voie non verte dans le maillage des chemins de campagne. [...] derrière cette œuvre destructrice se cache un adversaire sournois et puissant : le Cycliste, émanation idéelle de centaines de milliers, de millions de lobbyistes en lycra. Le Cycliste devant lequel tous les décideurs politiques courbent l'échine, a un rêve, aller vite sans se fatiguer".

2500km à cheval, ça fait mal au cul ?

Étonnant, ou pas, surtout que les constats d'une mobilité à l'autre se ressemblent tout de même beaucoup : "Le plus compliqué à cheval ce n'est même pas la ville, c'est le périurbain, les ronds-points, les zones commerciales." (extrait d'une interview dans le Parisien1).

Une idée de parcours ?

Sur le site de Gaspard Kœnig, vous trouverez la trace GPX de son parcours, il est là. De nombreuses voies vertes y sont empruntées. Si à vélo, vous y croisez des cavaliers, des cavalières, ralentissez et prenez le temps d'échanger. Parce que l'intérêt du voyage, c'est bien d'aller à la rencontre des autres. Enfin, une fois le voyage terminé, envoyez-nous votre essai "A vélo, sur les traces de Kœnig". Promis on en parlera ici après lecture.

Notre vagabonde liberté

  • "Notre vagabonde liberté - À cheval sur les traces de Montaigne"
  • Auteur : Gaspard Kœnig
  • Collection: Essais
  • Genre: Essais et documents
  • Date de parution:  01/09/2021
  • Nombre de pages:  576
  • Code ISBN:  979-10-329-0018-5
  • Format 13.5 x 21.5 cm
  • Prix : 21€
  • Éditeur : Éditions Observatoire.
  • Lien vers la maison d'éditions, .

1L'interview dans le Parisien est lisible là.
2 L'article dans le Populaire est lisible ici.

Retour en haut de page