[Interview] Geovelo ou l'importance de la data au service des collectivités

[Interview] Geovelo ou l’importance de la data au service des collectivités

Un outil vélo primordial pour les communes

Récemment, nous vous parlions de l'un des leaders mondiaux du tracking GPS, à savoir Strava. L'entreprise américaine fournit un service aux sportifs du dimanche comme aux athlètes confirmés, en historisant leurs performances sur la carte. Mais Strava, c'est aussi un outil utilisé par de nombreux navetteurs à vélo à travers le monde. Sur la base de cette donnée urbaine anonymisée, la compagnie californienne proposait un service payant, baptisé Metro, à l'attention des municipalités. Outil qu'elle vient de mettre à disposition gratuitement il y a quelques semaines.

Parce qu'on aime bien le Made in France (et sûrement parce que l'on est un peu chauvin aussi¹), on s'est dit qu'il serait intéressant d'avoir le point de vue d'une société française - en l'occurrence Geovelo - qui, si elle ne se place pas du tout en concurrent direct de Strava, propose elle-aussi un outil au service des collectivités désireuses de mieux comprendre les flux de mobilité vélo sur leur territoire. Nous avons été leur poser quelques questions... Entretien avec Antoine Laporte-Weywada, directeur du Développement chez Geovelo.


Geovelo, un calculateur d'itinéraire vélo, mais pas que...

Weelz : Strava a récemment mis à dispo gratuitement son outil Metro, votre réaction ?

Antoine - Geovelo : L'outil proposé gratuitement par Strava vient conforter une tendance : il est aujourd'hui essentiel pour les collectivités de s'appuyer sur des informations concrètes pour mieux comprendre comment les cyclistes se déplacent, et ainsi analyser leurs besoins et leurs attentes. Chez Geovelo, nous sommes convaincus de cela depuis longtemps, et avons donc toujours travaillé de manière étroite avec les territoires qui nous font confiance pour pouvoir leur fournir ce type d'informations. Trois raisons ont motivé Strava à rendre gratuit leur outil d'analyse :

"il est aujourd'hui essentiel pour les collectivités de s'appuyer sur des informations concrètes"

  • Un intérêt grandissant des villes pour ce type de données, que nous avons nous aussi constaté depuis le déconfinement
  • Une situation économique confortable, portée intégralement par les larges revenus dégagés par leur communauté d'utilisateurs payants
  • Une difficulté à monétiser l’outil Strava Metro auprès des villes (ce qui était initialement le plan), du fait du caractère sportif / expert des utilisateurs Strava, donnant un biais significatifs aux données de déplacements remontées.

En quoi votre service est différenciant ?

De la même manière que Strava n'est pas une alternative directe à Geovelo, nous ne voyons pas nécessairement Strava Metro comme un concurrent. Ce lancement vient plutôt conforter notre stratégie de déploiement de notre observatoire de la mobilité vélo, qui, grâce à notre positionnement grand public, offre une représentation bien plus fidèle des différentes typologies de cyclistes coexistant sur les pistes cyclables. En effet, là où la communauté Geovelo rassemble, entre autres, cyclotouristes, cyclistes occasionnels et vélotafeurs confirmés, Strava attire plutôt des cyclistes chevronnés, souvent axés sur la performance, dont le comportement reste la plupart du temps spécifique.

De plus, historiquement, nous avons toujours travaillé avec les collectivités, d'abord sur les sujets de cartographie des aménagements cyclables, maintenant sur ces outils d'analyse de données. Loin d'être hors-sol, notre outil est ainsi co-développé avec l'IFPEN, laboratoire de recherche public sous tutelle du Ministère de la Transition écologique, et a remporté un concours de la BPI et de l'ADEME qui va permettre une partie de son financement. Encore régulièrement, nous échangeons avec les villes pour imaginer de nouvelles fonctionnalités, dont, pour la plupart, n'est pas doté Strava Metro.

