Le vélo électrique chez Cyclable

Le vélo électrique chez Cyclable

Cyclable et le vélo électrique, c’est une longue histoire qui remonte à 2005, l’année de naissance de l’enseigne. Pourquoi  Cyclable a choisi de proposer des vélos électriques ? Quelles sont les gammes et les marques que le réseau de magasins distribue dans ses magasins ? Boris Wahl, fondateur et Philippe Barichard, chef de marché chez Cyclable, nous expliquent les choix et le cheminement de l’enseigne.

Le vélo à assistance électrique, dès 2005 chez Cyclable

Boris : Cyclable a ouvert son 1er magasin à Toulouse en octobre 2005, il y a 15 ans. Nous avons proposé une offre de vélos à assistance électriques dès l’ouverture. La technologie de l’époque utilisait des batteries au plomb et au Nickel (NiMh), et les marques que nous proposions n’existent plus aujourd’hui. Quand l’on se retourne sur le chemin parcouru, jamais nous n’aurions imaginé que le phénomène VAE prendrait cette ampleur.


Philippe : C’est vrai, chez Cyclable, on a été précurseur de l’électrique mais en même temps, on n’a jamais fondé notre offre sur une spécialisation exclusive. En fait, c’est simplement une réponse à un besoin d’usage : l’assistance électrique représente une solution parmi d’autres. Comme on s’attache à être au cœur des besoins de nos clients, on privilégie et on propose l’électrique pour certains cyclistes et pas pour d’autres.

Le vélo à assistance électrique, l’un des éléments déclencheurs du retour au vélo

Boris : Les déplacements de vélo en ville ont été boostés depuis 2005 par deux principales offres : le vélo libre-service et le vélo électrique. Le vélo en libre-service a proposé une offre à un public peu exigeant sur la qualité, le confort, l’ergonomie et qui est surtout attaché à un coût très bas. Il a touché logiquement en premier lieu un public plutôt jeune, étudiants et assimilés. De son côté, le VAE a intéressé un public plus aisé et tendanciellement plus âgé. Ces personnes étant beaucoup plus exigeantes sur le confort, la fiabilité, l’ergonomie elles voient dans le vélo un objet de plaisir et pas simplement un objet utilitaire.

Philippe : Quel que soit le segment (ville, voyage, famille), nos clients sont sensibles à investir dans un vélo qui leur servira tous les jours et qui va durer dans le temps. Pour eux, c’est aussi la fierté de posséder un vélo, et donc un beau vélo ! Pour certains, la découverte du vélo a eu lieu via notre site internet ou par une rencontre avec l’un de nos conseillers en magasin. En tous cas, chez Cyclable, nous sommes des créateurs de cyclistes, et donc sensible au fait de pouvoir répondre par le produit à la fois à l’aspect fonctionnel et esthétique.

Boris : Sur l’évolution, nous avons clairement vu une inflexion à partir de 2010 pour la demande sur le VAE : ce n’était plus nous qui expliquions au public l’existence et l’intérêt du VAE mais c’était le public qui venait vers nous avec cette demande précise. D'ailleurs, le choix d’un VAE a été de plus en plus systématique les années passant, y compris lorsque le trajet quotidien ne le justifiait pas complètement : l’assistance électrique sur un vélo est devenue pour certains une forme de confort normatif.

Quelle est la place du vélo à assistance électrique en France aujourd’hui ?

Boris : Le vélo électrique continue sa diffusion dans des segments qui lui étaient étrangers au départ : rentré par le vélo de ville sur le marché français, nous l’avons vu se diffuser progressivement sur les autres segments : le VTT avec le VTTAE, le vélo pliant, le vélo cargo et maintenant aussi sur le vélo de randonnée.

Philippe : A chaque fois que ça s’est diffusé sur un nouveau segment, c’est bien l’association des deux concepts : vélo + assistance électrique qui a permis d’inventer de nouvelles pratiques.

Boris : Il y a quelques années, nous n’aurions pas imaginé que se tiendraient des compétitions de VTTAE, par exemple ! Quant à elle, l’évolution fulgurante du cargobike ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui sans le développement de l’assistance électrique.

Quel est l’avenir du vélo électrique? 

Boris : Lorsque l’on observe la part passive des déplacements en voiture dans les premières couronnes des grandes villes, il semble que le VAE ait encore un potentiel considérable. Je crois qu’il n’en est encore qu’au début de son expansion. En parallèle, on observe aussi que certains usagers décident de repasser au vélo naturel : pour 5 km sur le plat, l’assistance électrique n’apporte pas grand-chose. Ce phénomène est encore marginal, il est le fait des early-adopters des années 2010.

Le vélo à assistance électrique change le visage du vélo

Philippe : Chez Cyclable, nos gammes se construisent au travers de 4 usages majeurs, qui sont dans notre ADN depuis toujours : la ville, le voyage, la vélo-mobilité avec des enfants et le vélo multi-modal.

Boris : D’ailleurs, c’était notre baseline initiale : « Cyclable : à vélo en ville, en voyage, en famille » !

Philippe : On a donc toujours eu la volonté de répondre aux besoins de tous nos clients : pour certains d’entre eux, l’assistance électrique est nécessaire, voire indispensable. On couvre ces différents usages en électrique.

L’électrique, en ville et en trekking

Boris : Nous travaillons avec des marques historiques, devenues au fil des années et partenaires majeurs.

Philippe : Pour le vélo de ville et randonnée électrique, nous travaillons avec Kalkhoff, Moustache et Vélo de Ville. Kalkhoff propose un véritable savoir-faire avec plus de 100 ans d’existence. Totalement précurseur sur la partie vélo à assistance électrique, elle collabore avec Bosch et Shimano et a été l’une des marques qui ont proposé une innovation majeure avec l’intégration powertube.

Boris : Pour ce qui est de Moustache, nous les avons suivis dès la saison 1. La marque vosgienne est rapidement devenue un des partenaires-clé dans le réseau Cyclable. Toujours innovante, cette marque est attentive à mêler fonctionnel et esthétique, en particulier avec la technologie Hidden power.

Philippe : Oui, entre Moustache et Cyclable, il y a une vraie synergie de valeurs et d’ADN : ces vélos sont conçus par usage et d’ailleurs sont nommés avec les jours de la semaine. Ils ont fait le choix d’utiliser exclusivement la motorisation Bosch qui couvre vélo de ville, VTC et trekking. La marque Vélo de Ville, au contraire, a choisi de travailler avec Bosch et Shimano. Nous avons choisi de référencer VDV car cette marque répond aux besoins et exigences de nos clients sur des besoins très spécifiques que l’on ne peut pas retrouver sur des vélos de série.

Boris : L’électrique n’a pas fini son développement ; on le voit notamment en comparant les chiffres des ventes en France et celles d’autres pays comme l’Allemagne ou la Belgique. Mais l’essentiel, c’est que ce nouveau type de vélo a permis de faire (re-)découvrir la Bicyclette (avec un grand « B ») à certains. Et c’est cela qui nous motive chaque jour chez Cyclable : faire monter un cycliste sur un vélo pour que nos villes et nos campagnes soient plus douces à vivre.

Retour en haut de page