Le mal au cul - Ep. #2, de l'importance de la selle et son réglage

Le mal au cul – Ep. #2, de l’importance de la selle et son réglage

Dans la première partie de notre dossier "Mal au cul", nous vous parlions appuis, rougeurs, frictions et douleurs, c'était vraiment glamour.

Nous avons fait quelques constats: c'est un sujet universel, un enjeu de santé publique (n'ayons pas peur des grands mots), un frein au développement du vélo urbain.


Ndlr: Le syndrome du canal d'Alcock – ou névralgie pudendale – est lié à la compression chronique du nerf pudendal dans la fossette ischiorectale ou au niveau du ligament sacroépineux (fin de parenthèse médicale).

Aussi, nous avons constaté que certaines populations européennes (les Danois et Hollandais principalement) ne sont pas confrontées à ce problème. Et pourtant, ils auraient les mêmes fesses que nous. Il y a donc bien des solutions qui existent. Quelles sont-elles? comment font-ils? Tentatives de réponses...

En selle !

"Nous avons tous de très belles fesses, simplement parce qu'elles sont uniques"

L'épisode 2 sur le mal aux fesses à vélo va se pencher légitimement sur la selle. En revanche, on ne va pas vous faire un tour d'horizon des selles qui existent sur le marché, encore moins un comparatif.

Nous avons tous de très belles fesses simplement parce qu'elles sont uniques. Puisqu'elles sont uniques, elles sont précieuses. Etant uniques, tout comme vos itinéraires, vos attentes, chaque cas sera particulier.

Bref nous allons tenter de vous éclairer, vous donner des conseils basiques qui vous éviteront de vous précipiter bille en tête chez votre revendeur pour acheter une nouvelle selle. Même si, il se peut, que la solution soit celle-là en définitive.

"On voit souvent des cyclistes en ville qui pédalent avec les genoux aux oreilles"

La toute première chose à faire est donc de bien régler la hauteur de votre selle. On dit souvent que la bonne hauteur de selle est lorsque les deux pieds touchent par terre en étant sur la pointe des pieds.

On voit souvent des cyclistes en ville qui pédalent avec les genoux aux oreilles ou (moins souvent) la selle perchée dans les nuages. Comme évoqué déjà, commencez par ajuster la hauteur de la selle correctement. Les deux critères communément acceptés sont:

1/ Lorsque vous êtes bien assis sur votre selle, centré, sans décaler les hanches, lorsque votre pédale est au plus bas, votre jambe doit être à la limite d’être tendue. A la limite ne veut donc pas dire complètement tendue (trop tendue, vous passez votre genou en extension complète et ce n’est pas bon non plus).

2/ Lorsque vous êtes bien assis sur votre selle, centré, sans décaler les hanches, le bassin parallèle au sol, les deux pieds touchent le sol sur la pointe des pieds. Mais alors tout juste.

Notez que si vous roulez sur un Beach cruiser par exemple, au-delà de la classe indiscutable que vous devez avoir sur votre monture, ces paramètres de réglage de hauteur de selle ne s'appliquent pas.

Tout cela pour dire, qu'évidemment, d'un vélo à l'autre, le bon réglage de la hauteur de la selle ne sera pas le même. A vous de tester différents réglages

Notez également que naturellement on a tendance à régler sa hauteur de selle trop basse plutôt que trop haute. Suivez donc ces conseils, vous éviterez ainsi le mal au cul et accessoirement le mal aux genoux.

Une fois la hauteur* de selle bien réglée, il faut prendre soin de son épiderme. (* en vrai il faut aussi bien régler l’inclinaison de votre selle, la position horizontale est par défaut la meilleure. Il faut aussi bien régler l’alignement vertical de votre selle par rapport au pédalier, et oui le vélo c’est technique).

Hygiène et oignement

Une fois votre selle bien réglée, que faire ? Attention moments glamours en perspective.

Le premier conseil que je puisse donner est de l’ordre d’une hygiène impeccable. Cela peut paraître trivial de le dire mais effectivement pédaler avec les fesses propres est toujours une bonne idée.

Vous éviterez ainsi l’émergence ou prolifération de champignons et autres bactéries, causes de ces irritations. A destination, vous n’avez pas forcément une douche à disposition, dans ce cas, un rapide coup de lingette pour bébés est une bonne façon de remettre un petit coup de fraîcheur.

Ce n'est pas non plus indispensable! A chacun de juger en fonction de sa situation. (Ndlr: Conseils Zéro déchets de la rédaction : une boite hermétique dans lequel vous mettez tous les matins un gant de toilettes (propre) humide et légèrement savonné).

"Évitez aussi tout pantalon ou jupe-culotte qui aurait une énorme couture en plein milieu de votre entre-jambe"

Aussi je vous recommande d’enfiler un dessous antibactérien ou en coton. Cette matière naturelle est ce qui se fait de mieux depuis bien longtemps. Evitez aussi tout pantalon ou jupe-culotte qui aurait une énorme couture en plein milieu de votre entre-jambe. Les Jeans ont par exemple souvent ce défaut. Et sur la distance, on peut dire trivialement, que ça latte!

