FLYER, c'est l'histoire d'un vélo électrique suisse...

FLYER, c’est l’histoire d’un vélo électrique suisse…

Les vélos suisses ne sont pas petits

Dans ce billet, nous allons vous présenter une marque Suisse qui commence à s'imposer sur le marché du vélo à assistance électrique. Flyer, c'est le nom de la marque. Et avant de plonger dans le cœur du sujet, comme souvent, autorisez nous quelques digressions.

Un vélo électrique FLYER, pour voler ?

Pour voler, ou avoir la sensation de voler, il y a plein d'artifices, plus ou moins légaux, plus ou moins accessibles. Nous balayons d'un revers de la main les artifices illégaux en France. Nous ne sommes pas aux Pays-Bas. Comme nous n'avons pas tous hyper envie d'aller chercher un cluster du Covid-19 sur un bateau de Costa Croisière, nous sommes très nombreux et nombreuses à nous être tourné vers le vélo. Sans les mains, sans casque, avec les yeux ouverts, pédalez, inspirez à plein poumon et hurlez: "I'm flying Jack !". Vous verrez ça fonctionne.

"I'm Flying Jack !" Jack fait voler Rose, c'était en 1912 sur la proue du Titanic.
Rose vole et elle l'annonce fièrement.

Un FLYER pour aller danser ?

"FLYER , c'est aussi une marque de vélos suisses (ou une marque suisse de vélos, ça fonctionne aussi)"

Ce billet n'est pas une invitation à une soirée des Daft Punk. Il fut un temps, pas si lointain, nous recevions des flyers. Un sésame pour avoir le droit de rentrer dans cette belle boite de nuit, à la programmation électrique et éclectique. Le dernier flyer que nous avons eu entre les mains, c'était il y a bien longtemps... Vivement que les bars et discothèques ouvrent à nouveau!

C'était du côté de Lyon. Et ça s'est passé comme prévu.

Un vélo électrique FLYER, pour rouler ?

Bingo ! FLYER, c'est aussi une marque de vélos électriques suisses (ou une marque suisse de vélos électriques, ça fonctionne aussi). Une marque qui commence à être de mieux en mieux distribuée en France et qui nous interpelle à plus d'un titre, quand on s'y intéresse d'un peu plus près.

Son origine, la Suisse

Bah oui, nous avons forcément l'esprit chauvin et ici, nous nous intéressons de près au Made In France. Non pas parce que nous avons la prétention de croire que ce qui est fait en France est forcément mieux, mais juste parce qu'il y a une belle industrie du cycle française. Nous en parlions ici ou il n'y a pas si longtemps. Cependant s'intéresser à la production française ne doit pas nous faire oublier qu'il est intéressant d'aller voir ce que le marché a, à proposer, par ailleurs.

Dans notre esprit, notre imaginaire, la Suisse, c'est une jolie destination pour pratiquer le vélo tourisme. Dans notre imaginaire, mais aussi en vrai. Nous n'étions pas si loin lors de notre périple bikepacking dans les Montagnes du Jura.

FLYER fait salon

Notre imaginaire toujours, la Suisse, n'est pas véritablement un nid douillet pour accueillir les vélotaffeurs et vélotaffeuses. La Suisse, ce pays des banquiers et horlogers, ne serait donc pas adapté pour pédaler au quotidien? En plus la Suisse, ce n'est pas exactement le plat pays. Nous avions notamment lu et mentionné cet ouvrage "Au travail à vélo, la pratique utilitaire de la bicyclette en Suisse" Par Patrick Rerat, Gianluigi Giacomel et Antonio Martin. Paru aux Editions ALPHIL.

On y apprenait, comme en France ou à peu près, qu'en Suisse, 60% des déplacements ne dépassent pas 5 kilomètres. Soit, si on est un petit peu réaliste, la part modale du vélo pourrait frôler les 60%... on en est loin. Cet ouvrage universitaire analyse un programme mise en place dans le pays, Mai à vélo. Vous l'aurez deviné, au profit du printemps, les pouvoirs publics accompagnés par les entreprises mettent en place un dispositif global pour encourager les Suisses à pédaler pour aller au boulot.

Enfin, on entend souvent que la production de cycles en France n'est pas une chose aisée à cause du coût élevé de la main d'œuvre. La Suisse n'est pas véritablement connue pour sa main d'œuvre bon marché, même si, d'une part nous ne sommes pas spécialistes de la question, d'autre part, le coût élevé de la main d'œuvre n'est pas la même chose que le coût du travail. L'imposition des entreprises Helvètes semble être plus douce que l'imposition en France. Il n'empêche qu'une marque Suisse qui propose des vélos Made in Suisse attisent forcément notre curiosité. Peut-être parce qu'il y a la précision Suisse qui trotte quelque part dans notre tête.

