[Livre] DieselGate, Dallas au cœur de l'Europe?

[Livre] DieselGate, Dallas au cœur de l’Europe?

La députée Karima Delli et son livre "Dieselgate, repenser la mobilité sans diesel"

Obligé de commencer ce billet avec ça! N'oublions pas que "Dallas, glorifie la loi du plus fort."

Ma route a croisé celle de Karima Delli courant septembre à l’occasion d’une table ronde* ou nous étions tous deux invités à exprimer notre vision sur le vélo urbain et l’importance de le développer rapidement**.


Pour ceux qui ne connaissent pas Karima, elle est Députée européenne EELV (Europe Ecologie Les Verts), Présidente de la commission Transport & Tourisme au Parlement européen. Elle est aussi l’autrice*** du livre « DieselGate, repenser la mobilité sans diesel » paru chez Acte Sud en avril 2019.

Au moment de la sortie du livre il ne nous a pas paru évident d’aller se plonger dans sa lecture, ayant suivi vaguement de loin ce scandale des logiciels truqueurs.

Puis écouter le discours de Karima lors de cette table ronde d’une part, d’autre part nous rappelant que, ce qui concerne les voitures, impacte de près ou de loin le développement du vélo urbain, (rappel d'un billet sur un livre qui fait l'éloge de la voiture) nous nous sommes dit que peut-être lire ce livre valait le coup.

La voiture en ville n'est pas la meilleure solution

(mais ça vous le saviez déjà)

Et oui, il faut bien opposer la voiture aux autres modes de transports alternatifs, n’en déplaise aux lobby automobile, aussi l’illustration en première de couverture du livre est une jeune femme chevauchant un vélo, pédalant sans les jambes, dans un arbre (achetez le livre – à défaut en bas de page, la photo de la couverture-, vous comprendrez (de rien)).

Quelle couleur politique pour la pollution ?

Nous l’avons lu, dans un esprit non-partisan, en espérant secrètement voir des noms jetés en pâture, voir des dénonciations à tout bout de champs.

Aussi bien sûr nous l’avons lu pour comprendre un peu mieux ce scandale qui a ébranlé Volkswagen, par effet ricochet Renault et par effet boule de neige toute l’industrie automobile.

Enfin nous l’avons lu parce que le titre propose de repenser la mobilité. Sans diesel… et soyons fous, on peut penser qu’une élue EELV pense à une mobilité sans Super non plus, sans nucléaire, sans rien en somme ! (et là ça devient plus difficile il faut bien l'avouer).

L'intérêt général, le moteur du parlement européen?

Concernant la dénonciation du #DieselGate, il faut admettre que nous restons un peu sur notre faim, bien sûr quelques noms sont lancés ici et là mais rien de bien croustillant ni même finalement de bien nouveau.

Ce qui est intéressant malgré tout, est de constater, de l’intérieur, le pouvoir des lobbys. A la lecture des faits reportés par Karima, on peut se demander où se situe la limite entre « être influencé » et « être corrompu » par un lobby.

Madame la présidente ne s’engage pas sur cette pente glissante mais elle explique comment les décisions sont souvent prises d’abord en pensant profits économiques avant de penser à l’intérêt général. Pour nuancer quand même notre propos, souvent, l’intérêt général à court terme rejoins les profits économiques. C'est d'ailleurs tout le sel de l'action politique!

Sur le même sujet  COP 24, revendications économiques contre urgence climatique ?
Allégorie du fonctionnement du parlement européen

L’intérêt aussi de ce livre est de proposer une visite guidée au sein du Parlement Européen, une machine complexe, au sein de laquelle il faut être malin (maligne), pugnace et tenace pour réussir à avancer ses pions.

Europhobes et europhiles trouveront du grain à moudre pour faire avancer leur cause. Quand les premiers constateront que l’Europe ne peut pas exister car les intérêts nationaux priment toujours (cf p.26 et l’intervention d’Angela Merkel pour défendre l’Industrie Automobile Allemande "La réputation de l'industrie allemande, la confiance dans notre économie ne sont pas éprouvées au point que nous ne soyons plus un bon pays pour les affaires" / cf P.63 quand Madame Ségolène Royale s'offusque des questions incisives de Karima Delli préférant donc lui répondre: "Madame Delli, vous êtes représentante française, vous devriez défendre l'industrie française", plutôt que répondre à la question posée).

Les seconds seront heureux de constater qu’il y a suffisamment de garde-fous et de contre-pouvoirs pour que l’Intérêt général des européens soit le plus important. Cf l'ensemble des articles de presse mentionnés en notes en bas de pages tout au long du livre.

La quadrature du cercle

Si vous pensez que l'on peut faire entrer un rond dans un carré, retournez voir le Grand Bain, et surtout ne ratez pas le début.

Le plus intéressant, selon nous, dans ce livre, est finalement la deuxième partie, celle qui propose de repenser le transport urbain. Les auteurs apportent une vision à 360° des enjeux qui entourent la mobilité : accès à l’emploi, la santé, le lien social … Et pour ne rien gâcher le discours tenu est étayé par de nombreux chiffres, par de nombreuses études consultées ici et là.

"C’est bien là la force de ce livre, un digest en 120 pages exposant les solutions qui existent"

Etre présidente de la Commission Européenne du transport doit donner accès à un nombre d’études incalculables. C’est bien là la force de ce livre, un digest en 120 pages exposant les solutions qui existent, celles qui sont entrain de couver pour améliorer le bilan carbone de la mobilité urbaine, pour améliorer l’air que nous respirons et tenter de protéger notre climat. Une quadrature du cercle que nous n’avons pas encore solutionnée…

Bref, tout le monde devrait lire ce livre. Du vendeur de voitures au nouveau patron de la SNCF. Je vous spoile, sachez que les constructeurs automobiles sont visiblement responsables et coupables de triche organisée. S’ils vous disent que c’est pour notre bien, sachez que ce sont des sornettes.

Faut-il pour autant jeter sa voiture aux orties? non. Avant de démarrer votre voiture, faut-il se poser la question , si une solution alternative pour ce trajet en question est disponible? Assurément.

Finalement, on s’interroge ! Pourquoi ce livre s’appelle « Dieselgate » et non « Automobilegate », parce que dans le fond s’il y en encore certains pour croire que Stuttgart est la capitale européenne de l’industrie automobile, en lisant ce livre, on a plutôt l’impression de mettre les pieds à Dallas et son univers impitoyable.

N'oubliez pas Jon Ross Ewing, roulait en Mercedes, comme par hasard!

*Important de préciser, Patrice Pattée était également invité à s’exprimer. Patrice est adjoint au maire de la ville de Sceaux, vice-président du Syndicat autolib’ vélib’ métropole. Accessoirement Vélotaffeur de la première heure.

** si vous avez envie d’écouter ce qui s’est dit pendant ces tables rondes, vous pouvez visionner, ici :

***livre co-écrit avec Xavier Maurel, préfacé par Audrey Pulvar pour être précis

La fiche du livre :

"Dieselgate, repenser la mobilité sans diesel" par Karima Delli / Xavier Maurel / Préface d’Audrey Pulvar, édité chez Actes Sud, collection « Domaine du possible »

Paru en avril 2019 / 14,0 x 19,0 / 128 pages, ISBN 978-2-330-1117-5, Prix indicatif : 19,00€

Retour en haut de page
Fermer cette popup
Ne pars pas comme ça !
On a encore plein de choses à te montrer...

Ne rate rien des prochains articles en t'abonnant à la WeelzLetter ! ( Et parfois, tu peux même y gagner des cadeaux)