Les 7 bonnes raisons de rouler à vélo en automne 2021

Les 7 bonnes raisons de rouler à vélo en automne 2021

Ça y est, on y est. Alors qu'on a à peine ressenti la chaleur de cet été - bien pourri il faut le reconnaitre - voilà que l'automne pointe le bout de son nez aujourd'hui, 22 septembre 2021. Mais tiens bon l'ami, l'équinoxe n'est pas une fatalité pour nous autres cyclistes. Weelz! te délivre ici 7 bonnes raisons de monter sur ton vélo en automne. Let's go 🍂🚴💨.

N°1 : L’automne à vélo, la lumière est souvent folle, les couleurs sont carrément dingues

Bobby va au boulot à vélo (et il est heureux)

L'équinoxe (du latin æquinoctium, "nuit égale"). Cet instant de l'année où le soleil traverse le plan équatorial terrestre. En gros, il se barre et change d'hémisphère céleste. Mais on ne lui en veut pas (pas tant que ça). Car cela donne souvent lieu à une lumière extraordinaire. Le matin, les rayons solaires font rosir le ciel et les nuages se parent de couleurs sublimes. Quant au soir, certes il tombe plus tôt, mais la lumière rasante donne naissance à des lumières incroyables. Et toi, cycliste, tu en es le premier spectateur. Tu en as de la chance.


N°2 : La température est parfaite, ni trop chaud, ni trop froid

Si l'on faisait nos bons français, ceux qui râlent tout le temps, on pourrait se dire que l'été c'est pénible, il fait trop chaud (sauf cette année) et que l'hiver, là c'est carrément nul, car il fait trop froid. Mais prenons l'automne. Voilà bien une saison parfaite pour arrêter de râler. En tant que cycliste, pas besoin de sortir la doudoune. Un petit coupe-vent suffit à braver les températures parfois très douces. Il y en a même un qui a fait une chanson en appelant cette saison l'été indien, c'est pour dire. Et si l'automne n'était pas en réalité la saison préférée des cyclistes ?

N°3 : En automne à vélo, les feuilles mortes, c'est rigolo

On pourrait (encore) râler (cf raison n°2) et se dire qu'en automne, c'est toujours la même rengaine. Les villes pensent à nettoyer les routes des feuilles mortes qui dégringolent des arbres. Et elles les mettent où ? Je vous le donne en mille : Sur nos pistes cyclables ! Mais prenons cela avec philosophie ; Rouler sur une piste cyclable remplies de feuilles mortes, amène une bonne dose d’adrénaline et de mystère à ton trajet. On ne distingue plus grand chose, alors on fait confiance à son destrier. Et puis cela fait aussi travailler ta mémoire ("Je suis sûr qu'il y a un nid de poule juste après la rue Garibaldi. PAF! Ha oui, il était juste là...").

Sur le même sujet  Scott SUB Tour eRide, découverte du vélo électrique pour deux lecteurs

N°4 : La pluie n'est qu'un paramètre secondaire

"Mais comment tu fais quand il pleut ?" Cette question vous l'avez tous eu dans votre vie de vélotafeur. Elle vient de vos collègues parfaitement étonnés de vous voir arriver complétement sec au travail. Et oui, car on le dit souvent, il n'y a pas de mauvais temps, juste de mauvais vêtements. Une bon veste étanche, un pantalon de pluie, pourquoi pas un bon vieux poncho. Et hop, la pluie n'est finalement qu'un paramètre secondaire. Mieux, elle peut même apporter un peu de fun à votre trajet cyclable, surtout lorsqu'il s'agit de jouer à saute-bouchons (cf raison n°5). Et si vous voulez nos meilleurs conseils pour pédaler sous la pluie, c'est par ici.

N°5 : On va (toujours) plus vite que les automobilistes

En vélotaf, il y a de nombreuses constantes. L'embouteillage en est une. Le soleil qui se lève plus tard et se couche plus tôt. La température qui baisse. La pluie qui tombe plus souvent. Suffisamment de paramètres pour que l'homo-automobilis et ses congénères adaptent leur rythme de croisière. Le flux motorisé est inévitablement ralenti. Mais toi, tu t'en fiches. Tu continues de pédaler toujours au même rythme, sur ta piste cyclable pleine de feuilles mortes. (En plus, aujourd'hui est aussi la Journée mondiale sans voiture. Coïncidence ? On ne pense pas...)

N°6 : Si tu roules en automne, tu seras prêt à rouler cet hiver

Le printemps et l’automne sont des saisons de transition. Des moments parfait pour adapter son corps aux changements de température. Pédaler en automne, c'est s'assurer une transition en douceur vers un hiver plus rigoureux. Le 21 décembre 2021, tu vas t'auto-congratuler d'être parvenu à passer l'automne sur ton vélo. Et plus rien ne pourra jamais te faire revenir dans une rame de métro, un bus bondé, ou pire ... un siège de voiture.

N°7 : Entendre le brame du cerf

Entendre le brame du cerf en traversant la forêt de Rambouillet. Et si t’habites pas près de Rambouillet, bah déménage.

Et toi, tu vois d'autres bonnes raisons de continuer à rouler à vélo en automne ?
Donne les nous en commentaire.

Retour en haut de page