Sur le même sujet  Le mal au cul - Ep. #1, osons parler d'un problème cycliste universel

Si cela ne suffit pas, il existe des crèmes anti-irritations sur le marché, crèmes que vous trouverez chez un vélociste ou votre pharmacie. Ces crèmes sont d’une efficacité redoutable. Elles présentent quand même l’inconvénient de devoir s’oindre la partie concernée avant d’enfourcher votre vélo.

Mon secret beauté? j'aime bien la crème pour chamois Assos (qui existe pour femme aussi). mais je ne l'utilise que sur des sorties longues, celles qui durent plus de 3-4 heures.

C'est rarement donc pour aller au taf, je vous le concède. Au début de ma nouvelle vie, le matin je me talquais les fesses. (ne riez pas, ce qui est bon pour bébé est bon pour fessier).

Notez qu’il existe des crèmes pour homme, d’autres pour femme. Comme vous le savez nous ne sommes pas fait exactement pareil à ce niveau-là. Si vous optez pour ces produits, tentez de prendre la crème correspondant à votre genre.

Vous n’avez pas très envie de vous oindre discrètement ? Comme je vous comprends, cool, d’autres solutions existent. Ces solutions vont également améliorer le confort musculaire et en profondeur de votre séant.

Quelle selle choisir ?

Mais revenons sur la selle. Il y a, à peu près, autant de selles que de formes de popotins. Il y a donc forcément la selle qui vous convient. La forme, la souplesse, la matière, la longueur du bec, évidée en son centre, ou pas. Le propos ici n'est pas de vous dire quelle selle vous ira parfaitement, mais simplement de vous aider à comprendre et choisir

La bonne selle va dépendre de votre position sur le vélo. Si vous êtes sur un vélo de ville, avec le buste très droit vous aurez besoin d’une selle différente que celle qui vous conviendrait parfaitement sur un vélo de route.

On a naturellement tendance à croire que plus la selle est large et moelleuse et plus elle est confortable. C’est faux. Une selle trop large pourrait gêner le pédalage et accroître les irritations ou gêner vos adducteurs.

En revanche, c’est certain qu’une selle minimaliste pesant quelques grammes, fine comme une épée, dure comme du bois, solide comme de l'acier Valyrien sera une selle élitiste qu’il faudra éviter dans un premier temps.

Souvent, les cyclistes débutants, préfèrent se tourner vers la solution du sur-selle en gel. Inconsciemment, on se dit qu’une enveloppe de gel sur la selle ne peut que faire du bien.

ERREUR FATALE ! Ces gels, c'est de la merde aurait clamé Jean-Pierre Coffe. Et oui, cet accessoire est à bannir de vos options pour soulager vos fesses*.

Ce n'est pas la twitto @aupresdemaselle qui va me contredire. Elle a fait un super thread sur le sujet ou tout est dit! Retrouvez le ici :

La housse, aussi ajustée soit elle à la selle aura tendance à glisser de gauche à droite, d’avant en arrière. Qui dit glissement dit échauffement. Qui dit échauffement dit irritations. Dites-vous que si aucun cycliste professionnel ne se tourne vers cette solution, c’est qu’il y a bien une raison.

"vos fesses valent mieux que cela"

*si vous en avez un, que vous en êtes content, gardez le! Par contre si vous n'en avez pas, avant d'envisager cette solution, vraiment explorez d'autres options, vos fesses valent mieux que cela.

Vous me répondrez, à juste titre, que vous n’êtes pas Thomas Voeckler et que vous n’ambitionnez pas de rouler 35,000 km dans l’année. Je le conçois ! Il n'empêche.

Sachez en guise de conclusion sur cet épisode que le confort sur votre selle va grandement dépendre d'un ensemble de paramètres. Allant de la pression de vos pneus jusqu'à l'état de la route en passant par le choix du revêtement de votre selle.

Lorsqu'il s'agit de choisir The selle qui va vous accompagner sur le long cours, je crois que le meilleur conseil est d'aller chez un vélociste, avec son vélo, pour y prendre les bons conseils.

NDLR : Récemment, nous avons eu un coup de cœur pour la selle Brooks C17 Cambium Carved, cette version "percée" est bien plus confort que sa cousine non ajourée.

La Brooks C17 Cambium Carved

Et si votre budget ne vous permet pas la qualité anglaise (qui est made in Italy d'ailleurs), une valeur sûre, testée de longue date par votre leader de pignon préféré : la SDG Bel Air.

La SDG Bel Air, old school mais confort

Mais encore une fois, chaque popotin est différent... La suite au prochain épisode ! (relire l'épisode 1).

Crédits photos : Weelz.fr, Electra.

Retour en haut de page
Fermer cette popup
Ne pars pas comme ça !
On a encore plein de choses à te montrer...

Ne rate rien des prochains articles en t'abonnant à la WeelzLetter ! ( Et parfois, tu peux même y gagner des cadeaux)