Forfait Mobilités Durables :

Forfait Mobilités Durables : « le vélo apparaît comme un incontournable »

Le Ministère de la Transition Écologique nous fait parvenir les résultats de son baromètre concernant la mise en place du Forfait Mobilités Durables. Si celui-ci reste malheureusement facultatif pour les employeurs, il apparait, selon France Mobilités, que ce Forfait Mobilités Durables "se fait une place dans les politiques de mobilité des entreprises". Surtout, le vélo apparait comme le mode de transport incontournable. Détails dans la suite de cet article.

Forfait Mobilités Durables, un dispositif pour vaincre l'autosolisme

Le forfait mobilités durables est venu remplacer l'indemnité kilométrique vélo (voir nos article ici et ). Ce dispositif, qui a vu le jour dans le cadre de la LOM, le projet de Loi d'orientation des Mobilités initié en 2017, ne vise plus uniquement le vélo mais, comme son nom l'indique, l'ensemble des mobilités alternative à la voiture individuelle (et combattre l'autosolisme) : covoiturage, transports en commun, EDPM, autopartage...etc.


Il est entré en vigueur le 9 mai 2020 (décret n° 2020-541), soit deux mois plus tôt que le calendrier initial ; pour faire face au boom du vélo post déconfinement. Le forfait mobilités durables est géré par le Ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des Territoires et l’ADEME, avec le soutien de France Mobilités, et piloté par Via ID et Ekodev.

Forfait Mobilités Durables, un déploiement en hausse dans un contexte de hausse du tarif des carburants

Pour cette étude, l'ADEME et France Mobilités ont interrogé 823 organisations (dont 72% du secteur privée). Une seconde édition du baromètre Forfait Mobilités Durables, permettant "de dresser un état des lieux du déploiement du FMD chez les employeurs français et d'identifier les freins et leviers d’action favorisant son déploiement".

Si il semble désormais mieux connu par les entreprises depuis 2020, le dispositif n'est encore que peu déployé. Dans le secteur privé, seuls 38% des sociétés l'ont mis en place pour leurs collaborateurs, soit 2 employeurs sur 5. C'est toutefois une hausse significative - 12% - par rapport à 2021. Au delà d'une incitation à un transport alternatif à la voiture individuelle - principale motivation des entreprises - la mise en place du forfait mobilités durables permet, selon les répondants, de contribuer à la marque employeur (exemplarité de l'entreprise) mais surtout de répondre aux attentes des salariés. "Des motivations encore plus marquées cette année par un contexte de hausse des prix des carburants" nous indique le ministère.

Sur le même sujet  [Vidéo] Bikepacking et packraft avec le nouveau Kona Sutra 2022

Forfait Mobilités Durables, le vélo plébiscité à 93%

"Le vélo apparaît ainsi comme un incontournable. Le baromètre montre qu’il est plébiscité dans tous les types de territoires, aussi bien urbains que ruraux"

L'étude montre que le forfait mobilités durable sert à accompagner les salariés vers l'usage du vélo. 93% des employeurs interrogés l'ont déployé pour ce moyen de transport (56% pour le covoiturage) au niveau national, tout territoires confondus. Selon le baromètre : "Le vélo apparaît ainsi comme un incontournable. Le baromètre montre qu’il est plébiscité dans tous les types de territoires, aussi bien urbains que ruraux". Toutefois, en milieu rural, le covoiturage reste le mode de transport alternatif le plus usité (74%), par rapport aux zones urbaines et périurbaines (50%).

Le principal frein au déploiement de ce forfait mobilités durables ? Pour 40% des répondants, l'enveloppe budgétaire. L'employeur prend en effet à sa charge 50% du montant de ce forfait, généralement plafonné à 400€ par an. Les autres freins à la mise en place du forfait mobilités durables sont le manque de compréhension du dispositif et la difficulté à collecter les preuves¹.

Parfois ces trois freins sont à parts égales pour l'employeur (budget, clarté et collecte des preuves). Il apparait que c'est aussi la direction de l'entreprise qui peut parfois bloquer ce déploiement. Toutefois, ils étaient 32% à souligner ce blocage en 2021 ; ils ne sot plus que 19% en 2022. Preuve que les entreprises semblent voir un intérêt dans un tel dispositif.

Pour conclure, l'étude précise qu'il existe d'autres dispositifs permettant aux employeurs "de s’inscrire durablement dans une transformation en profondeur des mobilités au travail" - bonus écologique², prime à la conversion, ou encore le programme Objectif Employeur pro-vélo "ayant pour but de créer une réelle culture du vélo en entreprise". Le communiqué complet est disponible juste ici, et l'infographie réalisée sur la base des résultats juste là.

¹ Le salarié doit fournir une attestation sur l'honneur prouvant qu'il utilise bien un transport alternatif à sa voiture personnelle.
² En fouillant dans les archives de Weelz!, en 2008 on vous parlait déjà d'un bonus écologique!

Retour en haut de page