Sur le même sujet  Un vélo électrique Mad in France [Calendrier de l'avent vélo 2020]

La curiosité n'est pas un vilain défaut

Motorisation Panasonic

FLYER ne propose que des vélos électriques. Certains sont des speedbikes (la législation Suisse est plus souple que la législation française), d'autres sont des VAE classiques. Cette marque nous intéresse parce qu'elle propose, sur une partie* de sa production, une motorisation méconnue en France : les moteurs et systèmes électriques Panasonic. A notre connaissance seules quatre marques de vélos ont fait le choix de cette motorisation, trois avec une histoire germanique, une slovaque. (* l'autre équipementier est la marque Bosch)

Une offre finalement peu ou pas présente sur le marché français. Il nous semble toujours intéressant de sortir du triptyque des marques de motorisations que l'on peut trouver en majorité sur le marché, à savoir Bosch, Yamaha et Shimano. Sortir de ce triptyque, nous venons de le faire en nous intéressant à la proposition de Valeo il y a peu. Pour aller plus loin dans la motorisation Panasonic, nous comprenons que FLYER a développé son système et logiciel en propre avec le FIT.

Un moteur Panasonic, en 1979

Histoire

FLYER affiche un quart de siècle au compteur. Elle emploie plus de 200 personnes et son site de production à Huttwil (proche de Berne) est capable de sortir jusqu'à 6000 vélos par mois. Aussi, une marque qui se crée dans un fond de garage, avec un bricoleur passionné qui a envie d'électrifier lui-même son vélo pour faciliter ses trajets du quotidien, ça nous rappelle quelques belles success stories.

Ici le premier proto FLYER c'était en 1993.

Jetez un coup d'œil sur la vidéo de présentation de l'entreprise ci-dessous. En quelques minutes, une démonstration de la qualité Suisse et le fameux humour Suisse aussi. (et nous on aime bien l'humour Suisse, clairement sous-coté). On apprend aussi que le site de production de FLYER est un pôle d'attraction touristique de la région : plus de 10,000 visiteurs par an (hors situation de pandémie).

"Ja, das ist FLYER"

Son savoir-faire

Les bureaux de FLYER à Huttwil

On ne parle pas beaucoup et pas souvent de VTT sur Weelz! On ne peut pas tout faire. Même si un VTT, par essence, lui, peut tout faire. Il peut s'avérer être une super solution pour se déplacer à vélo au quotidien, pour partir en randonnée aussi. Chez FLYER, ils ont 4 grandes familles de produits: Mountain, Crossover, Tour et Urban.

Dans la catégorie Mountain, dessinée spécialement pour explorer les Alpes (Suisses), en Janvier 2021, la marque remporte le Design & Innovation Award 2021 pour leur vélo Uproc 6. (Une reconnaissance d'un savoir-faire des pairs dans l'industrie, c'est au vélo ce que le César est au cinéma français, les polémiques en moins). En allant fouiner sur le site de FLYER, d'autres vélos nous font de l'œil. Le Upstreet 2 par exemple, pliant, à souhait. Ou encore le Tandem, qui ne doit pas être loin de proposer la courroie la plus longue du marché.

Je vais peut-être me remettre au VTT moi tout compte fait ! le Uproc 6.

Un test bientôt, à venir

En Suisse, l'herbe est plus verte

Nous saisissons l'occasion du référencement de la marque chez nos copains de Holland Bikes, pour les solliciter et faire, bientôt, un test d'un produit de la gamme. Histoire de vérifier par nous même si :

👉 La qualité Suisse s'applique-t-elle aussi dans le monde du vélo ?
👉 L'humour Suisse est-il vraiment sous-coté ?
👉 Panasonic, cette motorisation, elle vaut quoi ?

On en profitera aussi, pendant ce test, d'identifier si l'aspect costaud, rassurant et solide de cette production visible à l'œil est avérée dans les faits. D'ailleurs en fouinant sur le site de la marque FLYER propose des poids garantis totaux au-delà de ce que l'on peut retrouver, avec par exemple 180 kg pour les Gotour3 !

Au milieu des années 90. FLYER était une marque de hip-Hop ?

En attendant que nous fassions un test et que nous disions ce que nous en pensons vous pouvez déjà jeter un coup d'œil sur les différents produits de la marque et pourquoi pas commencer à vous projeter au guidon de l'un de ces vélos. Vous pouvez aussi en commentaire de ce billet nous dire si vous êtes un propriétaire d'un vélo FLYER tout ce que vous en pensez à l'usage. Parce qu'évidemment, votre avis nous intéresse. Pour flâner sur le showroom en ligne de FLYER, tout est là :

➡️ Flyer-bikes.com/fr

Retour en haut de page