Innovation : Un cadre de vélo à base de fibres de quinoa

Innovation : Un cadre de vélo à base de fibres de quinoa

EDIT : C'était évidemment un poisson d'Avril¹ 😉👍🏼🎣🐟🐟🐟

Mickaël Willdenow, CEO de la société Chenopodium, est fier de son innovation. Il nous a présenté cette semaine le fruit de huit ans de travail de recherche en ingénierie : Un cadre de vélo intégralement réalisé à base de fibres de quinoa. On vous en dit plus sur ce qui pourrait bien révolutionner l'industrie cycliste ces prochaines années. Pour des raisons de confidentialité industrielle, nous n'avons pas été autorisé à prendre des photos du produit.


"Le quinoa, c'est bon pour le cycliste comme pour son vélo"

L'histoire de la société Chenopodium commence par un bol de quinoa renversé

Cultivée depuis plus de 5000 ans sur les hauts plateaux andins d'Amérique du Sud, le quinoa est une espèce de plantes herbacées. Elle est reconnue pour ses vertus nutritives depuis les années 70. C'est en l'étudiant dans son laboratoire de Saint-Just-Le-Martel, près de Limoges, que le jeune ingénieur fait une découverte majeure : la fibre de ce pseudo-céréales présente des caractéristiques proches du carbone. Le point de départ de cette découverte se fait par sérendipité : "Je m’apprêtais à manger mon bol de quinoa juste avant de partir à vélo au laboratoire. C'est alors que je l'ai renversé sur la plaque de cuisson. J'ai constaté que l’agglomérat généré était la fois souple et très rigide. En chemin, l'idée m'est venu d'exploiter cette caractéristique peu connue de l'herbacée."

L'équipe de scientifiques de Chenopodium en plein travail

Au bout de trois années de R&D, les premiers tubes en fibres de quinoa voient le jour. Mais le prototype est encore loin. "Il a fallu aller convaincre les investisseurs, qui bien souvent votent plutôt à droite" nous confie Mickaël. Mais sa persévérance aura payé. Entouré d'une petite équipe de scientifiques et d'ingénieurs spécialisés dans le vélo, la jeune start-up présente son premier cadre de vélo en fibres de quinoa en avril 2021. "Le quinoa, c'est bon pour le cycliste comme pour son vélo" nous indique Mickaël, non sans esquisser un large sourire. Il renchérit : "Et puis l'avantage, c'est que c'est un cadre 100% écolo-vegan friendly".

Mickaël Willdenow, CEO de la société Chenopodium

Présenté l'année dernière au salon Eurobike à Friedrichshafen, l'innovation quinoesque de Mickaël a rencontré un certain succès. "Les retours des premiers beta-testeurs sont enthousiastes. La géométrie du produit leur convient, dans un usage utilitaire, notamment pour ramener les légumes de la Biocoop. Avant, ils s'y rendaient en SUV hybride, maintenant, nos futurs clients pourront y aller en utilisant un véhicule bio" insiste-t-il.

Sur le même sujet  [Lecture] Pourquoi pas le vélo ? - Stein Van Oosteren ou la vélorution à portée de tous

Techniquement, les tubes en quinoa sont préparés dans des moules spécifiques, puis chauffés à une certaine température (nous n'en saurons pas plus). Ensuite, vient l'étape de l'assemblage. "La jonction des tubes est réalisée à partir d'un mélange d'algues Wakamé et de fibres d'amande. C'est très résistant." précise le jeune CEO.

Le quinoa, une opportunité de marché

Mais la production de ce cadre n'est pas sans présenter des problèmes : "On se heurte surtout à la pénurie de quinoa actuellement. Avec la tendance écolo, il y a de plus en plus de bobos dans les centres-ville. A cause d'eux, les réserves s'épuisent vite. Et la production ne suit pas". La volonté de Mickaël est en effet de s'approvisionner en local et en circuit court. Une problématique qui s’avère tout autant une opportunité pour les équipes de Chenopodium : "Paradoxalement, cela nous permet une pénétration rapide du marché, car tous ces écolos au régime quinoa roulent aussi à vélo. Ce sont donc pour nous des clients potentiels." s'exclame Mickaël.

La commercialisation de ce nouveau cadre de vélo 100% quinoa devrait être lancée d'ici le second semestre 2022. Nous avons déjà réservé notre modèle de test. Nous prévoyons notamment un reportage en itinérance bikepacking dans la Creuse. Au moins, si nous nous perdons sans rien à manger, on pourra toujours faire cuire notre cadre. Ça c'est de l'innovation écolo ! En attendant d'en savoir plus, vous pouvez aller lire notre grand dossier sur le quinoa.

¹ Un poisson d'avril, certes, mais un poisson d'avril documenté tout de même. Sachez que le nom de la société Chenopodium vient du nom latin du quinoa (Chenopodium quinoa). Quant au nom de famille de Mickael, Willdenow, il provient du nom de Carl Ludwig Willdenow, un botaniste allemand qui fut le premier à étudier et décrire cette plante importée d'Amérique du Sud par les explorateurs Alexander von Humboldt et Aimé Bonpland.

Et si vous avez encore un peu de temps, vous pouvez encore aller lire nos anciens poissons d'avril :
-> Europe, bientôt un permis de conduire cycliste
-> Gouvernement: Les déplacements officiels désormais obligatoires à vélo
-> Les pistes cyclables désormais autorisées au stationnement automobile
-> Casque vélo, il sera obligatoire en 2017

Retour en haut de page