Sur le même sujet  Gino Bartali, juste héros vélo malgré lui

Pour le particulier, Geovelo est un calculateur d'itinéraire vélo gratuit. Quelles sont vos autres cibles ?

Geovelo propose aussi une cartographie des grands itinéraires vélotouristiques comme la Viarhôna, la Vélodyssée ou la Vélomaritime

La principale fonctionnalité de Geovelo reste le calculateur d'itinéraire vélo, disponible gratuitement sur l'application et le site Internet. En parallèle, nous avons développé de nombreuses autres fonctionnalités permettant de répondre à d'autres besoins des cyclistes (localisation des parkings et des services, référencement de multiples parcours touristiques, suivi de ses statistiques personnelles, alertes météo, etc.).

"le business model de Geovelo repose sur les services que nous rendons aux collectivités"

En parallèle, le business model de Geovelo repose sur les services que nous rendons aux collectivités, en partie évoqués précédemment. Outre l'outil d'analyse, notre intervention passe donc aussi par la cartographie des aménagements cyclables en Open Data (sur OpenStreetMap) et par des actions de communication et de visibilité diverses. Notre API permet aussi de proposer notre calculateur d'itinéraires en marque blanche, que nous vendons à différents services (des portails multimodaux tels que ViaNavigo en Ile-de-France, ou des applis spécialisées telles que Vélib, Vélo'v, ou encore Veligo).

Pourquoi les collectivités ont un intérêt à mieux comprendre et organiser les flux de mobilité sur leur territoire ?

"C'est l'avantage même de la mobilité vélo qui en fait l'argument principal de ses pires adversaires : elle est fluide, rapide, et peu encombrante"

Il est facile de se rendre compte de la saturation d'une ligne de transports en commun, ou d'un périphérique. Les bouchons ou les déconvenues causés aux passagers sont alors criants, et parlent d'eux-mêmes. Mais ces révélateurs n'existent pas ou peu pour le vélo. Une piste cyclable pourra être facilement décriée par ses détracteurs dès lors qu'on arrivera à capter un instantané montrant qu'elle est vide. C'est l'avantage même de la mobilité vélo qui en fait l'argument principal de ses pires adversaires : elle est fluide, rapide, et peu encombrante, et donc difficilement visible.

Les données de mobilité peuvent permettre de quantifier ces déplacements. Là où elles ont, depuis les années 90, été de plus en plus été utilisées pour appuyer et justifier le développement des réseaux routiers et des transports en commun, le vélo est resté le parent pauvre. Sans données de déplacements représentatives, il est impossible de mieux comprendre les modèles en jeu : origine / destination, distances moyennes parcourues, fréquence des déplacements, etc. Tous ces indicateurs permettent une meilleure compréhension de l'articulation des différents modes, et donc de pouvoir mieux planifier, mais aussi justifier, la création d'aménagements dédiés.

Quelle est le rôle des communautés Geovelo ?

Depuis fin 2019, nous déployons dans certaines villes des communautés qui rassemblent tous les utilisateurs d'un même territoire. Le but est de contribuer à la dynamique croissante autour de la pratique du vélo, avec des statistiques d'activité locales qui viennent compléter les données des compteurs, ou encore des challenges d’activité réguliers pour inciter à la pratique du vélo et récompenser les contributeurs les plus actifs. Ces communautés et ces challenges rencontrent un bon succès sur les réseaux sociaux, et nous avons d'ailleurs récemment lancé une consultation mensuelle auprès de nos utilisateurs pour élire la communauté à créer chaque mois.

Ce fonctionnement des communautés et des challenges est aussi ce que nous commençons à proposer aux vélotafeurs, aux entreprises et aux associations. Via une simple demande sur notre site Internet, ils peuvent disposer gratuitement d'un espace à leurs couleurs au sein de Geovelo, qui sera animé par des statistiques partagées et des challenges d’activité réguliers.

Propos recueillis le 20 octobre 2020.
Pour en savoir plus : Geovelo.fr

¹ En plus les gars de GEOVELO sont de Tours. L'Ouest, la crème...

Retour en haut de page