Guillaume Gouffier-Cha : Industrie du cycle en France, valoriser la filière vélo

Guillaume Gouffier-Cha : Industrie du cycle en France, valoriser la filière vélo

La mission du député Guillaume Gouffier-Cha

Il existe aujourd'hui le "Monsieur Vélo" entre les ministères¹. Il faudra désormais compter sur le "Député Vélo". Le Gouvernement vient de confier une mission parlementaire au député LREM du Val-de-Marne², M. Guillaume Gouffier-Cha. Il a l'ambitieuse tâche de faire un état des lieux de l'industrie vélo en France. Nous sommes allés l'interroger sur ses motivations et ses doutes.

Un député convaincu par le vélo (et sa filière)

Guillaume Gouffier-Cha, un député à vélo
L'ambition de M. le député, nous mettre tous dans le même panier ?

Juste avant notre entretien, la directrice du cabinet de Guillaume Gouffier-Cha, Florence Gall, strasbourgeoise et vélotafeuse convaincue (et fidèle lectrice semble-t-il), nous indiquait que le député allait avoir un peu de retard, car, "Il doit se rendre du ministère de l'Intérieur jusqu'à la Santé, et il est à vélo." (pourtant on le sait, on n'est jamais en retard à vélo).


De son propre aveu, le député nous livre que c'est justement sa directrice de cabinet qui l'a décidé à passer au vélo utilitaire. Pourtant, cet ancien adepte des transports en commun, voue une véritable passion pour le vélo depuis sa jeunesse, époque où il pratiquait le cyclisme en club. "Je suis un passionné de vélo. Je rêvais de gagner le Tour." Vélo de route mais aussi VTT, le député Guillaume Gouffier-Cha reste un cyclosportif assidu, dans son fief francilien ou sa Bretagne familiale.

"J'ai découvert le vélotaf en 2017, lorsque j'ai débuté ma mandature." nous confie Guillaume Gouffier-Cha. "Depuis, j’effectue l'intégralité de mes déplacements personnels et professionnels à vélo dans ma circonscription. Aussi dans Paris, pour la facilité de déplacement entre les différents ministères." Il est également le président du Club des élus.es nationaux pour le vélo (l'ex Club des parlementaires pour le vélo lancé en 2012). Guillaume Gouffier-Cha nous souffle que le parking vélo de l'Assemblée est de plus en plus utilisé. Le député vante "la ville du quart d'heure". Paris, ville dans laquelle ses missions le mène, demeure en effet un territoire dense en population mais peu étalée, que l'on traverse aisément à vélo.

Donner de la visibilité à une industrie vélo déjà présente en France

Filière vélo en France (Cycleurope)
Chez Cycleurope

Ainsi, Guillaume Gouffier-Cha vient de se voir confier par le ministère de la transition écologique une mission sur l’industrie du vélo en France. Cette mission parlementaire s'inscrit dans la continuité du Plan vélo et mobilités actives, initié par Élisabeth Borne, alors ministre de la Transition écologique et solidaire, puis repris par sa remplaçante, Barbara Pompili, avec l'aide de Jean-Baptiste Djebbari, ministre chargé des Transports.

Avec la participation de Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’Industrie, l'objectif de cette mission est de "développer une réelle industrie du vélo en France". Le gouvernement fait le constat de l'incroyable engouement du vélo comme moyen de déplacement en France (+30% de trafic en 2020 vs 2019 - Multiplication par 5 en 5 ans des ventes de vélo électrique - +30% d’aménagements cyclables sécurisés depuis 2017, selon les chiffres donnés par le gouvernement). Mais l'état constate également que "l’essor du marché du vélo en France ne bénéficie pas encore pleinement à son industrie.".

Développer une réelle industrie du vélo en France, autrement dit, parvenir à relocaliser la fabrication des vélos dans l'hexagone ? Lorsque l'on demande à Guillaume Gouffier-Cha si ce n'est pas un peu utopiste comme projet, il confirme. Il demeure conscient de notre dépendance aux grands faiseurs asiatiques. "Je pense qu'il y a des choses qu'on ne fera pas revenir." Le but sa mission est plutôt de donner de la visibilité à une filière vélo déjà présente sur notre territoire, et faire un état des lieux des forces et faiblesses de cette industrie vélo en France. "On a beaucoup d'acteurs qui peuvent paraitre dispersés. On a une impression d'invisibilité de la filière vélo française, qui n'est pas structurée."

