Fiasco Vélib à Paris : Smovengo dévoile un plan d'urgence

Fiasco Vélib à Paris : Smovengo dévoile un plan d’urgence

Smovengo a annoncé une série de mesures d'urgence afin de relancer un service Vélib'Métropole en pleine déconfiture

En avril 2017, Smovengo remportait l'appel d'offres pour la gestion des Vélib' à Paris et sa périphérie, avec une prise en mains effective à partir du 1er janvier 2018. Quatre mois après cette échéance, le déploiement du Vélib' Métropole – le nouveau nom du service – est très en-deçà de l'objectif annoncé de 1 400 stations opérationnelles au printemps 2018.

Au mécontentement des abonnés – auxquels l'opérateur a déjà dû consentir la gratuité du service en janvier, février, mars – et à l'agacement de la municipalité parisienne est venue s'ajouter une grève des salariés de Smovengo depuis mi-avril.

Jeudi 3 mai, l'urgence de la situation a déterminé l'entreprise à annoncer « un plan d'urgence et de redémarrage du service Vélib'Métropole ». Il cible en particulier les stations (dys)fonctionnant sur batteries, dans l'attente de leur électrification. Le dispositif a en effet montré ses limites et entrave le service.

Depuis le 25 avril, Smovengo a ainsi cessé d'ouvrir des stations sur batteries, lancé une vaste opération de remplacement de batteries et accélère désormais le raccordement des stations au réseau. Sur les 670 stations ouvertes, 300 (42 %) sont aujourd'hui raccordées au réseau. Parallèlement, 3 000 vélos en mauvais état et qui encombraient les stations vont être remplacés.

Quant aux comptes des abonnés bloqués du fait d'un système défaillant, ils seront rétablis « plus rapidement », promet l'opérateur. Smovengo s'est également résolu à procéder au retrait temporaire de ses vélos à assistance électrique (VAE) jusqu'à l'électrification de l'ensemble des stations, celles fonctionnant sur batterie ne permettant pas une recharge efficace.

Sur le même sujet  Vite, des ciclovias partout en France !

Le système Park+, qui permet de rendre son Vélib' dans une station pleine en l'attachant à un autre Vélib est quant à lui suspendu pour une durée indéterminée. «  Son fonctionnement n'est pas bien compris », estime Smovengo qui prévoit de le tester « à nouveau ultérieurement »...

Un aveu d'échec

Cette reculade de l'opérateur sur ce qui constituait pourtant deux nouveautés emblématiques de son offre, ressemble à un aveu d'échec. Jorge Azevedo, directeur général de Smovengo, se montre malgré tout confiant : « En dépit du démarrage difficile, nous restons certains que nos solutions matérielles, techniques et informatiques, ainsi que notre organisation humaine sont robustes et à-même de relever ce défi ».

Outre les aspects techniques, l'entreprise va aussi mettre l'accent sur sa communication : l'effectif du centre d'appel va être doublé pour atteindre 160 personnes et 30 ambassadeurs Vélib' supplémentaires vont être déployés sur le terrain, sans oublier « une information régulière sur l'avancement du plan d'actions » auprès des abonnés.

La mise en œuvre de ces mesures a commencé et se poursuivra d'ici fin juin au plus tard. Un nouveau bilan pourra alors être dressé. Selon l'association pro-vélo Paris en Selle : "Le plan proposé va dans le bon sens et témoigne d'une prise de conscience de l'extrême gravité de la situation du service public Velib. L'urgence est de rétablir un service de base fonctionnel, sans vélo électrique ni overflow, avant de poursuivre le déploiement."

Retour en haut de page
Fermer cette popup
Ne pars pas comme ça !
On a encore plein de choses à te montrer...

Ne rate rien des prochains articles en t'abonnant à la WeelzLetter ! ( Et parfois, tu peux même y gagner des cadeaux)