Cancer : et si la solution était de se mettre au vélo

Cancer : et si la solution était de se mettre au vélo

Le vélo, un remède contre le cancer

"40% des cancers sont évitables." nous dit le professeur Thierry Philip¹. Aujourd'hui, Journée Mondiale de lutte contre le cancer, Emmanuel Macron présentait un plan de lutte et les enveloppes financières idoines. Parmi les causes de mortalité du cancer figurent en premier lieu l'alcool et le tabac, mais il y a aussi la pollution, la mauvaise alimentation ou encore le manque d'activité physique. Le président rêve d'une génération sans tabac d'ici à 2030. Et si finalement l'important était plutôt de souhaiter une génération à vélo ?

Le vélo, un remède contre le cancer

Rennes

Toutes les études scientifiques s'accordent à le dire : la pratique d'une activité physique est bonne pour la santé. Elle fait aussi reculer, voire disparaitre, le risque de maladies cardio-vasculaires, de diabète, d'infarctus ou d'AVC. Concernant le vélo, une étude de l'Université de Glasgow, parue en 2017, indiquait qu'une personne se rendant à son travail à vélo diminue de 45% son risque de développer un cancer. Une autre étude anglaise, de l'université de Cambridge parue en 2015, arrivait à la conclusion que l'inactivité tue deux fois plus que l'obésité.


Le vélo, c'est bon pour votre santé. Il contribue à un renforcement global du système immunitaire. La pratique quotidienne du vélo (se rendre au travail, faire ses courses, aller chercher ses enfants à l'école...) a des dizaines de bénéfices pour votre corps. Elle améliore la coordination, renforce le dos, les capacités pulmonaires, protège les articulations et bien sûr prévient les cancers. Une étude allemande stipulait que, pour une femme, environ 3h de trajet à vélo sur une semaine, faisait diminuer le risque de cancer du sein de 34%.

Pour les plus jeunes : Moins de tabac, moins d'alcool, mais plus de vélo!

"la solution ne serait elle pas tout d'abord dans la promotion d'une mobilité active"

Pour le tabagisme, "Si tous les jeunes de moins de 20 ans arrêtaient de fumer demain matin, la mortalité par cancer diminuerait de 40% dans les 50 ans qui viennent." précise le professeur Philip. Le Gouvernement, qui avait déjà acté les messages explicites sur les paquets de cigarettes en France, envisage également des avertissements plus visibles sur les bouteilles d'alcool.

Sur le même sujet  Politique cyclable : le vélo n'est pas que l'affaire des grandes villes

Du coté de l'Education Nationale, on a pu voir le ministre Jean-Michel Blanquer mouiller la chemise lors d'une séance de sport qui a bien fait rire les internautes. Lui et son équipe souhaitent promouvoir le sport à l'école. C'est certainement une bonne intention et un début pour lutter contre le tabagisme et l'inactivité des plus jeunes, et diminuer leur risque de cancer dans le futur.

Cela étant dit, la solution ne serait elle pas tout d'abord dans la promotion d'une mobilité active ? En 2020, l'automobile reste le premier choix des parents pour emmener leurs enfants à l'école, indique une étude IFOP. La prévention reste un excellent outil pour endiguer le tabagisme ou la consommation d'alcool et ainsi empêcher le développement de certains cancers. Encourager l'usage du vélo dès le plus jeune âge ne permettrait-il pas de lutter contre une autre forme de cancer qui ravage nos villes (et nos campagnes) : l'usage excessif de l'automobile.

Quant à ceux qui répondront que le vélo, c'est dangereux. C'est faux. Les bénéfices du vélo tant sanitaires, sociétaux qu'économiques - sont très largement supérieurs aux risques.

¹ Professeur Thierry Philip, président du directoire de l’Institut Curie.

Retour en haut de page