Le vélo comme outil de lutte contre la pauvreté

Le vélo comme outil de lutte contre la pauvreté

Cela fera bientôt deux ans que j'ai créé Weelz.fr. Deux ans à tenter de promouvoir le déplacement à vélo en ville, sous entendu : promouvoir l'arrêt (ou en tout cas la diminution) de l'utilisation de la voiture. Seulement voilà, dans notre petit confort occidentalisé, on en arrive parfois à oublier qu'ailleurs dans le monde, certains aimeraient déjà tout simplement pouvoir se déplacer.

Quand paradoxalement, des pays comme la Chine ou l'Inde délaisse totalement leur long passé cycliste pour succomber aux charmes de la sainte-voiture, les autres, ceux que l'on appelle les pays "en voie de développement" luttent chaque jour pour satisfaire des besoins beaucoup plus élémentaires.

Heureusement, des hommes et des femmes ont compris que l'un des premiers vecteurs de création d'une économie (et donc de richesses) résidait justement dans les déplacements et les transports, à la fois des marchandises et des hommes. Alors, elles ont vu dans le vélo le moyen à la fois le plus économique et le plus efficace de redonner de l'espoir à ces peuples. Voici donc présentées ci-dessous, des ONG ou autres associations caritatives, qui se battent au quotidien pour amener la petite reine aux plus démunis.

World Bicycle Relief

Probablement la plus grosse ONG œuvrant dans ce domaine. Derrière cette organisation se cache en fait Frederic KW Day, le co-fondateur de la marque SRAM. Il a fondé WBR en partenariat avec Trek, en 2005, à la suite du tsunami qui a ravagé l'océan indien en décembre 2004. WBR avait alors réussi à lever suffisamment de fonds pour fournir quelques 24000 vélos à la population des régions les plus touchées.

Spécialisée dans des programmes à grande-échelle, elle apporte la connaissance technique et les moyens logistiques pour former et approvisionner ces pays en voie de développement, tout en privilégiant au maximum la fabrication locale des différents composants. Le but étant que les populations locales apprennent et reproduisent le savoir-faire en terme de vélo des deux marques américaines.

Wheels 4 Life

"Donnez un vélo, changez une vie". Derrière ce slogan se cache une petite organisation fondée par un pionner du VTT : Hans Rey. D'origine allemande, Hans Rey a derrière lui une grande carrière dans le VTT extrême et a même été introduit dans le fameux MTB Hall of Fame.

Il a fondé Wheels4Life, association à but non-lucratif, en 2005 pour fournir des vélos à ceux qui en ont le plus besoin. Comme World Bicycle Relief, W4L privilégie la manufacture locale en achetant les vélos sur place. Afin d'investir au maximum, W4L assure que ses dépense administratives sont ramenées au minimum, et que 90 à 95% des fonds vont vers l'achat de vélo. Il semble même que Hans Rey paie de sa propre poche les différents frais de voyage. Il faut dire que W4L voyage énormément ! ; l'organisation est présente dans pas moins d'une vingtaine de pays (Guatemala, Mexique, Népal, Ouganda, Afghanistan...) !

Sur le même sujet  [Concours] Gagnez votre entrée pour le salon Vélo in Paris !

WorldBike

Un peu de la même manière que le World Bicycle Relief, c'est encore une société qui se cache derrière cette entité. WorldBike a été fondé par Ross Evans en partenariat avec Nate Byerley, le créateur de la marque de kit cargo bike, XtraCycle. Ross Evans était précédemment impliqué dans le projet Bike Not Bombs.

A l'origine, XtraCycle conçoit des kits pour transformer un vélo classique (hardtail en 650 ou 700) en cargo bike. L'idée de WorldBike est de pouvoir fournir un vélo bon marché et robuste, capable d'encaisser des charges élevées sur des terrains accidentés.

Grâce à un partenariat avec des agences internationales et locales, des entreprises privées, des fondations et des ONG, Worldbike aide à organiser le financement de micro-crédit pour les achats de vélos, tout en donnant de la formation aux populations locales afin qu'elle puisse entretenir elles-même leur parc vélo. WorldBike agit dans différents pays comme Cuba, le Mexique, le Rwanda, le Sénégal ou la Thaïlande.

Ben Bikes

Implantée à Cape Town en Afrique du Sud, Ben Bikes, contrairement aux organisations précédemment citées, n'a pas de vocation internationale. Il faut dire que dans les townships sud-africain, gangréné par la pauvreté et la misère, il y a déjà fort à faire ! En partenariat avec des acteurs locaux et internationaux, BEN tente de faciliter l'acheminement de vélo en provenance d'Europe, d'Asie ou d'Amérique vers l'Afrique du Sud.

A Cape Town, elle a recyclé d'anciens conteneurs à marchandises en ateliers vélo, fournissant ainsi une structure pour entretenir les vélos et surtout former les plus jeunes à la mécanique vélo. Et puisque ça ne s'arrête pas là, BEN pratique également l'éco-tourisme en proposant des visites des townships, avec une différence : Plutôt que de rouler dans un bus climatisé, les touristes voyagent à vélo, afin de renforcer leur interaction avec les communautés locales.

...

Voilà, peut-être que certains d'entre-vous connaissaient déjà ces organisations, peut-être même que quelques personnes parmi vous se sont déjà investie dans des ONG comme celles-ci. Si ce n'est pas le cas, j'espère que cet article vous aura donné envie de vous investir, physiquement ou financièrement, ou tout du moins d'essayer d'en savoir plus et surtout se dire que l'on trouvera toujours plus malheureux que nous sur cette bonne vieille Terre. 

Si toutefois vous connaissez d'autres organisations dont l'action traite du même sujet, n'hésitez-pas à nous en faire part (WorldBike fourni ici une liste très exhaustive).

Retour en haut de page
Fermer cette popup
Ne pars pas comme ça !
On a encore plein de choses à te montrer...

Ne rate rien des prochains articles en t'abonnant à la WeelzLetter ! ( Et parfois, tu peux même y gagner des cadeaux)