L’État doit envoyer un message à la filière vélo

"Au regard des entreprises et des savoirs-faire que l'on a en France, on peut devenir un très grand acteur économique du vélo, voire même le grand acteur européen."

Lorsque je précise à Guillaume Gouffier-Cha qu'aujourd'hui, c'est le Portugal qui s'est positionné comme le premier producteur européen de vélo (particulièrement grâce aux règles antidumping), le député me rétorque que le Portugal fabrique principalement pour les autres. La grande majorité de la production cycle portugaise, notamment celle de la vallée d'Agueda près de Porto, est exportée. Notre avantage, selon le député, est que nous pouvons produire français pour des usagers français. "Il y a le vélo sport - route ou VTT, mais aussi le cyclotourisme, qui a une marge de développement extraordinaire, sans oublier le vélo du quotidien, en pleine expansion. Nous avons une palette très large d'usages."

"Au regard des entreprises et des savoirs-faire que l'on a en France, on peut devenir un très grand acteur économique du vélo, voire même le grand acteur européen." Pour Guillaume Gouffier-Cha, l’État doit continuer sur sa dynamique de promotion de l'usage du vélo, mais ne doit pas perdre de vue les enjeux économiques majeurs de ce marché. "L’intérêt de cette mission est de voir les secteurs sur lesquels on peut se positionner fortement. Je pense notamment au vélo à assistance électrique, mais aussi la cyclo-logistique, la connectique embarquée et même le vélo artisanal." renchérit-il.

Innovation et nouveaux acteurs de la mobilité

Florence Gall et Guillaume Gouffier-Cha avec Denis Briscadieu (Cyclelab) discutent de l'industrie du vélo en France
Florence Gall et Guillaume Gouffier-Cha avec Denis Briscadieu (Cyclelab)

En guise de pré-démarrage de sa mission parlementaire, le député du Val-de-Marne a déjà réalisé un Tour de France (lui qui en rêvait) cet été avec le Club des Villes et Territoires Cyclables. Il est allé à la rencontre des acteurs de la filière vélo française. Il a pu se rendre entre autres à Romilly-sur-Seine chez Cycleurope, à Thaon-les-Vosges chez Moustache Bikes, à La Roche-sur-Yon chez Arcade Cycles ou encore à Machecoul chez MFC.

Le 30 septembre dernier, il était à L'Isle Jourdain dans le Gers pour discuter avec Denis Briscadieu, président du groupe Cyclelab et du cluster vélo d’Occitanie, Vélo Vallée. "Je crois beaucoup en cette logique de cluster. Il faut qu'il y ait une proximité entre les acteurs qui fabriquent des vélos et ceux qui innovent." Nous ajoutons que cette organisation en cluster (ou pôle) existe déjà également sur le territoire Rhône-Alpes, avec le cluster Mad, évoqué dans nos colonnes il y a quelques mois.

Guillaume Gouffier-Cha est de ceux qui pensent que l'innovation va continuer de faire avancer ce secteur. "Au-delà du domaine vélo, l'innovation technologique vient aussi de nouveaux acteurs qui investissent dans la mobilité, arrivant du secteur automobile et même aéronautique." Le député pense notamment à Valéo (cf notre test du moteur Valeo), nouveau venu sur ce marché et qui entend venir concurrencer des mastodontes tels que Bosch (Allemand) ou Shimano (Japonais). Il mentionne aussi l'importance de la data, avec des services français comme Geovelo.

Le député Guillaume Gouffier-Cha est parti pour trois mois de travaux pour cette mission parlementaire, avec l'aide des acteurs institutionnels du vélo en France. La FUB bien sûr, en la personne d'Olivier Schneider, mais aussi Jérôme Valentin de l'Union Sports et Cycle ou Patrick Guinard de l'APIC. "L'idée n'est pas d'arriver avec des réponses toutes faites. L'objectif est d'établir un rapport et un ensemble de préconisations. Il y aura je pense un très grand nombre de questions qui seront soulevées tout au long de la mission." conclut-il.

Propos recueillis le 1er octobre 2021.


¹ Le poste de "Monsieur Vélo" (ou Madame Vélo) a été institué en 2006. Le coordonnateur interministériel pour le développement de l’usage du vélo (titre officiel) revient à Thierry du Crest aujourd'hui. Il succède à Hubert Peigné, Dominique Lebrun et Sylvie Banoun.

² Guillaume Gouffier-Cha est le député de la circonscription Vincennes - Fontenay-sous-Bois - Saint-Mandé.

Retour en haut de page